A

Ainsi nos yeux écoutent et nos oreilles voient

Dimanche 15 décembre

PREMIÈRE LECTURE  (Is 35, 1-6a.10)
« Dieu vient lui-même et va vous sauver »
PSAUME  (Ps 145 (146), 7, 8, 9ab.10a)
Viens, Seigneur, et sauve-nous !
DEUXIÈME LECTURE  (Jc 5, 7-10)
« Tenez ferme vos cœurs car la venue du Seigneur est proche »
ÉVANGILE  (Mt 11, 2-11)
« Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? »

COMMENTAIRE

Il est impatient le Jean-Baptiste. Du fond de sa prison, il veut savoir « es-tu celui qui doit venir ou devons nous en attendre un autre ? » Et Jésus, du tac au tac, réplique « allez dire à Jean, allez lui dire que désormais les aveugles voient, les boiteux marchent, les sourds entendent etc etc »
Mais plus tard, il dira aussi « ils ont des yeux et ne voient pas, ils ont des oreilles et n’entendent pas » Avouez qu’il insiste. Mais qu’avons nous à voir et à entendre de si important ?

Il y a là, de toute évidence, un combat, un conflit entre Jésus et le pouvoir politico-religieux de son temps. Il y a conflit avec les puissants et les savants de ce temps, les pharisiens, les sadducéens, les scribes et les prêtres du temple, bref ceux qui ont tout, savent tout et décident de tout. Et bien Jésus, une fois de plus, renverse le pouvoir. Désormais ceux qui ne devaient pas voir voient, les lépreux exclus de la société sont là, les boiteux entrent dans la danse, c’est le lève toi et marche et ceux qui n’ont jamais la parole la prennent, les muets parlent. Ceux qui étaient infantilisés, écartés, voire exploités sont émancipés, libres, heureux, les muets crient de joie. Jésus, c ‘est vraiment l’empêcheur de tourner en rond, Jésus le décoinceur de tout ce qui était coincé, figé, fermé, Et l’évangile, c’est le chemin de la rencontre, des rencontres. Un chemin de liberté.

C’est aussi un combat spirituel, on commence à voir, on commence à comprendre, à entendre, on se réveille, on commence à parler, on commence à respirer le souffle de l’Esprit. C’est la théologie des commencements déclare frère Roger de Taizé et c’est la prise de conscience du divin qui est en nous, c’est un « Dieu en devenir » dirait le grand jésuite Teillard de Chardin. Un Dieu en devenir à chaque rencontre.

Comment ne pas évoquer en ce jour où les aveugles voient, Christian Bobin, ce poète mystique nous murmurer : « Le Christ nettoie la buée sur les vitres de nos yeux pour voir l’invisible »
Voir le Royaume ici et maintenant, le voir déjà là, à la croisée de nos rencontres les plus banales comme les plus insolites pour goûter un ailleurs, un souffle, une liberté. Ainsi nos yeux écoutent et nos oreilles voient.

Pierre Castaner
CatégoriesNon classé

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.