Psaumes de notre temps

« Ne fermez pas votre cœur »

« En notre cœur, est un jardin si discret, si intime
…
Plus vaste que la mer, sans frontières,

Il est océan sans tempête ».

Variations sur le Psaume 95 par Jacqueline Casaubon

Grande solitude

« Le jour, j’appelle, je crie,
Aucun écho, la solitude ».
Variations sur le Psaume 39 par Jacqueline Casaubon

Que j’éveille l’aurore !

« Ils font trembler la terre,
Ils la fissurent pour mieux régner.
On ferme les pays, on poursuit les nomades ».
Variations sur le Psaume 107 par Jacqueline Casaubon

« Faudrait-il… »

« Combien de temps, Seigneur,
Faudrait-il nous abriter
Dans une caverne du Sinaï… »
Notre psautier s’enrichit avec cette variation sur le Psaume 12.
Par Jacqueline Casaubon

On s’en est allés

« Combien de lunaisons
Pour voir arriver l’aurore,
Combien de gestes de tendresse de notre part
Pour s’aimer comme il se doit ? »
Nouveau volet de notre psautier.
Jacqueline Casaubon réécrit en paroles et en images le psaume 126

Ils erraient dans leur solitude

Ils erraient dans leur solitude

« Du nord jusqu’à la mer/il y avait ceux qui erraient dan le désert/Solitude dans les chemins/ils ne trouvaient pas une ville habitable ». Le psaume 107 chante la peur et l’angoisse des errants. Et la confiance en Yhwh pour son amour.
Jacqueline Casaubon nous en propose une variation pour notre série des psaumes d’aujourd’hui

« Ces gens-là »

« Ces gens-là »

Ceux que l’on n’appelle pas par leur nom et que l’on regarde parfois avec mépris. Ceux qui sont aux marges de nos sociétés, les « anawim », les pauvres que Dieu aime.
Deuxième variation sur les psaumes d’aujourd’hui.
Par Michel Bourdeau

Des profondeurs du métro

Cri et louange. Les Psaumes oscillent entre ces deux pôles, avec de multiples variations :  colère, détresse, abandon, confiance…
La même gamme de sentiments qui inspire les psaumes d’aujourd’hui écrits à l’initiative de notre Atelier Actualité.
Jacqueline Casaubon relit ainsi le célèbre « De profundis »