©fc

« Tu renouvelles la face de la terre »

Ce matin, laissons-nous saisir par la joie de l’annonce offerte d’un baptême nouveau Car si celui de l’eau est un effacement, un retour à hier, Le baptême par l’Esprit est celui d’un feu qui nous ouvre à l’audace de demain.

10 janvier 2016
Le Baptême du Seigneur

Année C

Lectures 
1ère lecture : « La gloire du Seigneur se révélera, et tout être de chair verra » (Is 40, 1-5.9-11P1080822
2ème lecture : « Par le bain du baptême, Dieu nous a fait renaître et nous a renouvelés dans l’Esprit Saint » (Tt 2, 11-14 ; 3, 4-7)
Evangile : « Comme Jésus priait, après avoir été baptisé, le ciel s’ouvrit » (Lc 3, 15-16.21-22)

 Comme tout le peuple se faisait baptiser
et qu’après avoir été baptisé lui aussi, Jésus priait,
le ciel s’ouvrit.
L’Esprit Saint, sous une apparence corporelle, comme une colombe,
descendit sur Jésus,
et il y eut une voix venant du ciel :
« Toi, tu es mon Fils bien-aimé ;
en toi, je trouve ma joie. »
(Lc 3, 21-22)

Accueil
Bonjour à vous tous qui êtes venus ce matin dans cette église.
D’où que vous veniez,  qui que vous soyez,
Sentez vous accueillis par notre communauté de St Merry.
Et ce matin, frères et soeurs, soyez plus attentifs encore  aux textes proposés.
Malgré tout ce qui nous fait peur, nous assaille, nous fait douter en ces temps difficiles,
Ecoutez le chant et le rythme presque amoureux des poèmes d’Isaïe et du psalmiste qui esquissent pour nous encore une nouvelle création
Où le Seigneur prend « les vents pour messagers et se sert des flammes des éclairs »
Création que Dieu continue de préparer mais à laquelle l’homme participe en ouvrant des chemins nouveaux, en comblant les ravins, en applanissant les collines.
Ainsi Lui et nous, renouvelons la face de la terre.
Ce matin, laissez-vous envelopper par la miséricorde, coeur pauvre et coeur de pauvre, puisque le Seigneur nous console
Qu’il parle au coeur de nos Jérusalems
Pour nous confirmer sa tendresse, nous manifester sa bonté (Paul) en reprenant nos fautes inlassablement
Ce matin, laissez vous saisir par la joie de l’annonce offerte d’un baptême nouveau
Car si celui de l’eau est un effacement, un retour à hier,
Le baptême par l’Esprit est celui d’un feu qui nous ouvre à l’audace de demain.
Jean-Baptiste nous y invite avec force, avec fougue, avec joie puisque Dieu lui-même se réjouit aujourd’hui encore de ce fils bien aimé qui nous est donné.

Alain Cabantous

Réflexion 

Tous les calendriers liturgiques et les  missels nous avertissent : nous sommes aujourd’hui dans le dernier jour du temps de Noël, demain commence la première semaine du temps ordinaire.
Après  les débats ridicules de ces derniers mois pour savoir si la crèche était un objet culturel ou religieux, il va falloir la remballer. Chouette, disent les laïcards de tous poils ! Sauf qu’ils oublient, comme le disait un bon vieux cantique d’Odette Vercruysse, que Noel, c’est tous les jours.  Et nous chantions à tue-tête :
C’est Noël chaque fois qu’on essuie une larme dans les yeux d’un enfant,
C’est Noël chaque fois qu’on dépose les armes, chaque fois qu’on s’entend,
C’est Noël chaque fois qu’on arrête une guerre et qu’on ouvre ses mains,
C’est Noël chaque fois qu’on force la misère à reculer plus loin.
Refrain
C’est Noël sur la terre chaque jour,
Car Noël, ô mon frère, c’est l’Amour !
Les pro en chants pourront le chanter à leurs voisins mais à la fin de la célébration. … et  bonne année à chacun ! Vous pourrez la souhaiter à vos voisins, mais à la sortie seulement !
Et spécialement en ce dernier jour du temps de Noel après l’Epiphanie où nous célébrons le baptême du Christ, événement que Jésus a vécu plus tard dans sa vie, comme pour nous dire qu’avec le baptême, il est toujours question de naissance, de commencement, d’inauguration
La majorité d’entre nous a été baptisé à un âge précoce et c’était aussi heureux pour nos familles et nos parents. Cette fête du baptême du Seigneur  est peut-être l’occasion  d’en revivifier l’engagement. St Basile, et non mon cher st Augustin, disait que « toute la vie est le moment du baptême ». Si nous répétons l’eucharistie et pas le baptême, c’est qu’il y a là un événement dont la portée traverse et accompagne toute notre vie. Il n’y a qu’un seul baptême et nous n’avons pas à en chercher un autre
Il s’agit effectivement d’une naissance, quel que soit l’âge  auquel le baptême est pratiqué et   je souhaite que notre communauté s’enrichisse de nombreux catéchumènes qui nous aideront à renouveler notre communauté.  Si chacun de nous faisait en 2016 venir simplement une personne nouvelle  pour découvrir une célébration, mais alors nous serions des centaines chaque dimanche   ! Personnellement, je suis toujours ébahi de la façon dont certains trouvent ou retrouvent la foi, passent de la naissance à l’identité véritable
Dans l’Evangile de Luc, Jésus reçoit son identité de la voix venant du Ciel : « Toi tu es mon fils bien aimé, en toi, je trouve ma joie ». Nous le savons bien, contre toutes les dérives identitaires actuelles, notre identité, elle est relationnelle, elle vient de nos échanges  mais dans la vie chrétienne, elle nous vient aussi d’en haut, de sources spirituelles et est manifestée dans le baptême.
C’est le baptême qui nous donne force, inspiration et confiance dans la vie quotidienne
Si l’interculturel est vraiment un enjeu, alors nous devons être attentifs à tous ceux  qui sont devenus par le baptême de victimes écrasées  à des humains debout, fiers et décidés
Avons-nous remarqué dans l’Evangile la prise de conscience progressive de jésus de sa propre identité ? Avons-nous remarqué que l’Esprit Saint se manifeste de façon incarnée ? Avons-nous vu dans l’Evangile que Dieu n’agit jamais sans la médiation d’hommes et de femmes qui agissent en son nom, en l’occurrence Jean Baptiste, cette admirable figure, respectée dans l’Islam et qui, comme le disait admirablement le théologien orthodoxe Olivier Clément, est là et écoute la voix, lui qui n’est pas la voix ?
Et oui , l’identité profonde qui nous structure  et nous définit, chose étrange pour certains, ne  vient pas de notre psychologie ou de notre environnement. Elle vient du pari que Dieu fait en chacun de nous. C’est un « placement », mais pas du CAC40, un placement d’amour et de joie
Et chose plus étrange encore, c’est à nous de le faire fructifier : nous ne manquerons pas de projets en 2016 au CPHB, bien entendu non pour nos egos personnels mais pour cette année de la miséricorde à laquelle visiblement tient le pape. Comment allons-nous l’incarner, quelles soient nos tâches, nos activités, nos responsabilités dans la communauté et dans le monde ? J’aimerais déjà être en 2017 pour pouvoir le dire !
Mais ce dont je suis sûr, c’est que dans notre baptême, il y a toute une purification, le déploiement d’une présence renouvelée à nous-mêmes et aux autres, un potentiel de vie, de foi, d’espérance et d’amour, si nous faisons de la place pour que Dieu se manifeste, comme le disait mon regretté confrère Marcel Neusch qui vient de nous quitter.  Dieu ne vient pas là où nous avons envie de l’entendre mais là où il nous parle vraiment . On peut faciliter ce travail en valorisant l’écoute, le dialogue, le débat constructif. On peut l’empêcher en multipliant  les fermetures, les chicaneries, les points de tension inutiles, l’absence de mesure, qui rend les réconciliations difficiles.
Oui, il nous faut aujourd’hui célébrer avec joie le baptême du Seigneur et  notre propre baptême. Car demain, dans le temps liturgique ordinaire, il ne nous faudra oublier ni qui nous sommes ni ce que nous avons à vivre au nom de notre foi

Alors à tous encore : bonne année !

Jean-François Petit

 

Tags from the story
, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *