Liturgie

« Nous formons tous un même corps »

« Nous formons tous un même corps »

« Nous formons tous un seul corps » abreuvés par le même Esprit. Que cet Esprit fasse que tous ceux qui partagent le repas du Seigneur forment un seul corps, le Corps du Christ, ton Eglise.
Qu’elle soit le lieu de la rencontre harmonieuse et discordante des différences.
Qu’elle soit le lieu de l’accueil de tous ceux qui viennent des quatre coins de l’univers.
Qu’elle soit le lieu où petits et grands, nouveaux et vétérans, se retrouvent et vivent, réellement, ensemble.
Qu’elle soit ferment de fraternité et de liberté pour affronter tous les problèmes colossaux qui sont dans la maison commune, tels les migrants qui, du haut et du creux des vagues, nous interpellent et nous rappellent que « Dieu aime l’immigré ».
Qu’elle soit moteur dynamisant pour avec tous les autres, nous prenions sérieusement en main la sauvegarde de la maison commune.

« Il a obtenu une libération définitive »

« Il a obtenu une libération définitive »

« Ils viennent nous “voler” nos hosties et même pas un petit amen de bienséance ou de gratitude. Peu importe, nous ne traînons pas dans le secret des cœurs et nous ignorons le travail qui s’y s’opère… À ces inconnus de passage, nous n’avons exigé ni certificat de baptême ni récitation par cœur du credo ni vérifié s’ils étaient en règle, bref ils ont communié… Pour la multitude répond le Christ, libération définitive ! »
Le commentaire de l’évangile du dimanche par Pierre Castaner

« Abba ! » c’est-à-dire « Père ! »

« Abba ! » c’est-à-dire « Père ! »

Par l’Esprit, aujourd’hui nous nous reconnaissons « enfants de Dieu », « héritiers avec le Christ ». Et nous faisons l’expérience de l’amour du Père.
Au quotidien, cet amour nous fait vivre, nous transforme, nous fait agir mais en héritiers : c’est dire que nos limites, nos peurs, nos doutes comme ceux des apôtres, se réduisent ou tombent ! C’est dire également que, héritiers grâce à l’Esprit, nous sommes envoyés pour redonner ou partager ce que nous recevons, pour créer une nouvelle histoire.

« Où est l’Esprit là est la liberté »

La Pentecôte…
La fête de l’Esprit ? Mais l’Esprit a-t-il besoin d’un temps spécifique et d’un lieu particulier ? Puisqu’il souffle où et quand il veut.
La fête de l’Eglise ? Oui, à condition qu’elle accepte de recevoir ce souffle qui bouleverse ses crispations qui font passer la loi avant la miséricorde.
La fête de notre libération ? Oui, à condition que chacune et chacun accueille ce souffle inprévisible en dévérouillant d’abord ses portes
La fête de la Parole qui nous offre la liberté afin de proclamer les merveilles de Dieu ? Oui, à condition de nous ouvrir avec audace aux rencontres et à la compréhension de nos différences.
Alors pourquoi encore enfermer la Parole ?

« Il reviendra »

Père
En s’effaçant aux yeux de ses apôtres ton fils les a projetés dans l’avenir
Leur vérité est devenue espérance
Leur vérité est devenue liberté
Leur vérité est devenue pauvreté

Quel amour me porte aujourd’hui ?

Quel amour me porte aujourd’hui ?

QUEL AMOUR ME PORTE AUJOURD’HUI ?   Une grande variété de réponses (+ de 160) et…de couleurs. En voici des échos, des extraits comme des parcelles de diamant  ou des bouts…

« Chantons un nouveau chant d’amour »

« Chantons un nouveau chant d’amour »

Nous venons d’entendre le récit de la rencontre entre Pierre et le centurion Corneille…
Dieu est impartial… Il accueille quiconque…
Nul ne peut refuser le baptême à autrui car l’Esprit Saint ne se réserve à personne…
« Qui suis-je pour juger ? » dit aujourd’hui le pape François !
C’est dans ce respect de chacune et de chacun que – de décembre 2014 à mars 2015 – nous avons recueilli des témoignages sur les situations familiales très différentes, vécues au sein de notre communauté.
Ecoutez, ils constituent déjà quelques strophes d’un “nouveau chant d’amour“ :

« Aimer en acte et vérité »

Père
Sommes-nous capable de produire du bonheur comme la vigne produit du raisin
Sommes-nous capables de produire de la vie comme le raisin produit du vin
Sommes-nous capables d’entendre et de comprendre les soifs et les faims de ceux qui nous entourent
Sommes-nous capables de partager avec eux sans arrière pensée
Sommes-nous capables de nous engager auprès d’eux sans vouloir les soumettre
Sommes-nous capables de produire davantage de lien entre les hommes que d’idées pour les diriger
Père rends-nous capables de la même humilité que ton fils entièrement donné à ses frères

« Éternel est son amour»

Je suis le bon pasteur. Je me dessaisis de ma vie pour mes brebis: c’est à dire pour moi, pour toi, pour nous, pour tous.
Ce n’est pas une blague, ce ne sont pas des mots en l’air, des jeux de mots plus ou moins spirituels et subtils, des effets de style. Ce n’est pas une fiction. C’est le réel le plus cru…

« Tu me donnes d’habiter dans la confiance »

« Tu me donnes d’habiter dans la confiance »

la révélation n’est pas seulement un contenu, c’est d’abord simplement une expérience, une expérience de relation qui peut être faite par n’importe qui, par n’importe quel moyen et dont il est important qu’elle soit reçue, qu’elle soit tenue pour vraie par un autre, donc qu’elle soit accueillie.
Alors, qu’est-ce qui nous fait basculer dans la confiance ?

« Il les aima jusqu’au bout »

« Il les aima jusqu’au bout »

Célébration de la passion et mort de notre Seigneur Jésus-Christ. Tout notre être se rebiffe face à la passion, nous refusons la mort. La croix nous dégoute et nous répugne.
La Passion de Jésus, sa mort, sa croix nous renvoie à nos violences, à nos oppressions. Oui à nos violences en tout genre. Ici et ailleurs. Aujourd’hui.

« J’attirerai à moi tous les hommes »

« Je mettrai ma Loi au plus profond d’eux-mêmes ; je l’inscrirai sur leur cœur….Ils n’auront plus à instruire chacun son compagnon,
ni chacun son frère en disant : “Apprends à connaître le Seigneur !” Car tous me connaîtront, des plus petits jusqu’aux plus grands » (Jr 31, 33-34)

« La folie de Dieu plus sage que les hommes ! »

Cessez de faire de la maison de mon Père une maison de commerce. »
Des Juifs l’interpellèrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour agir ainsi ? »
Jésus leur répondit : « Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai. »
…il parlait du sanctuaire de son corps.

« Mon alliance à jamais »

Si vous êtes actuellement dans un désert de solitude, ici nous aimerions pouvoir vous dire notre présence à vos côtés. En même temps aujourd’hui nous entendons tous l’Esprit nous pousser à durer au désert et l’Evangile nous appeler à croire.

« C’est maintenant le moment favorable »

Jésus disait à ses disciples :
« Ce que vous faites pour devenir des justes,évitez de l’accomplir devant les hommes pour vous faire remarquer.
Quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite…
Et quand tu pries,retire-toi dans ta pièce la plus retirée, et prie ton Père qui est présent dans le secret…
Et quand tu jeûnes,parfume- toi la tête et lave- toi le visage… »

« Que veux-tu que je fasse ?»

Que nous sachions inclure plutôt qu’exclure . Que nous sachions nous laisser toucher par la parole comme par tous les êtres croisés en chemin, et que cela donne sens au quotidien et à notre foi. Que nous sachions reconnaître les traces de la dignité et de la liberté que nous offre Jésus00 comme au lépreux, et que cela nous rende heureux de parler, et de témoigner à notre façon.

« Allons ailleurs »

Dieu est sorti. Il a voulu rejoindre nos routes humaines et spirituelles. Il brouille les frontières entre l’humain et le divin, le temporel et le spirituel, le profane et le sacré.