Bon anniversaire, Beaubourg !

Ce Week End du 5 février 2017, le centre Georges Pompidou fête ses 40 ans

L’église Saint-Merry est dans sa 500e année, et l’on y a vécu récemment un splendide sacrement de la sérénité.

L’un est payant, l’autre gratuite comme dans le fameux texte d’Isaïe 55: Venez acheter du vin et du lait sans argent.

Culturel d’un côté, cultuel de l’autre diraient certains, les deux sont dans le spirituel avec une finalité partagée sans le dire : produire ou proposer du sens à la vie et à l’être ensemble pour toute personne partageant la même condition urbaine.

Deux mondes coexistent, l’un à côté de l’autre, mais partageant un espace public et des visiteurs, ceux qui passent et prennent plaisir étant notre commun. Nous ne sommes pas totalement indifférents l’un à l’autre, nous avons même des fêtes de voisins comme la Nuit Blanche.

Or pendant deux décennies, nous avons été un peu plus proches. Ainsi nous éditions chaque mois ou trimestre un papier « L’œil à Beaubourg », cheap mais très intéressant, dont le bandeau chantait «  Vous passez à Saint-Merri. Vous allez à Beaubourg. Avant vous, d’autres ont suivi le même chemin. Ils vous donnent ici leurs impressions. Ils ne sont pas des spécialistes, mais leurs réactions peuvent vous aider à ouvrir un œil ». Autre temps, autre présence active de Saint-Merry dans le champ de l’art. Internet a succédé au papier, les invitations d’artistes ont remplacé les expositions montées collectivement après de longues méditations des textes bibliques sous la houlette de Joseph Pierron puis de Jacques Mérienne.

C’est Joseph Pierron qui avait initié un lien avec Beaubourg dans les années 80 ; il avait monté un groupe de spiritualité avec une dizaine de personnes travaillant dans le centre Pompidou. Grâce à ces relations privilégiées, nous allions après la messe visiter des expos que certains d’entre nous commentaient ; il n’était pas rare que la vingtaine de Saintmerriens soit rejointe par autant de visiteurs intéressés. C’était avant les audio guides ou l’accès à l’application pour smartphone de Beaubourg. Un enjeu corporatiste a mis fin à ces moments intenses : les conférenciers officiels ont obtenu que les autres se taisent ! Les après-messes se sont repliées sur Saint-Merry et les Saintmerriens, sur la joie des nourritures terrestres.

Beaubourg avait aussi accueilli —autre temps fort— des manifestations du mouvement L’Homme debout animé par le CPHB.

Le Centre Beaubourg voit grand, quarante villes sont en fête avec lui, il regarde vers le 9-3 et Shanghai, il est dans la globalisation de la culture. Mais quand regardera-t-il à ses pieds une communauté vivante qui vient de définir sa programmation artistique pour 2017 et accueille des artistes internationaux ?

Si proche, l’institution demeure lointaine.

Mais sincèrement, bon anniversaire, Beaubourg !

 Jean Deuzèmes

 

Pour ceux qui ne connaissent pas l’Œil à Beaubourg, deux documents en pdf : les N° 31 et 36, et le tract d’annonce de l’AG de 91. Il y a 25 ans…

Œil à Beaubourg 31 et 36

Œil à Beaubourg AG 91

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *