25 décembre : prologue de Saint Jean

Ghirlandaio Santa Trinita Florence
©fc

Noël n’est pas qu’une naissance merveilleuse dans un coin paumé du moyen orient. Le prologue de Saint Jean est la méditation d’une vie entière, d’une richesse inouïe. Jean l’apôtre en est soit le rédacteur soit l’inspirateur. Sous les mots savants, il y a une expérience charnelle, une extraordinaire amitié avec Jésus, la tête posée contre l’épaule de celui qu’il aimait. Ce texte ne parle pas directement de la naissance de Jésus, il l’évoque d’un point de vue spirituel et théologique, loin de l’imagerie traditionnelle de la crèche. Je voudrais juste partager quelques simples réflexions sur trois mots difficiles : le verbe, la chair, et enfant de Dieu.

1 – Jean nous dit d’abord que Dieu est parole. Rien à voir avec une créature toute-puissante régnant depuis un ciel lointain et inaccessible. Une parole ne peut rien imposer, elle persuade, elle appelle, elle touche et elle remue. Dieu-parole n’agit pas unilatéralement, sa parole passe par nous. « Le verbe était Dieu » dit le texte, Dieu est donc une parole agissante, à la manière d’une conversation amoureuse qui change deux vies, comme un dialogue éperdu entre des vrais amis, les yeux dans les yeux. On peut faire taire cette parole en nous ou ne pas être réceptif à la parole de l’autre. Mais au fond, Dieu le verbe n’a qu’une perspective : créer la relation, faire lien entre les hommes, faire l’unité dans l’univers, comme un verbe fait le lien de la phrase. Dieu la parole ne cherche pas à entrer en fusion avec l’homme. Et la seule vraie relation positive qui soit, est une relation d’amour et de compassion. Cette vision mystique a de quoi nous remplir d’étonnement et de gratitude émerveillée : Seigneur-Dieu, qu’est-ce que l’homme pour que tu habites son cœur de cette infinie tendresse ? Qu’est-ce que l’humanité pour que Jésus vienne au monde incarner cette parole si vraie ?

Dieu est le « logos » d’après le texte en grec, on pourrait dire qu’il est l’information créatrice au cœur de l’ADN ou du génome du monde. Dans ce sens Dieu est une pensée et une inspiration fondatrice, Noël l’exprime spécialement. Ce logos inspire en permanence le cœur de l’homme, le verbe bavarde sans fin avec l’homme, par amour. Avec une telle persévérance, il ne parle certainement pas pour ne rien dire. Manifestement, le but de cette parole est qu’elle finisse par relever des êtres pour qui la terre est sans raison, pour qui le cœur est sans tendresse, pour qui la vie n’est pas généreuse. Le texte précise que « le verbe était la vraie lumière », celle qui éclaire le juste chemin et permet à chacun de trouver sa propre route avec intelligence.

2 – Ensuite l’évangéliste présente Noël comme un événement, « Le verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous ». Qui est le Christ pour Jean, en quoi consiste l’événement ? La chair dans la bible désigne la totalité de la personne, pas seulement le corps, son coté matériel et physiologique. Cela veut dire que Dieu adopte la condition humaine de façon plus nette, il entre d’une nouvelle manière dans l’histoire. Le terme « s’est fait chair » ne doit pas faire illusion, il « s’est fait » ne veut pas dire qu’il se transforme. Dieu reste Dieu, il est au-delà de tout ce que l’humain peut réussir à balbutier, il ne se fait pas en quelque chose ou en quelqu’un. Mais en Jésus, Dieu se trouve présent dans un être humain entier et complet, ayant sa propre liberté. Avec Jésus, Dieu devient proche. Littéralement le texte en grec peut se traduire : « il a planté sa tente en nous ». Par Jésus, il campe dans le monde, il est de passage. Jésus va réaliser l’union entre un homme et la parole créatrice. Telle est la foi de l’évangéliste : L’espérance inébranlable en la capacité de l’être humain, de l’esprit humain pour s’affranchir des ténèbres et pour se réjouir des bienfaits de la Vie. Cet enfant nait dans l’anonymat et pourtant il fait déjà signe de Dieu. Voilà que l’idée que Dieu inspire à l’homme prend corps de manière incomparable. Les mots manquent pour exprimer cela. Il démonte toutes les prétentions de puissance de l’être humain. Il révèle la liberté à laquelle nous sommes appelés. Il montre que les savants et les sages, avec leurs théories et leurs morales, n’ont aucun avantage spirituel sur les petits ou les gens ordinaires. Il ravive tous les espoirs. Tout devient autrement que nous pensions. Le temps ne s’écoule plus inlassablement, il est devenu évènement. En silence, mais inexorablement, il nous entraîne vers la destinée voulue par la parole : « Aime le monde, aime ta vie, aime tes semblables et toutes les créatures ».

3 – Enfin, pour l’évangéliste, la portée de l’événement va encore plus loin : « à ceux qui croient en son nom, à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu ». Devenir enfant de quelqu’un, c’est adopter. Dieu intervenant dans l’histoire des hommes c’est le récit d’une adoption. Y-a-t-il une aventure plus aimante et plus sensée que celle de l’adoption dans la vie de quelqu’un ? Le petit enfant est transparent, il nous aimante sans nous arrêter à soi, il nous ouvre un infini, n’importe quelle mère ou père a éprouvé cela devant son enfant. L’adoption revient à choisir encore plus résolument sa famille. Jean souligne qu’il y a un lien entre la naissance de Jésus et notre renaissance comme enfants de Dieu. Croire en son nom, c’est adhérer à la dynamique de vie, d’intelligence et d’amour qu’il signifie. Par l’adoption, Dieu n’est plus lointain, il devient présence aimante comme une mère, comme un père, comme un frère. En Jésus, l’altruisme atteint son sommet, et l’enfant adopté de Dieu a la possibilité d’en partager la joie. Le message que délivre déjà Jésus dans la mangeoire n’est-il pas un appel incessant à la bonté, une exigence implacable de désintéressement ?

Noël, c’est un peu tous les jours, chaque fois que l’homme et Dieu s’adoptent mutuellement, chaque fois que la parole de Dieu, manifestée en Jésus, nous engendre dans une vie plus profonde, plus intérieure.

Jacques Debouverie – 25 décembre 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.