Catastrophe

Je viens de voir « Fair-Play » au Théâtre du Rond-Point. Deux clowns, un piano à queue, quelques rares accessoires. L’argument est simple : des jeux olympiques avec des épreuves improbables et quelques digressions vers les vestiaires, les entraînements, les troisièmes mi-temps... De la pantomime, de l’équilibre, des bruitages parfois, de la musique, souvent.

Je viens de voir Fair-Play au Théâtre du Rond-Point[1]. Deux clowns, un piano à queue, quelques rares accessoires. L’argument est simple : des jeux olympiques avec des épreuves improbables et quelques digressions vers les vestiaires, les entraînements, les troisièmes mi-temps… De la pantomime, de l’équilibre, des bruitages parfois, de la musique, souvent.

Et ils jouent. Ou plutôt ils dé-jouent le sport, cette noble activité où les corps et les esprits se mesurent dans-une-saine-émulation comme on dit. En effet, ils en pointent au passage les petits coups bas, les triches, les grands rêves déçus. Avec tendresse. Ce sont des anges, ces clowns qui se mesurent à l’échec, à la déception, au déséquilibre permanent, à la chute. Ils nous rappellent notre humanité.

Mesdames et messieurs, je déclare z’ouvertes… par WebTV_du_Rond-Point
Patrice Thibaud et Philippe Leygnac, nos deux « déséquilibristes », sont les enfants d’une longue lignée : Buster Keaton, Chaplin, Laurel et Hardy, Tati… Tous ces anges fêlés, tombés du ciel dans le méli-mélo de la vie, où rien ne va comme ça devrait : quand on inspecte le bout d’un tuyau qui ne coule pas, l’eau nous jaillit à la figure, quand on plante un clou, c’est le mur qui s’effondre… Le burlesque ? des corps dans la catastrophe permanente. Et ça nous fait rire. Pas de ce rire acide du bon mot ironique. Celui du spectateur-enfant qui se dit in petto : celui-là, qui vient de tomber du haut de l’échelle, celui-là qui pourtant se relève, c’est moi.

Notre société nous enjoint l’équilibre. ça rassure. Et si nous parvenions à rire aussi de nos petites catastrophes ?

Laurent Seyral

[1] Fair Play, www.theatredurondpoint.fr – Jusqu’au 7 juillet.

Billet du dimanche 19 juin 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *