Au temps d’avant le temps

« Au temps D’avant le temps, Rien que l’abîme Sans limite et sans fin, Rien que la nuit ». Un poème de Jacqueline Casaubon
Si grande Dame nature
Si grande Dame nature, © Jacqueline Casaubon, 1996

Au temps

D’avant le temps,

Rien que l’abîme

Sans limite et sans fin,

Rien que la nuit.

Voici que le Souffle

Est passé.

Frissonnante,

L’eau a jailli

De l’abîme obscur

Et a tout inondé

Jusqu’à  franchir

Le  firmament.

Poissons

Petits et grands,

Tout en dansant sur les nuages,

S’en sont allés

Se promener dans les étoiles.

Tandis qu’au fond de l’océan,

Tout au fond de l’océan,

La terre,

Toute petite, petite,

 Dormait encore

Dans un berceau de coquillage

Qui la balançait

De ci de là, de ci de là.

Elle y serait encore

Si Le Souffle

Ne l’avait pas visitée.

                        

                                                                             Eclats de mer pastel 1998  Jacqueline Casaubon

1 Commentaire

  • Le temps d’AVANT LE TEMPS, les bouddhistes l’appellent –
    LE TEMPS SANS COMMENCEMENT, Est-ce celui du BANG-BANG, du chaos, de la soupe primordiale, de la fureur montrueuse du bombardement tellurique, qui mettra 10 milliards d’années pour accoucher des premiers éléments de vie ? Les périodes de vie – pendant encore 5 milliards d’années seront toujours suivies de destruction totale sans doute dans quelque chose ressemblant à de la douleur ! et les vies les plus proches de nous n’ont pas été plus gâtées, tant était totale la méconnaissance de ce qui survenait, que ce soit de la terre ou du ciel – que de peurs, de morts atroces ont été vécues …. Dans certains de nos rêves, nous pouvons, du plus lointain de quelques replis de notre cerveau, en apercevoir de vagues lueurs….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *