Liturgie

« Ouvrir ton chemin »

Nous proclamons que ton Fils est vivant
Mais quel rapport notre vie a-t-elle avec la sienne ?
nous proclamons que tu es grand
Mais quel rapport notre vie a-t-elle avec cette grandeur ?

« Restez éveillés »

« Restez éveillés »

« Veillez donc,
car vous ne savez pas
quand vient le maître de la maison… il ne faudrait pas qu’il vous trouve endormis.
Ce que je vous dis là, je le dis à tous : veillez ! »

Pourquoi Jésus s’est-il laissé mourir sur la croix ?

Pourquoi Jésus s’est-il laissé mourir sur la croix ?

Pourquoi Jésus s’est-il laissé mourir sur la croix ?Tel est le thème du nouveau parcours que les enfants ont eux-mêmes choisi. La mort, qu’il y a après ? Pourquoi Jésus est mort ? Autant d’interrogations sur lesquels nos enfants nous interpellent souvent.

« J’étais un étranger, vous m’avez accueilli »

« J’étais un étranger, vous m’avez accueilli »

« j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !’

« Elle tend la main aux malheureux »

Ne nous perdons pas dans les détails, regardons la visée, la pointe de la parabole. Dans un contexte d’angoisse vis-à-vis de la fin du monde, Jésus répond aux disciples inquiets et apeurés par la fin : « quant au jour et à l’heure personne ne les connait, même pas le Fils, sinon le Père…veillez donc ». Veillez ! Chacun a donc reçu de talents. Nous comme les autres. Il nous revient de les faire fructifier. Rendre productif ce qui nous a été donné.

« Le temple, c’est vous ! »

« Le temple, c’est vous ! »

« Frères, vous êtes la maison que Dieu construit » (1 Co 3, 9b-11.16-17). Le sacré n’est pas dans les pierres, il est dans l’homme qui donne vie aux pierres car c’est lui qui est en vérité le Temple de Dieu.

« Dès maintenant nous sommes enfants de Dieu »

« Heureux les pauvres de cœur…
Heureux les doux …
Heureux ceux qui pleurent …
Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice…
Heureux les cœurs purs…
Heureux les artisans de paix …
Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice…
Heureux serez-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi.

« Entrons dans la vie »

« Nous faisons aujourd’hui mémoire de nos frères et sœurs en humanité qui ne sont plus et – heureuse coïncidence du calendrier – nous célébrons la résurrection du Christ et celle qui nous est promise ».
Le commentaire des textes de notre célébration du 2 novembre

« Aucune porte ne sera fermée »

« Aucune porte ne sera fermée »

Ouvrez les portes d’abord à la confiance et à la louange.
Ensuite, ouvrons les portes de nos institutions, pour ne pas en être prisonniers, mais pour être vraiment libres. Ce à quoi Jésus nous appelle, c’est à sortir d’une logique où l’on distingue ce qui est permis et ce qui est interdit, ce qui est licite et illicite, ce qui est légitime de ce qui est illégitime pour entrer dans une logique de vie, d’amour et de liberté, de foi, de charité et d’espérance.

« Le Dieu de la paix sera avec vous »

« Le Dieu de la paix sera avec vous »

« En détruisant la vigne qui était fermement clôturée, gardée, protégée, le maître, en fait, l’expose et l’ouvre vers un ailleurs encore à venir ; l’offre à d’autres, des inconnus.
Dieu ne circonscrit rien, ne limite rien, et, moins encore, ne se laisse enfermer dans les dogmes de ses Églises »

« Allez vous aussi à ma vigne »

« Allez vous aussi à ma vigne »

« Mes pensées ne sont pas vos pensées, et mes chemins ne sont pas vos chemins, déclare le Seigneur. Autant le ciel est élevé au-dessus de la terre, autant mes chemins sont élevés au-dessus des vôtres, et mes pensées, au-dessus de vos pensées ».

Les enfants à Saint-Merry

Les enfants ne sont pas toujours très visibles durant les célébrations à Saint-Merry. Mais ils sont bien dans nos murs !

« Au lieu de détruire, il pardonne »

« Au lieu de détruire, il pardonne »

Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique : ainsi tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais il obtiendra la vie éternelle.
Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé.

« Transformez-vous »

« Transformez-vous en renouvelant votre façon de penser pour savoir reconnaître quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui est capable de lui plaire, ce qui est parfait ». L’exhortation de Paul aux Romains est plus que jamais d’actualité en ce 22e dimanche du Temps ordinaire

« Heureuse celle qui a cru ! »

Le chrétien qui chante le magnificat avec Marie ne peut être complice des injustices du monde.
Avons-nous l’ouïe assez fine pour distinguer, dans ce fatras d’informations quotidiennes, des mots qui peuvent nous faire vivre véritablement et qui peuvent nous dire qu’il y a peut être du bonheur à construire et à vivre de ce côté ci, celui de l’Esprit ?

« Confiance ! N’ayez pas peur ! » 

« Comme Pierre commençait à enfoncer, il cria : ‘Seigneur, sauve-moi !’
Aussitôt Jésus étendit la main, le saisit et lui dit : ‘Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ?’ »