Europe : alerte enlèvement !

« Comme beaucoup, je l’espère, je me sens victime d’un hold-up : on m’a volé mes valeurs européennes ». Après le séisme politique des dernières élections, nous publions le cri de colère de Michel Bourdeau. Le débat est ouvert

europe apres 25 maiJ’ai mal à la France ; mal à l’Europe ; mal à la France dans l’Europe ! Et je ne peux même pas crier au secours. Qui pourrait venir ? Comme beaucoup, je l’espère, je me sens victime d’un hold-up : on m’a volé mes valeurs européennes. Qui ?

D’abord ceux qui ont enlevé vingt-sept sièges (1) de députés européens avec pour objectif de détruire l’Europe. Or, qu’ils soient les vingt-quatre issus du Front national ou les trois issus du Front de gauche, ils ne pourront rien au Parlement européen. Afin de pouvoir peser réellement, les eurosceptiques et europhobes d’extrême-droite chercheront sans doute à créer un groupe formé d’élus originaires de sept pays différents. Mais, le Parlement européen reste largement composé des conservateurs, des sociaux-démocrates, des libéraux et des Verts. L’alliance entre certains de ces partis devrait conduire à la désignation du nouveau président de la Commission européenne. En toutes choses, les chefs d’Etat ou de gouvernement demeurent les maîtres du destin de l’Union européenne.

J’accuse ceux qui ont enlevé l’espoir en Europe en la construisant sur des bases seulement économiques et non pas sur un projet politique à finalité fédérale. Je désigne coupables les gouvernants qui n’ont pas pris leurs responsabilités en rejetant toujours les fautes sur l’appareil technocratique de Bruxelles. Je reproche aux députés européens de se taire au cours de leur mandat, de ne rien dire du travail qu’ils accomplissent. Enfin, je stigmatise le mode de scrutin de ces élections sur des circonscriptions absconses et avec une multitude de propositions, dont beaucoup sans objet européen, entraînant une dispersion des suffrages et une forte abstention.

La voix de la France en Europe sera-t-elle durablement dégradée ? Les européens se demandent comment notre pays, fondateur de l’Europe unie, a-t-il pu couver en son sein un quart d’assassins de l’âme européenne ? Comment un parti qui soutient un tueur en Syrie et refuse des sanctions contre le voleur de Crimée pourrait-il être garant de notre bien le plus précieux : la paix. Comment ce parti pourrait-il promouvoir en Europe la dignité de la personne humaine, la solidarité envers les plus pauvres, l’accueil des exilés et des migrants ?

Ces valeurs fondamentales de l’Europe que je veux sont aussi celles qui fondent ma foi, une foi qui interroge la politique, une foi qui comme le rappelle le pape François (2) est « appelée à découvrir le grain qui grandit au milieu de l’ivraie ».

Michel Bourdeau
Membre de l’Atelier « Actu » du CPHB

 

 

(1) résultat estimé à l’heure de publication de ce billet.

(2) Pape François in « La joie de l’Evangile », 84

 

 

Tags from the story
, , ,

4 Comments

  • Analyse et réflexions que j’approuve tout à fait… Et si je n’ai pas eu les mots ou les moyens pour le dire, tu les as dits ou tu l’as fait pour moi. Merci.

    • Merci, cher Michel. J’adhère totalement à ce que tu dis. Je crois que tous, nous avons notre part de responsabilité dans cette catastrophe. En premier lieu, les politiques qui , en ce qui concerne l’Europe, ne sont qu’accusateurs, fuyant ainsi leurs responsabilités. En second lieu, les journalistes, tous medias confondus qui mettent de l’huile sur le feu et n’informent pas de tout ce que l’Europe permet. En troisième lieu chaque citoyen qui ne cherche pas à comprendre, à discerner le vrai du faux. Enfin, l’Eglise et ses responsables qui savent bien nous rappeler nos devoirs d’enfants de Dieu mais qui oublient qu’être enfant de Dieu c’est aussi être citoyen du monde, d’un continent, d’un pays. Comment faire maintenant pour renverser la tendance avant que des démons trop bien connus ne submergent notre société ?

  • Le texte du 26 avril sur « n’abandonnons pas l’Europe » m’avait déjà chatouillée, (je suis suffisamment âgée pour me souvenir dans mon enfance du curé de la paroisse persuadant les fidèles de faire le bon vote) est-ce le lieu d’un site d’une communauté chrétienne de faire appel à telle ou telle valeur primordiale pour l’Europe ? Il me semble que seul l’Evangile — aune de notre jugement — peut être évoqué.

    Alors aujourd’hui : Stop ! Ce n’est pas parce que l’on est déçu qu’il est permis d’injurier tous azimuts, c’est facile de se défouler sur les autres sans se remettre en question, sans porter une réflexion critique sur nos jugements ou comportements.

    Les « assassins de l’âme européenne » ne sont peut-être pas ceux qui apparaissent coupables…
    Mais qui sait, ceux qui ont les mains propres… parce qu’ils n’ont pas de mains ?

    Je suis profondément blessée par toute la misère, physique et morale, qui, en France, donne ce résultat électoral, mais, avant d’invectiver, il serait bon de sortir des limites du périphérique, des amis diplômés dont les enfants ayant fait les bonnes écoles ne connaissent pas les galères du chômage, des petits boulots, des transports fatigants et si souvent incertains.

    On évoque :
    — « la dignité de la personne humaine », mais a-t-on le droit d’en parler quand nous savons bien que pour sauver l’économie selon les meilleurs spécialistes, ceux qui savent, il faut flexibiliser le travail, multiplier les CDD et les emplois à temps partiels, exploiter les jeunes ?…
    — « la solidarité envers les plus pauvres », c’est un slogan magnifique, il sonne très bien dans nos églises, mais que fait-on pour que lesdits pauvres n’habitent pas à 1 h et demie ou 2 h de leur travail et qu’ils aient des transports dignes même s’ils travaillent en horaire décalé ? Pour que leurs enfants aient une scolarité de qualité ? Des possibilités variées pour l’accès à la vie active ? Pour qu’ils puissent avoir des soins accessibles quant à l’éloignement et aux possibilités de transport ? …
    — « l’accueil des exilés et des migrants », mais que fait-on pour que cesse le scandale des marchands de sommeil et des hôtels du 115 ? Pour que les enfants qui commencent une scolarité ne déménagent pas sans cesse ? Accepte-t-on un cada dans notre quartier ?…

    Oui, que fait-on ? Les politiques ne font que ce que demandent leurs électeurs. Mais que demandons-nous sinon moins d’impôts ? Quand manifestons-nous pour réclamer, pas même la solidarité, mais simplement la justice ?
    Si nous étions nombreux, cela se saurait, mais peut-être ne voulons-nous pas nous laisser contaminer par ceux qui demandent « l’humain d’abord » et que l’article assimile à des assassins !

    Qu’avons-nous fait pour que l’écart des privilégiés et des autres cesse de s’accroître ? Qu’avons-nous fait, ici, avant de le promouvoir en Europe avec paternalisme politiquement correct ?

    Quoi que l’on en pense, je crois que l’Esprit nous interpelle par ces résultats calamiteux, retroussons nos manches, humblement, sans faire la morale à nos frères et sœurs, qui, ne l’oublions pas, sont aussi habités par l’Esprit. C’est ensemble, sans haine ni dédain, que, demain, non, aujourd’hui, nous construirons du neuf et du beau.

    Marie-josé Lecat-Deschamps
    Simplement de la communauté depuis
    Plus de 30 ans.

  • Réaction tardive (comme d’habitude)

    1 Le premier parti de France, ce n’est pas le FN. (25% des suffrages exprimés, mais à peine plus de 10% de l’électorat.
    Le premier parti de France, c’est celui des abstentionnistes ; et ceci n’est pas plus réjouissant !

    2 Qui sont les coupables ?
    Ceux qui ont « mal voté » ou qui n’ont pas voté?
    Bien sûr, ce sont souvent les « victimes » du système qui expriment leur désarroi comme ils peuvent. Mais il n’y a pas que des pauvres dans l’électorat FN ; j’en connais qui seraient plutôt classés parmi les privilégiés et qui refusent la solidarité, qui refusent de perdre leur privilèges, notamment celui de payer peu d’impôts grâce à des « niches » savamment aménagées.

    Ceux qui « savent » et se rendent insupportables par leur suffisance ?
    Dont le savoir est bien souvent superficiel ou qui ne savent pas expliquer (il est vrai qu’expliquer la complexité et l’incertitude n’est pas facile)

    Les politiciens (pas seulement ceux du FN ou du Front de gauche) qui incitent à la haine de l’autre (de l’étranger) et utilisent des mensonges effrontés ?

    Les gouvernements successifs qui depuis des décennies ont imputé à l’Europe les résultats calamiteux de leurs manques de courage ? qui ont laissé s’accumuler une dette publique devenue insupportable ?

    3 Plus profondément, que se passe-t-il ? Le rêve européen est il définitivement cassé ?
    La civilisation occidentale (qui n’est pas une civilisation chrétienne ; le christianisme a su s’accommoder de toutes sortes de civilisations) est elle en train de se suicider ?
    C’est une hypothèse qui ne peut pas être exclue.
    Nous savons que les civilisations sont mortelles ; pour ceux qui vivent leur agonie, c’est douloureux, mais c’est ailleurs que nous devons mettre notre espérance.

    De quoi débattre au CPHB et ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.