Au temps du virus

DEVANT L’INCERTITUDE, NOMMER LES PEURS

Les dernières annonces du gouvernement ne sont guère de nature à rassurer. Certes, la crise engendrée par l’épidémie doit être affrontée. Mais, à la peur de renvoyer ses enfants à l’école, de retourner au travail, s’ajoutent celle d’une reprise du covid 19, d’une solitude renforcée par un confinement prolongé ou d’un échec sanitaire et politique !

Pour bâtir demain, relire « 1984 »

L’orientation vers le déconfinement peut-il se nourrir de l’imaginaire de « 1984 » ? Publié en 1949, le roman de Georges Orwell a largement été perçu comme une critique du régime stalinien. Sa nature philosophique n’avait échappé à personne.

SORTIR DE LA PROSTITUTION

Certaines réalités font mal. Mais on doit les regarder en face. L’épidémie a fragilisé les victimes du proxénétisme. Elles sont souvent sans ressources, sans-papiers, exploitées sexuellement, sous la coupe de réseaux mafieux.

SE RASSEMBLER A NOUVEAU

Les tergiversations sur les modalités de rassemblement après le déconfinement vont bon train. Le débat ne se situe pas seulement entre les « girondins », favorables à plus d’autonomie régionale et les « jacobins », attachés au respect de l’État central. Il concerne aussi les Églises et le respect de la liberté de culte.

POUR UNE ALLOCATION UNIVERSELLE

« C’est le bon moment d’envisager un revenu universel ! ». Evoquant la situation très tendue de sa ville, le maire de Clichy-sous-Bois a rappelé une proposition audacieuse (Le Monde, 22 avril).

Survivre, à Gaza

Christophe Denantes, médecin anesthésiste à l’hôpital Avicenne de Bobigny et membre de la communauté de Saint-Merry, effectue chaque année des missions d’entraide dans les hôpitaux de Gaza. Sur la base de cette expérience humanitaire, il est bien placé pour présenter le texte de Mohammed Azaiza sur la double peine que subissent les habitants de la bande de Gaza, entre blocus israélien et coronavirus.

BRISER LES SOLITUDES

« La plus grande des pauvretés, c’est de n’exister pour personne ». Cette citation de Mère Teresa résume parfaitement la situation actuelle. Elle avait aussi été dénoncée par le pape Benoit XVI « L’une des pauvretés plus profondes que l’homme puisse expérimenter est la solitude » (Caritas in veritate, §53). Cependant…

LE MUSICIEN DE SAINT-MERRY

« Voici le soir. À Saint-Merry c’est l’Angelus qui sonne. O nuit, toi, ma douleur et mon attente vaine. J’entends mourir le son d’une flûte lointaine », chantait Guillaume Apollinaire dans un texte de 1925 que Jean Verrier nous fait redécouvrir.

EN FINIR AVEC LE SYSTÈME CARCÉRAL

A juste titre, on s’est ému du sort des prisonniers soumis à l’épidémie. Des mutineries sporadiques en mars dernier avaient donné lieu à des inquiétudes. Le calme revenu, la question des prisons disparaît une fois de plus des radars. Pourtant, le test le plus sûr d’un régime politique, c’est la manière dont il s’occupe des prisons.

Noosphère

Pour l’Occident, l’heure des remises en question a sonné. L’épidémie montre à quel point il est devenu important de lutter contre les rumeurs et les manipulations. Et de bâtir un monde nouveau, en se tournant vers des besoins plus fondamentaux, durables et humanisants.

LES NOMADES, UN SORT A PART ?

En temps d’épidémie, ce sont toujours les plus fragiles, les immigrés, les réfugiés, les exilés, les non-sédentaires qui risquent d’être montrés du doigt. Pourtant, c’est bien aux « franges » de la République que se joue aussi notre avenir.

OISEAUX

« Depuis le 17 mars début du confinement, j’ai vu : des moineaux rondouillards, d’autres moineaux, des mésanges, des tourterelles, des merlettes et un couple de perroquets verts…
Oui, à Paris, il y a encore beaucoup d’oiseaux réfugiés dans les jardins. C’est nous qui sommes en cage ».
La chronique de Jean Verrier

RENÉ LUNEAU, UN PÈRE DE L’ÉGLISE AFRICAINE

« Un vieillard qui meurt en Afrique, c’est une bibliothèque qui brûle ». Jamais ce dicton attribué à Amadou Hampaté Bâ lors d’un discours à l’UNESCO en 1960 ne s’est autant appliqué…

DES VOILES ET DES MASQUES

Aurons-nous tous à porter des masques au sortir du confinement ? Cette préconisation, au nom d’un impératif sanitaire bien compris, n’est pas sans poser d’énormes questions. Hier, en France « l’affaire du…

« Je te cherche et t’appelle, mon Dieu »

« Le Cantique des Cantiques nous montre le chemin de l’union aussi bien entre Israël et son Dieu qu’entre le Christ et son Église, la terre et le ciel, l’âme et le corps, l’homme et la femme… »
La méditation d’Élisabeth Smadja

AH, L’INFLUENZA !

En ce début du nouvel an 1890, à Paris comme en province, on ne s’aborde plus en se faisant des souhaits. On se demande avec inquiétude : « Avez-vous eu l’influenza ? Avez-vous l’influenza ? L’influenza ne règne-t-elle pas chez vous ? »

Les églises vides : un signe et un défi

« En temps de catastrophes, je ne vois pas Dieu comme un metteur en scène de mauvaise humeur, assis confortablement dans les coulisses des événements de notre monde.
Quant aux églises vides, ne seraient-elles pas le signe de ce qui advient déjà dans de nombreux pays et qui risque de se généraliser si nous ne poursuivons pas le mouvement de réforme entrepris par le pape François ? »
L’analyse de Tomáš Halík, théologien et philosophe tchèque, qui a été conseiller du président Vaclav Havel.

DES PRÊTRES DANS L’ÉPIDÉMIE

La crise du coronavirus a touché aussi des prêtres en France. Trois en Alsace, plusieurs autres cas en France. Pas moins de 12 jésuites sont morts en peu de temps,…

La mouette et le chat de Sepúlveda

Atteint du Covid-19, l’écrivain chilien Luis Sepúlveda est mort à l’âge de 70 ans, à Oviedo en Espagne. En 2014, Jean Verrier lui avait consacré cet article que nous republions.

ÉCRIRE

Que faire en période de confinement ? Téléphoner, dessiner, peindre, cuisiner, dormir, rêver… Écrire, surtout.
Le conseil de Jean Verrier, sur les traces d’Elena Ferrante, auteure de « L’amie prodigieuse » et des « Chroniques du hasard »

LES APPRENTIS SORCIERS

L’hypothèse la plus avancée pour l’origine de l’épidémie est la transmission du virus par un contact entre chauves-souris, pangolins et humains lors d’un trafic d’animaux pendant un marché en Chine. Mais cette chaine de transmission funeste a eu le mérite d’attirer notre attention sur une autre réalité.