©fc

Assemblée générale du 12 avril 2015

Suite au travail de l’assemblée générale du samedi 11 octobre 2014 après midi, une méthode de travail pour l’élaboration du projet pendant l’année qui s’annonçait, avait été proposée. 5 commissions se sont réunies depuis, l’évènement du 40ème anniversaire est préparée activement. Cette mini AG se voulait un point d’étape, Daniel Duigou nous en propose quelques grands traits.

Mini AG : un bilan d’étape positif.

Ce que je retiens de cette mini AG qui a rassemblé dimanche après-midi près de 80 personnes, c’est le droit à l’expérimentation comme instrument de dialogue à Saint-Merry. Le document que nous serons invités à approuver lors de la prochaine « grande » AG de septembre/octobre (la date n’a pas encore été définitivement fixée) n’aura pas comme but de clôturer nos échanges à l’occasion du 40e anniversaire, mais, bien au contraire, de les poursuivre en fixant des axes de priorités dans la perspective de Saint-Merry 2025. Ces axes seront notre nouveauté, donnant ainsi un nouvel élan à partir des intuitions de départ du Cardinal Marty.

Les axes prioritaires.

D’une part, les commissions ont commencé à les définir. C’est ainsi que la commission Liturgie a mis l’accent sur une nécessaire réflexion sur la dimension du pardon et sur le rôle du chant dans notre communauté. Également, des

propositions d’actions ont été élaborées par la commission Solidarité. Fort de son expérience à la Mairie du 4e, le RCI veut se lancer dans la généralisation de l’enseignement du Français dans toutes les mairies de Paris.

Le droit à l’expérimentation.

D’autre part, et c’est très important, des initiatives sont prises à titre expérimental.

C’est ainsi que, dans une volonté largement exprimée en octobre dernier, un groupe se réunit régulièrement pour vivre une expérience de l’écoute de « l’autre ». Il s’agit plus précisément d’écouter « l’autre » dire ce que la foi interroge ou bouleverse dans sa vie à propos d’un texte de l’Évangile.

©fc
©fc

C’est ainsi qu’un collège réunissant tous ceux qui de près ou de loin sont chargés d’un éveil de la foi (de la préparation au baptême des enfants à la préparation au mariage avec les fiancés en passant par le catéchuménat) s’est réuni déjà deux fois dans l’année pour envisager une reformulation de la foi en fonction des histoires personnelles de chacun(e) dans notre monde en quête de sens.

C’est ainsi qu’un groupe d’une vingtaine de jeunes s’est lancé à dans la préparation de la veillée de prière du Jeudi Saint et de la célébration du Samedi Saint, dans un « happy hour » prévu le jeudi 21 mai, enfin dans une Nuit Sacrée au printemps 2013.

C’est ainsi que de nombreuses initiatives se prennent dans le domaine de la communication (vidéos sur le Site Saint-Merry, double page pour la feuille de chant hebdomadaire, etc.), dans le domaine du réaménagement de l’église, du chauffage, etc.

C’est dans ce sens-là aussi que l’Equipe Pastorale a proposé une nouvelle manière d’envisager le choix des expositions

©fc
©fc

dans l’église. L’axe de la créativité fait partie de nos gênes. L’accueil des artistes contemporains signe, en tant qu’acte de foi, notre volonté de nous impliquer dans la modernité de notre monde, de nous mettre à son écoute, et d’y participer. À titre expérimental, pour améliorer le dialogue entre nous, entre ceux qui ont une réelle compétence dans ce domaine très exigeant et l’ensemble de la communauté qui, même sans « savoir » particulier, n’en est pas moins sensible, un jury va être constitué. Il rassemblera des experts de l’art et des représentants de la communauté. Le sujet étant tellement sensible que l’Equipe Pastorale a préféré demander et obtenir l’avis de la mini AG, à mi-parcours de notre réflexion jusqu’à la prochaine rentrée de septembre/octobre. La majorité d’entre nous a donc approuvé cette expérimentation. Cette instance de dialogue va pouvoir fonctionner dès maintenant dans cet esprit pour le choix de l’œuvre pour la prochaine Nuit Blanche. Comme les autres « essais », nous devrons en faire un bilan et corriger si nécessaire.

Réfléchir en marchant.

Et ainsi, s’autoriser à faire des expériences dans un monde qui bouge et dans une communauté qui opte pour une fluidité du vécu, c’est une manière de ne pas tomber dans le piège du dogmatisme qui se cache derrière les habitudes. Réfléchir en marchant, c’est la meilleure manière de se mettre à l’écoute des uns et des autres, et de continuer à vivre ensemble l’aventure spirituelle de Saint-Merry.

 Daniel Duigou

1 Commentaire

  • A propos de l’AG et de l’axe prioritaire « écoute, bienveillance… « pourquoi ne pas demander à chaque groupe de se choisir une personne en charge d’écouter puis de rendre compte sur la façon dont l’écoute prend place dans le groupe, pour après quelques temps d’activité du groupe, prendre le temps de faire le point sur la façon dont nous nous écoutons, sans négliger l’action même du groupe l’écoute en direction de personnes extérieures.
    Une proposition pour expérimenter en marchant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *