©fc

Réveillon, Epiphanie : deux fêtes à Saint-Merry

Fête des Rois, Epiphanie : le mot d’accueil à Saint-Merry en ce premier dimanche de l’année civile est un mot sur l’accueil fraternel dans l’esprit de l’évangile. C’est ce qui a été vécu lors du Réveillon de saint-Merry ce 31 décembre.

« Ce mystère, c’est que toutes les nations sont associées au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus, par l’annonce de l’évangile. »

Ce mystère, nous l’avons d’une certaine façon partagé le 31 décembre à Saint Merry.

Comme le dit le refrain : Nous sommes  venus des 4 coins de l’horizon, nous sommes venus de la rue Saint Martin –  la doyenne du jour -, de Paris et des environs, d’Espagne, du Mexique, du Togo et d’Algérie, de Chine.

Nous sommes venus avec nos trésors, des très jolis bouquets de fleurs rouges, du vin et de la bonne chère, d’ici et d’ailleurs. Nous sommes venus avec ce que nous aimons, la récitation d’un poème Sous le Pont Mirabeau coule la Seine, des chants mexicains, une guitare et une cymbale, une danse. Nous sommes venus avec ce que nous sommes, la lecture d’un poème écrit pour sa fille de 15 ans qui en dit beaucoup sur ces moments de vie et de non-vie passés ensemble.

Nous avons partagé ce qui a été heureux et ce qui l’a moins été en 2017 :
– avec beaucoup de joie : pour l’une la belle fête pour son quatre-vingt dixième anniversaire,
– avec simplicité : pour plusieurs, les bonheurs de chaque jour mais aussi toutes les galères de l’année,
– avec beaucoup d’émotion, de pudeur et de vérité : la joie en 2017 pour ces quatre chinoises de pouvoir prier avec liberté Dieu.

Oui à Saint Merry comme dans beaucoup d’endroits dans le monde, nous avons vécu une belle fraternité, bien loin des murs que nous construisons parfois avec nos proches amis et famille, sans toujours nous en rendre compte. Nous avons vécu la rencontre et le partage, bien loin de l’anonymat trop fréquent que nous avons avec celui qui est différent à notre porte.

« Ce mystère, c’est que toutes les nations sont associées au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus, par l’annonce de l’évangile. »

Philippe Pépin

Sur le même sujet, lisez le témoignage de Stéphane ou celui de Solange

Tags from the story
,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *