Bienveillance en perspective

Franco Salvini, psychopédagogue, est venu à Saint-Merry le 16 mars parler de la communication non-violente. Voici quelques pistes :
Sommes nous conscients des souffrances causées par des manières ordinaires de communiquer, par notre culture qui use du jugement et de formules violentes sous des apparences acceptables (“il faut”, “tu dois”) ?
C’est important d’apprendre à se connaître soi-même. Savons-nous exprimer les sentiments liés au manque, à la frustration ?
S’il n’est pas facile de trouver les mots, d’identifier et d’assumer nos émotions, une partie de la qualité de nos échanges en dépend.
Nous sommes souvent traversés de pensées et de sentiments instables, du désir de changer l’autre, de le vouloir à notre image.
Au lieu de regretter cette situation, pouvons-nous considérer nos capacités à observer, écouter, faire silence ? Plus notre réceptivité sensorielle s’épanouit, plus les projections mentales s’effacent au profit d’un corps accueillant ; le corps parle à la présence.
Nous pouvons aussi créer un climat favorable aux relations en nous enrichissant intérieurement de mots, d’images liés à la bonté, au respect, au calme. Les images ont le pouvoir de nous faire agir. Elles deviennent pensée, sentiment, action. Je peux choisir un mot pour m’exposer à la qualité de ce que je désire vivre, à l’humanité que j’aimerais construire.
Imaginez-vous ce que cela engendre si le nom de Jésus Christ est inscrit dans nos cœurs ?

Martine Le Gac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.