« Chantez, exultez, dansez, les justes sont en fête »

©fc
©fc

22ème dimanche du Temps Ordinaire
Année C

Lectures
1ère lecture : « Il faut t’abaisser : tu trouveras grâce devant le Seigneur » (Si 3, 17-18.20.28-29)
2ème lecture : « Vous êtes venus vers la montagne de Sion et vers la ville du Dieu vivant » (He 12, 18-19.22-24a)
Evangile : « Quiconque s’élève sera abaissé, qui s’abaisse sera élevé » (Lc 14, 1.7-14)

Jésus disait aussi à celui qui l’avait invité :
« Quand tu donnes un déjeuner ou un dîner,
n’invite pas tes amis, ni tes frères,
ni tes parents, ni de riches voisins ;
sinon, eux aussi te rendraient l’invitation
et ce serait pour toi un don en retour.
Au contraire, quand tu donnes une réception,
invite des pauvres, des estropiés,
des boiteux, des aveugles ;
heureux seras-tu,
parce qu’ils n’ont rien à te donner en retour :
cela te sera rendu à la résurrection des justes. »
(Lc 14, 12-14)

Commentaire de l’évangile

Dans ce passage de l’Evangile, nous ne retenons généralement que le premier passage et sa conclusion sévère voire moralisatrice : « quiconque s’élève sera abaissé et qui s’abaisse sera élevé ». C’est d’ailleurs cette phrase qui est mise en avant dans nos missels et nous en tirons quelques leçons toujours utiles sur les vertus de l’humilité.

Mais c’est oublier que le passage qui nous est proposé se termine sur des paroles encore plus fortes, qui nous demandent d’inviter sans rien attendre en retour.

Alors, dans ce contexte, l’humilité prend une toute autre dimension.

Ce n’est plus l’humilité de la première lecture, comportement sage pour mieux vivre en société et attitude de respect face à un Seigneur tout puissant.

Ce n’est évidemment pas une humilité hypocrite, consistant à se placer volontairement à la dernière place, dans le secret espoir qu’on soit appelé au premier rang, devant les yeux de toute l’assistance.

Ce n’est pas non plus une fausse humilité, qui reviendrait à nier tous ses talents ou ses vertus, sous prétexte de ne pas se mettre en avant, car après tout, Dieu nous demande aussi de faire fructifier les talents qu’il nous a confiés.

Non, cette humilité, c’est de savoir à tout moment se mettre à sa juste place, non pas par référence aux honneurs et aux rangs de la société, mais en se mettant au service de celles et ceux qui sont les plus faibles et qui sont délaissés.

Etre humble, ce n’est pas prendre la dernière place et ne rien faire. Au contraire, être humble, c’est prendre la dernière place, mais en écoutant, en étant attentif à ce qui se passe autour de nous, afin d’inviter les pauvres, les aveugles et les estropiés à prendre place au premier rang. Et évidemment, être humble, ce n’est pas clamer sur tous les toits ce que l’on fait, puisque notre Père voit ce que nous faisons en secret et nous le revaudra.

Je dois avouer que j’ai un peu plus de mal avec cette dernière conclusion : une récompense dans les cieux, la belle affaire, car je sais que j’ai avant tout besoin d’un minimum de reconnaissance ici-bas pour pouvoir avancer, surtout qu’il n’est pas si facile d’agir à contre-courant de la société.

Alors, comment faire ? Tous les saints et les saintes qui nous ont précédés et représentent des exemples pour nous, de mère Thérésa à Sœur Emmanuelle, ont tous dit qu’ils puisaient leur énergie dans le Christ, et donc dans la prière fervente, et qu’ils en retiraient une force et une joie profonde dans leur vie terrestre. Personnellement, j’en suis encore loin, mais au moins, le chemin est clairement tracé.

Vincent Moreau

 

Prière universelle

Seigneur, je suis inquiet du climat de méfiance et de défiance qui règne à l’heure actuelle dans notre pays.

Méfiance vis-à-vis de nos frères musulmans, comme le montrent les dernières mesures prises par certains maires, et dont le premier effet sera avant tout d’attiser la suspicion d’un côté, et le ressentiment de l’autre.

Défiance de tous, parfois savamment entretenue pour des raisons électoralistes, envers nos décideurs, suspectés de ne jamais en faire assez.

Défiance les uns envers les autres, qui nous fait accepter peu à peu à renoncer à nos libertés au nom du combat contre les terroristes, mais qui consacre dans le même temps leur victoire, eux qui veulent la mort de nos libertés.

Je sais que rien n’est simple, que tout n’est pas blanc ou noir, mais puissions-nous au moins retrouver dans le débat public, sérénité dans les échanges, intelligence dans les arguments, et respect absolu des personnes.

Seigneur, écoute-nous.

Vincent Moreau

Méditation à la manière d’une prière eucharistique

Le Cène - Rijksmuseum, Amsterdam

Dieu notre Père nous voici réunis pour te rendre grâces, c.à.d. pour te remercier. Il fait bon, ici, un peu frais par ce temps de chaleur intense, et cette fraîcheur ne fait pas de mal, bien entendu. Ces contrastes nous rappellent la beauté et la bonté de cette création dont tu es l’origine et à l’origine. Mais également notre responsabilité pour que notre maison commune ne devienne pas l’enfer pour tous. Nous te remercions pour notre planète, notre maison commune, ta création et pour ce rappel à notre responsabilité.

Aujourd’hui tu nous invites encore à ton banquet, c’est pourquoi nous sommes heureux et joyeux. Avec toi, dans ton banquet, il n’est pas question d’un concours pour voir et savoir qu’elle est notre place, la meilleure, la première place. Ce qui est certain c’est qu’il y a de la place pour tous et que ce ne sont pas nos mérites, ni nos compétences qui nous rendent capables de prendre place à ta table. C’est ton amour infini qui donne le billet d’entrée dans ton banquet pour tous et chacun, à commencer par les plus faibles, les plus pauvres, les moins que rien,.

Nous te remercions pour cette invitation, pour ce banquet et pour la leçon d’humilité que tu nous donnes encore aujourd’hui. Une humilité qui n’est pas une posture, une technique, un calcul. D’autant plus que tout cela nous l’avons vu et appris grâce à ton Fils, notre Seigneur Jésus.

Pour tout cela nous te remercions encore et surtout, pour et par ton Fils, notre seigneur Jésus, nous te louons et nous te chantons.

Quelle leçon d’humilité, justement, celle donnée par Jésus, ton Fils. On ne peut pas dire qu’il a cherché la première place. Et s’il l’a fait il a eu une drôle de manière de le faire : en se mettant au service de tous et plus particulièrement des malades, des pauvres, des exclus de tout poil, dès lors il a fini, logiquement, sur la croix, comme l’EXCLU par excellence. Et là encore, en fonction de ta manière de faire si déroutante, tu l’as fait passer à la première place et il est devenu le premier Vivant de tous les morts. Le Vivant pour toujours et pour tous. C’est par ton Esprit que tu as opéré une telle merveille. Que ce même Esprit fasse de ce pain et de ce vin les signes visibles de la présence du Vivant parmi nous, qu’ils soient les signes du Corps et du Sang de notre Seigneur Jésus, ton Fils.

Mais ce banquet d’exception est un banquet permanent : faites cela en mémoire de moi. C’est un banquet mémorial que nous actualisons pour en vivre. Oui nous faisons mémoire de la vie, de la mort et de la résurrection de notre Seigneur Jésus et nous l’attendons dans la joie de l’espérance.

Le banquet que tu nous offres, Dieu notre Père, ce n’est pas un banquet privé et privatif, un banquet de club privé, pour une élite. La preuve, nous y sommes ! La nature de ce banquet et d’être ouvert à tous et plus particulièrement aux plus faibles et aux plus pauvres ; Et c’est aux invités d’ouvrir les portes et de faire partager ce banquet à tous. C’est donc notre rôle et notre tâche. Pour ce faire nous pouvons compter sur l’aide de ton Esprit et nous te demandons d’abord qu’il fasse de tous ceux qui déjà maintenant partagent le repas du Seigneur, un seul corps et un seul esprit, ton Eglise. Une Eglise, en effet, attentive et à l’écoute, qui sait, écouter réellement la voix des sans voix, ouverte à tous les vents qui ne cherche à être ton témoin par le pouvoir ni la notoriété, ni l’argent ni les magouilles de tout genre, mais en étant réellement la servante de tous et principalement de ceux qui n’ont pas de quoi rendre.

Jesus Asurmendi

Tags from the story
, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.