Au temps du virus

Camus, encore

Tous les journaux mettent désormais en avant le dilemme des soignants devant l’afflux de malades. Le tri a commencé : « mort inévitable », « mort acceptable », « mort inacceptable »… Ne sommes-nous pas là dans une dérive de nos sociétés post-libérales ?
Contre le fatalisme, la relecture de Camus s’impose.
La chronique de Jean-François Petit

Notre affaire à tous

« On apprend au milieu des fléaux, qu’il y a dans les hommes plus de choses à admirer que de choses à mépriser ».
Dans sa chronique, Jean Verrier nous dit pourquoi c’est vraiment le moment de lire ou de relire « La Peste » d’Albert Camus.

LES ÉPIDÉMIES, UN RÉVÉLATEUR DE SOCIÉTÉ ?

Avec la diffusion du coronavirus, ce qui semblait acquis — l’extinction des grandes pandémies — ne l’est plus.
Quel regard chrétien sur les conséquences de l’épidémie ?
La chronique de Jean-François Petit

Péril sanitaire et mémoire exemplaire

La fulgurante diffusion du coronavirus fait resurgir avec acuité la question du sens ultime de notre vie.
Que le péril sanitaire n’empêche personne de mesurer ses responsabilités personnelles et collectives.
De Jean-François Petit

CRISE DU CORONAVIRUS. QU’EST-CE QUE DIEU NOUS DIT

À la sortie de la messe « portes closes » ce matin, 15 mars, à Saint-Merry, une question me hante : qu’est-ce que Dieu nous dit à travers cette crise sanitaire sans précédent ? Sommes-nous à l’orée d’un monde nouveau…
La réflexion de Jean-François Petit