Prises de parole

« Comment tes yeux se sont-ils ouverts ?»

Jésus dit : cet homme frappé par le malheur n’est pas coupable. Ses parents ne sont pas coupables. En fait, il n’y a pas de coupable. Le malheur est là et pas de coupable. Que faire ? Que penser ? Attendre, espérer…une transformation, une issue ? Quel courage dans cette attente-là. Quel courage ou plutôt quelle confiance faut-il avoir pour être dans l’espérance au cœur des ténèbres.

« Relevez-vous et n’ayez pas peur »

Nous sommes invités à être debout. Chacun a un rôle à jouer avec ses compétences pour prendre la relève de l’économie libérale, fustigée par notre pape François dans l’Evangile de la joie.

« L’homme devint un être vivant »

« L’homme devint un être vivant »

Pourrait-on dire que les trois lectures de ce premier dimanche de Carême parlent de combat spirituel, un combat pour devenir un être vivant, en prise avec la réalité du bien et du mal, avec le péché, avec la tentation de nos désirs perpétuels, avec l’économie avilissante et le social si peu solidaire.

« Laissez-vous réconcilier »

« Laissez-vous réconcilier »

« Si vous voulez vivre comme des justes, évitez d’agir devant les hommes pour vous faire remarquer…. quand tu fais l’aumône… quand tu pries… quand tu jeûnes… »

« Mon repos en Dieu seul »

« Aucun homme ne peut servir deux maîtres : ou bien il détestera l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent. « 

« Le Seigneur est tendresse »

Soyez saints, car moi, le Seigneur votre Dieu, je suis saint.
Tu n’auras aucune pensée de haine contre ton frère. Mais tu n’hésiteras pas à réprimander ton compagnon … Tu aimeras ton prochain comme toi-même.

« Que votre oui soit oui ! »

« Que votre oui soit oui ! »

Le discours sur la montagne est une composition littéraire de l’auteur, mais elle est fondamentale : elle exprime comment les premiers chrétiens, majoritairement d’origine juive, devaient appliquer la LOI, pour pouvoir accéder à la FOI.

« Ne te dérobe pas »

« Ne te dérobe pas »

« Partage ton pain avec celui qui a faim, recueille chez toi le malheureux sans-abri, couvre celui que tu verras sans vêtement, ne te dérobe pas à ton semblable. »
La lecture du livre d’Isaïe donne le ton de ce cinquième dimanche du temps ordinaire.

« Ainsi seront dévoilées les pensées secrètes »

« Ainsi seront dévoilées les pensées secrètes »

Dans l’Evangile d’aujourd’hui, Syméon, vieux au-delà des âges, nous assène des paroles terribles après un court moment de grâce : « Il [Jésus] sera un signe de division. — Et toi-même, ton cœur sera transpercé par une épée. — Ainsi seront dévoilées les pensées secrètes d’un grand nombre. »
Fini de rigoler, en somme. Terminé les enfilages de perles, les petits compromis entre moi et moi-même sous couvert d’un rituel qui me conviendrait. Ce qui nous est proposé ici, c’est la lumière crue, violente, de la lumière pour de vrai, de la lumière pour dire vrai.

« Il les appela, aussitôt ils le suivirent »

« Il les appela, aussitôt ils le suivirent »

Aujourd’hui, comme hier et demain, Jésus nous appelle à l’accompagner pour construire le royaume, déjà réel chaque fois que nous y apportons une nouvelle pierre de justice, par la beauté, l’intelligence, le soin des pauvres… Et celui qui nous demande de l’accompagner nous accompagne, chaque jour, ainsi que nous le rappelle l’Evangile : « Et moi, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à l’achèvement des temps » (Mt 28,20).

« Aujourd’hui s’accomplit l’Écriture »

Pour la 100e journée mondiale du Migrant et de du Réfugié, le Pape François a donné le ton : « Un changement d’attitude envers les migrants et les réfugiés est nécessaire de la part de tous : le passage d’une attitude de défense et de peur, de désintérêt ou de marginalisation, à une autre qui ait comme base la culture de la rencontre. »
Notre célébration.

Il est le Dieu des vivants

Il est le Dieu des vivants

Année C 32ème dimanche du temps ordinaire 10 novembre 2013   « Quant à dire que les morts doivent ressusciter, Moïse lui-même le fait comprendre dans le récit du buisson…