Sabine Morin-Piollet nous a quittés le 2 mai. Une célébration à sa mémoire a eu lieu à Saint-Merry le jeudi 7 mai en petit comité, avec la possibilité pour les absents de suivre en vidéo la cérémonie retransmise en direct. Par sa gentillesse, son sens de l’écoute et de l’accueil, ses commentaires éclairants de la Parole de Dieu, elle a marqué, à côté de Patrice, son époux, la vie de notre Communauté.

Ses amis de chorale lui ont rendu hommage.

« Ainsi  elle s’est envolée, notre Sabine, notre Henriette, que j’ai découverte dans ces années de chant ensemble. Tristesse de ne plus retrouver ce sourire, cette finesse vive d’un humour tendre presque caché. Cet esprit qui questionne, réponse après réponse… Une chercheuse musicienne, délice.
Je viens partager la peine de Patrice, celle que je connais pour en venir moi aussi, et celle que je ne connais pas, celle de votre vie ensemble à tous deux, avec vos enfants. Sabine m’a plusieurs fois exprimé une confiance qui m’a extrêmement touchée, venant d’elle, si consciente, si libre dans sa pensée.
Pas possible d’aller à la cérémonie, je sais.  Mais j’y serai selon le cœur, que rien n’arrête.
Avec toute mon amitié ».

Marie Balmary

« En ce dimanche du Bon Pasteur, comment ne pas voir que Sabine a suivi Celui dont elle connaît la voix, et que, désormais, elle est dans la pleine lumière de la Résurrection avec son sourire et son œil pétillant et bienveillant. De là, où elle a retrouvé tous les autres agneaux chers à son cœur déjà partis, avec le Berger, elle veille sur ceux qu’elle aime ».

Denis Vaillant

Voici le poème indien qu’Agnès Seminel a lu lors de la célébration d’adieu, à Saint-Merry :

À ceux que j’aime… et ceux qui m’aiment
Quand je ne serai plus là, relâchez-moi
Laissez-moi partir
J’ai tellement de choses à faire et à voir
Ne pleurez pas en pensant à moi
Soyez reconnaissants pour les belles années
Je vous ai donné mon amitié
Vous pouvez seulement deviner
Le bonheur que vous m’avez apporté
Je vous remercie de l’amour que chacun m’avez démontré
Maintenant, il est temps de voyager seul
Pour un court moment vous pouvez avoir de la peine
La confiance vous apportera réconfort et consolation
Nous serons séparés pour quelques temps
Laissez les souvenirs apaiser votre douleur
Je ne suis pas loin, et la vie continue
Si vous avez besoin, appelez-moi et je viendrai
Même si vous ne pouvez me voir ou me toucher, je serai là
Et si vous écoutez votre cœur, vous éprouverez clairement
La douceur de l’amour que j’apporterai
Et quand il sera temps pour vous de partir
Je serai là pour vous accueillir
Absent de mon corps, présent avec Dieu
N’allez pas sur ma tombe pour pleurer
Je ne suis pas là, je ne dors pas
Je suis les milles vents qui soufflent
Je suis le scintillement des cristaux de neige
Je suis la lumière qui traverse les champs de blé
Je suis la douce pluie d’automne
Je suis l’éveil des oiseaux dans le calme du matin
Je suis l’étoile qui brille dans la nuit
N’allez pas sur ma tombe pour pleurer
Je ne suis pas là, je ne suis pas mort.

Un refrain de Taizé cher à la famille :

Dans nos obscurités,
allume le feu
qui ne s’éteint jamais !
écouter : Dans nos obscurités

Son amie Jacqueline Bruas, avec qui Sabine était engagée au sein de l’ACPE (Action contre la Prostitution des Enfants), a invité, au nom de la famille, à faire un don pour soutenir les actions de cette association : https://www.acpe-asso.org

Sabine,
Mon amie, petite bonne femme qui semblait toujours dans l’ombre de Patrice mais qui en réalité avait une vie personnelle riche et un caractère bien à elle.
Marquée par une éducation traditionnelle elle s’est bagarrée toute sa vie pour sortir d’un conformisme acquis et trouver sa propre voie et se forger ses propres idées, tout en restant fidèle, et très attachée à sa famille. Les retrouvailles Piollet-Morin étaient fréquentes, et elle aimait de tout cœur y participer. Elle était un lien entre les générations.
Dans la Communauté de Base créée ensemble à Ville d’Avray, elle a appris, comme nous, grâce à nos échanges profonds et vrais, à assumer ses choix de vie. Elle se donnait à fond dans le partage fraternel. Elle montrait toujours de l’enthousiasme pour aborder des sujets nouveaux, les étudier et les approfondir chez elle ensuite.
Cultivée, elle aimait les arts et la musique et n’hésitait pas à traverser tout Paris pour assister à un concert, une conférence ou une visite de musée. Elle les programmait longtemps à l’avance et était une étudiante assidue. 
Au Collège des Bernardins elle nous avait convaincus de l’accompagner pour suivre des cours pendant de longues années et pour la dernière fois ceux de la Rabine Pauline Bébé – qui nous avaient emballés et dont nous discutions avec passion.
Bridgeuse, elle adorait nos soirées à 8 amis suivis d’un petit repas sympa.

Professionnellement elle s’est engagée à l’École des Parents et des Éducateurs très tôt et animait le secteur « loisirs et vacances des jeunes ». Elle connaissait tout sur le sujet et conseillait les parents en quête d’activités de qualité.
Ensuite dans l’association « Agir Contre la Prostitution des Enfants » (ACPE) elle a été une efficace trésorière-comptable, aux contacts agréables avec toute l’équipe. Elle n’hésitait pas à appeler les directeurs de prison pour leur demander les versements en retard, que certains prisonniers nous devaient, suite à leurs crimes commis contre des mineurs.

Elle a aussi été pour nous une partenaire de voyages super agréable. Tout l’intéressait : de l’Andalousie à la Toscane, d’Essaouira à la Cappadoce sans oublier notre pèlerinage à Compostelle, 15 jours par an pendant 7 ans. Elle trottait comme une gazelle et me disait en bas des côtes, « tu respires 1 et 2 et 3 tu souffles ». Nos dîners du soir, aidés d’un bon vin étaient des fêtes. Sabine riait à en avoir des larmes aux yeux.

Puis il y a eu la mort de Denis : le drame le plus horrible pour une Maman. Elle l’a surmonté avec l’aide de Patrice en vivant toute sa souffrance dans son cœur, sans bruit, sans peser sur aucun de nous, en gardant son attention aux autres, son écoute et sa gentillesse naturelle. Meurtrie au fond d’elle-même, elle s’est accrochée à la vie. Quel courage !

Depuis ces dernières années elle a vécu l’attaque des cancers : les traitements, les chimio, la perte de ses cheveux, de sa coquetterie, les hospitalisations, la souffrance physique et la perte de son autonomie et de sa mémoire. Elle a tout supporté, continuant à être simple, à nous parler avec franchise et douceur, ce qui nous a permis de lui témoigner notre grande affection jusqu’à bout. 
Sois heureuse Amie, là où tu es.

Jacqueline Bruas

CatégoriesNon classé
  1. CARRER Gisèle says:

    Pour Patrice MORIN, sa famille, les amis de Saint-Merry.

    C’est avec beaucoup de tristesse que j’apprends ce jour le décès de Sabine. Douce Sabine.

    MERCI pour ce beau témoignage, pour les textes et les fleurs qui lui ressemblent tellement.

    De tout coeur avec vous et en prière avec Sabine.

    Gisèle

  2. Lecouffe says:

    Je vous avais rencontrés lors d’un voyage en Algérie animé par Michel Roussel. La complicité a été spontanée et l’amitié comme une évidence. Votre regard et votre chaleur l’accueillait très simplement. Depuis, j’ai cette tendresse qui marque ma mémoire. Il y a des amitiés qui n’ont pas besoin de mots. Merci Sabine de m’avoir offert cette amitié toute simple. Je vous embrasse très fort tous les deux. Jean-Louis
    La mort ne nous sépare pas.

  3. Lecouffe says:

    Sabine, Patrice,
    Nous nous sommes rencontrés lors d’un voyage en Algérie organisé par Michel Roussel et votre amitié s’est manifestée comme une évidence qui n’avait pas besoin de mots; il y avait votre chaleur et le sourire de Sabine qui m’accueillait; Ce sourire là, je le garde en moi et il est définitif; Je remercie le ciel de m’avoir permis cette rencontre et elle me marque définitivement mais comme quelque chose de léger et comme une douce complicité; je vous embrasse tous les deux très fort et je sais que vous m’entendez

  4. Jacqueline Casaubon says:

    A ceux qui n’étaient pas présents à la cérémonie d’A Dieu à St Merry, comme à ceux qui ne l’ont pas suivie en video, je partage avec vous ces lignes qui me viennent ce matin à l’esprit :
    Les images et les paysages, on les voit. Les images et les paysages se font voir aussi par le regard de l’autre, sa parole, son écriture et son chant… Hier pendant la cérémonie des obsèques de Sabine à St Merry, trois visions, trois symboles. Et pour moi tout était dit. A la fin de la cérémonie, la grande porte rouge sombre, deux silhouettes encore plus sombres nous ouvrent les deux battants vers la lumière éblouissante de la rue, du monde et du ciel ! Le cercueil traverse la nef vide de notre présence, mais pleine à craquer de nos pensées et de nos prières.
    Patrice suit Sabine, vite rejoint par Bénédicte et Xavier. La lumière a fait place à l’obscurité, elle a pris toute la place, signe de notre espérance. Dans la lumière de la rue étroite, juste en face une boutique. L’enseigne est écrite en très grand  » We love ».
    Un tableau, un appel. « We love ». Tout est dit…

  5. Charles Fournier says:

    Triste nouvelle ! Nous avions été si heureux, Claire et moi, de la retrouver et de l’embrasser affectueusement lors d’une dernière messe dominicale.
    Bon courage, Patrice, nos pensées et prières t’accompagnent.
    Claire et Charles Fournier

  6. Régine et Guy Ringwald says:

    Cher Patrice
    Nous partageons la peine qui est la tienne, et pensons au long chemin qu’a été pour Sabine cette maladie.
    Une épreuve encore pour toi.
    Nous n’oublions pas la qualité des relations que nous avions eues avec Sabine et toi, depuis le jour où tu nous avais accueillis, et présenté Saint Merry.
    Nos pensées t’accompagnent.
    Régine et Guy Ringwald

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.