© Oscar Keys. Unsplash

Position scandaleuse

« Un moyen magnifique pour celle qui se dit Église du Christ et catholique (universelle sans les femmes là où s'exerce la gouvernance de l'Eglise ! ) serait de reconnaître ses graves fautes vis-à-vis de toutes les femmes dans le monde et ainsi d'avoir une position de justice, de reconnaissance de l' Évangile, c'est-à-dire du caractère universel de la voie ouverte par Jésus ». De Marie-Thérèse Joudiou

« À mon avis, on ne peut pas récupérer une opinion publique importante si l’Église catholique ne révise pas sa position sur la vie conjugale, et en particulier sur les femmes. Il y a longtemps que je le dis. Je souhaite que les femmes soient à égalité avec les hommes dans la direction de l’Église et ce n’est pas demain la veille, hélas ! Je n’hésite pas à le dire de la façon la plus ferme : la position actuelle des femmes dans l’Église est proprement scandaleuse. »

Ainsi s’exprime Jean Delumeau dans un grand entretien paru dans le supplément du n°3866 de février 2016 de Témoignage Chrétien.

Je m’étais décidée à écrire ce qui suit quand j’ai reçu ce supplément vendredi dernier.

Position scandaleuse : quelques raisons de l’affirmer selon moi : l’Église ne se réduit  pas à l’administration hiérarchique. Elle est la communauté des baptisés.

© Samantha Sophia. Unsplash
© Samantha Sophia. Unsplash

Dans cette communauté, les femmes tiennent une très grande place dans les services (catéchèse, solidarité….) Sans elles, comment tiendrait l’Église dans sa vie quotidienne ?
Dans cette communauté, les femmes sont exclues de toutes les instances de décision.
Certaines, mères de famille, triées sur le volet dont le profil correspond à ce qu’imagine la majorité des évêques du comportement que doit avoir une femme, sont invitées à donner leur avis, par exemple sur la famille. Ne pas oublier au fond de l’amphi quelques religieuses, priées de se taire.

Un seul modèle de famille ! un seul modèle de femme, la mère de famille, nombreuse si possible, dévouée à son mari, ses enfants, sans vie professionnelle personnelle, souriante, toujours fraîche et disponible, « messagère de l’invisible »,…. invisible elle-même.. , c’est mieux !

La gouvernance de l’Église sous le mode hiérarchique pyramidal, exercée par un système masculin, célibataire, continue à croire faire loi, donnant à penser aux hommes les plus bornés ailleurs dans le monde, avides de pouvoir que la moitié de l’humanité est d’espèce inférieure. Ainsi l’Église peut apparaître comme complice des oppressions subies par les femmes. Connivence secrète et certaine jubilation dont remarques, plaisanteries de bas étage à relents sexistes dans la bouche de clercs égarés dans un état de célibat qu’ils ne peuvent assumer, viennent étayer la réalité des faits.
Un moyen magnifique pour celle qui se dit Église du Christ et catholique (universelle sans les femmes là où s’exerce la gouvernance de l’Eglise !) serait de reconnaître ses graves fautes vis-à-vis de toutes les femmes dans le monde et ainsi d’avoir une position de justice,  de reconnaissance de l’ Évangile,  c’est-à-dire du caractère universel de la voie ouverte par Jésus. Juste se souvenir des relations de Jésus avec les femmes de son temps et pas seulement avec des « méritantes » comme le modèle unique faisant référence auprès de la plupart des évêques.
Un geste prophétique en somme, car enfin ces clercs déficients en intelligence ont un modèle et une voie indiquée par la personne du Christ. Qu’en font-ils ?

Comme nous tous, ils ont aussi des biblistes de grande qualité pour rappeler, presser le suc des sens des mots de la Genèse. Par exemple : André Wénin

François, le pape rappelle « La joie de l’Évangile ».  Au point où nous en sommes, hommes et femmes, cela devrait être notre seule règle, la voie ouverte par JX.

Merci, un grand merci aux quelques évêques qui dénoncent cette situation  » scandaleuse », comme le dit Jean Delumeau dans l’interview de TC.

Marie-Thérèse Joudiou

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *