L’édito de Jean-François Petit

EN SOUVENIR DE TIBHIRINE

Tibhirine, évènement tragique. Mais le tragique traverse aussi chaque existence. Comment vivre une réconciliation avec ce monde, malgré les évènements dramatiques ? Une rude traversée.

DES MASQUES ET DES GANTS. Suite

La crise sanitaire touche en France les personnes âgées et on signale une situation alarmante dans des maisons de retraite. Quelle assistance à nos ainés ? Va-t-on les laisser sans soins ? Quelles conséquences de nos pratiques ?

UN APPEL A LA TREVE, ENFIN !

Le 23 mars, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, a lancé un appel à une trêve générale de tous les conflits dans le monde pour se centrer sur l’épidémie du coronavirus…. Chronique de Jean-François Petit.

masque

DES MASQUES ET DES GANTS

« La France est à la peine pour produire des biens de santé primaires. Alors que les moyens sont toujours là pour exporter massivement des armes. N’est-ce pas l’indice que notre système de santé est profondément malade ? ».
La chronique de jean-François Petit

masque

« L’ESSENTIEL, C’EST DE SURVIVRE »

Dans la crise du coronavirus, il y a certes des gestes premiers, protecteurs et salvateurs, urgents et importants. Mais une réflexion de fond est souhaitable. Car cette épidémie concerne aussi bien les maux de l’âme que de la vie.
Oui, l’essentiel est bien de survivre. Mais à quel prix ?
La chronique de Jean-François Petit

LE « OUI » DE MARIE ET NOTRE « CONSENTEMENT »

Face à une catastrophe sanitaire inégalée, qu’en est-il de notre consentement ?
Prenons garde que « l’état d’urgence » de ces jours ne devienne pas un « coup d’État technologique » de la société de la « surveillance globale ».
La chronique de Jean-François Petit

LAÏCITÉ OBLIGE !

Le 23 mars, le Président de la République a « réuni » (via les réseaux sociaux) les responsables des cultes. Il était temps. Les problèmes commençaient à s’accumuler. A commencer, hélas, par celui…

L’INVENTION DU QUOTIDIEN

Le confinement pousse à un réaménagement du temps, mais aussi à la découverte d’un nouvel « art du quotidien ». Sur les traces de Michel de Certeau.
La chronique de Jean-François Petit

BONHOEFFER, TOUJOURS

Oui, car il peut être un guide pour ce temps de crise. Et nous indiquer la voie de l’engagement, mais aussi du « dégagement », c’est-à-dire un retrait pour reprendre souffle, notamment devant Dieu.
La chronique de Jean-François Petit

DIETRICH BONHOEFFER. UNE THÉOLOGIE POUR TEMPS DE CRISE

Quand l’espoir du salut ne détourne pas des combats à mener ici-bas.
Les pistes pour une véritable « entrée en résistance » dans l’enseignement du pasteur protestant qui s’opposa au nazisme.
La chronique de Jean-François Petit

Camus, encore

Tous les journaux mettent désormais en avant le dilemme des soignants devant l’afflux de malades. Le tri a commencé : « mort inévitable », « mort acceptable », « mort inacceptable »… Ne sommes-nous pas là dans une dérive de nos sociétés post-libérales ?
Contre le fatalisme, la relecture de Camus s’impose.
La chronique de Jean-François Petit

LES ÉPIDÉMIES, UN RÉVÉLATEUR DE SOCIÉTÉ ?

Avec la diffusion du coronavirus, ce qui semblait acquis — l’extinction des grandes pandémies — ne l’est plus.
Quel regard chrétien sur les conséquences de l’épidémie ?
La chronique de Jean-François Petit

Péril sanitaire et mémoire exemplaire

La fulgurante diffusion du coronavirus fait resurgir avec acuité la question du sens ultime de notre vie.
Que le péril sanitaire n’empêche personne de mesurer ses responsabilités personnelles et collectives.
De Jean-François Petit

CRISE DU CORONAVIRUS. QU’EST-CE QUE DIEU NOUS DIT

À la sortie de la messe « portes closes » ce matin, 15 mars, à Saint-Merry, une question me hante : qu’est-ce que Dieu nous dit à travers cette crise sanitaire sans précédent ? Sommes-nous à l’orée d’un monde nouveau…
La réflexion de Jean-François Petit