Ce que nous dit l’espace de recueillement du claustra

En plus d'une œuvre d'art, d'une bougie allumée, d'un tapis, de quelques chaises et petits bancs de méditation, l'espace de recueillement dans le claustra dispose d'un cahier d'intentions de prières, d'un classeur de textes spirituels et de bougies qui attendent d'être allumées. Les passants, croyants ou non, écrivent leurs pensées et prières dans le premier, choisissent des textes de prières pour nourrir et poursuivre leur méditation dans le second. La beauté, la lumière, la hauteur du lieu inspire un triple mouvement d'intériorité, d'expansion et d'élévation de l'âme qui est, pour le croyant, travail de l'Esprit.

Ils viennent de partout, sans gêne souvent pour indiquer leur foi, leur confession.

Des personnes viennent de tous les continents, écrivent dans moult alphabets et langues. Le déchiffrage n’est pas toujours évident. Ce que vous avez pris pour une prière arabe se révèle un poème persan ! Mais une lecture attentive révèle un authentique besoin de confier à Dieu – et/ou simplement aux hommes leurs peines, leurs joies, leurs détresses, leur foi, leurs actions de grâce, leurs doutes, leurs espérances. Certains n’hésitent pas à exprimer leur foi qu’ils soient chrétiens, musulmans – les intentions adressées à Marie, Myriem, sont fréquentes – ou d’une autre confession ou sans confession. Les messages sont d’abord demandes personnelles ou intercessions : « amour », « guérison », « pardon », « santé », « travail », « joie », « consolation », « union du couple », « réunion familiale », « espérance »… Les maladresses d’expression ne sont pas rares mais n’en imposent pas moins le plus grand respect. Des prières pour la Paix et plus précisément pour « une disparition des barrières entre les religions », pour « une union des religions, condition de paix et de réconciliation dans un monde violent ». Quelques prières pointent l’urgence du combat pour la « justice » et « l’écologie ».

Des intentions de prières accueillies par la communauté

Des paroles et/ou prières d’action de grâces moins nombreuses, inégales
mais souvent très émouvantes. D’abord sur la « beauté », le « calme », la « sérénité » du lieu, « havre de méditation » ; sur Paris… avec de fréquents « I love Paris » accompagnés de son incontournable cœur dessiné ! Viennent ensuite des remerciements les plus simples – « Merci Saint-Merry d’accueillir toutes les intentions de nos prières, BT, le 8/2/19  » – jusqu’aux paroles où l’intériorité et la transcendance se font plus explicites. A. écrit le 18 mai : « Merci pour toutes les personnes qui veillent sur ce patrimoine culturel et religieux. Que Dieu vous bénisse ! » Un Québécois écrit le 8 mars : « Quand le clergé est corrompu, la fin du christianisme est proche, tout a une fin, les
religions, les civilisations ; seule la vie est éternelle. Jésus en est la synthèse inaltérée et prodigieuse. Béni soient les parisiens et les Québécois ». Les enfants dessinent et écrivent aussi, avec la fraîcheur qui les caractérise ; ainsi Mathilde, 9 ans, le 16 février : « J’ai beaucoup aimé l’église et son histoire. Moi, je crois en Dieu, j’espère que vous aussi. »

Le cahier d’intentions de prière est aussi le reflet de la société de notre temps. Des poèmes y côtoient des propos et dessins racistes. L’incendie de Notre-Dame est présent ainsi que son lot de fake news. Une page manque témoignant d’un « dialogue » inachevé !

Enfin, ce cahier ouvert à tous ne sert pas simplement de miroir du monde. Les intentions contenues sont lues. Un tri délicat est fait. Les plus authentiques sont confiées principalement à la prière des participants de la messe du mercredi à 19h et/ou d’un des temps spirituels comme le Dialogue contemplatif-prière ignatienne, le 3è jeudi à 19h, dans ce magnifique et liturgique espace.

Le Testament de Christian de Chergé plébiscité

Le classeur de textes spirituels de ce lieu est visité. La possibilité de prendre une copie d’un texte – moyennant une « piécette » – permet de se faire une idée des besoins et désirs des personnes souhaitant s’attarder quelque peu dans ce lieu. Sur les 12 textes présentés, parmi les 5 les plus demandés, le Testament de Christian de Chergé vient en premier – la traduction en arabe est également choisie. En second, Pardonner, se pardonner… Exhortation du pape François sur l’amour dans la famille. En troisième position, C’est moi l’artiste! dit Dieu, deMadeleine Delbrel in Nous autres gens des rues. Puis, Mon Dieu, je ne vous aime pas ! de Marie Noël in Notes intimes. Enfin, Give us, Lord, our daily bread and a bit o’butter, Anonymous, Lancaster, England (existe en version française).

Ainsi, cet espace mystique et public se révèle tout à la fois : espace d’accueil pour tout chercheur de sens, de vérité, d’unité ; espace de recueil des paroles « des périphéries » – oreille ouverte sur le monde – ;  espace de méditation avec proposition de quelques textes spirituels – main ouverte sur le monde – ; espace de communion quand les différentes prières collectives portent les intentions de nos frères et sœurs en humanité – cœur ouvert sur le monde – ;  espace de ressourcement où l’Esprit nous précède et oblige à la fécondité, à la fraternité ; enfin espace qui consonne, avec d’autres, à la devise de Saint-Merry : « L’Evangile dans la ville ».

Jean-Marc Noirot

Pierre Castaner, Michel Kineider, Claire Saconney

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.