Chris, un ami nous a quittés

Chris
Christen Thorpe de Linde (1930-2013)

Chris de Linde : remerciements de toute sa famille

Chris nous a quittés le 17 novembre 2013 après une longue bataille avec la maladie de Parkinson. Il avait 83 ans.
Par de nombreux gestes de soutien, d’amitié et d’affection, par votre présence en l’église Saint Merry lors des obsèques le 21 novembre, à travers vos messages et prières, les enfants et moi ont été réconfortés et se sentis portés par toute une communauté hors de commun. Nous en rendons grâce et nous vous remercions du fond du cœur.

Joséphine de Linde, ses enfants Adam, Tara et Zoé.

 

En ce monde, la vie de Christen de Linde passa par un grand nombre de destinations géographiques qui correspondit à son goût ou sa joie de la découverte, l’étude, l’amitié.
Britannique, né en 1930 à Hong Kong, il passa comme son père par le collège d’Harrow en Angleterre puis fit son service militaire en Allemagne. Il étudia l’Histoire et l’espagnol à King’s College à l’université de Cambridge, puis quinze ans plus tard la linguistique appliquée à l’université d’Edimbourg. Il mania plusieurs langues étrangères : le français, l’espagnol, l’allemand, le danois, le bengali, le hindi, le sanscrit, et des notions de mandarin.

Ses activités professionnelles, d’abord dans l’import-export, le firent résider de 1954 à 1958 en Inde, pays qui le combla. Puis il résida à Kano dans le Nigeria du Nord, au Sierra Leone et à Calcutta pour le compte du British Council. Enfin pour celui des universités de Londres et de Paris dès 1977 sa carrière aboutit à Paris, où il fut directeur du département d’anglais de l’Institut britannique. Entre temps, professeur d’anglais à l’université de Hong Kong, il y avait emmené femme et enfants, avec qui ensuite il visita à Santiniketan au Bengale l’université fondée par Rabîndranâth Tagore.

Car l’Inde lui avait offert, en se rapprochant de l’Himalaya à Kalimpong en 1963, de rencontrer Josephine. Avant de s’installer avec elle à Calcutta il l’épousa en avril 1965 en Angleterre et rejoignit sa religion, ce dont s’alarmèrent ses parents, britanniques sans appartenance religieuse, redoutant que dans le catholicisme de Rome il n’altère sa capacité jusque-là reconnue à penser par lui-même… Adam naquit en 1967 en Angleterre, et les jumelles Tara et Zoe en 1969 en Ecosse. Ils lui donnèrent sept petits-enfants : Arthur, Alexander, Jasper, Catherine, Robert, Adam et Petra.

En voyage il s’éloignait des préjugés ainsi que de ses compatriotes pour mieux approcher les gens et les connaissances. Il se rendit en Espagne, Autriche, Egypte, Syrie, Liban, Birmanie, Thaïlande, au Cambodge, en Indonésie, Malaisie, au Népal, au Sri-Lanka, en Union soviétique, au Japon, en Grèce, enfin au Danemark où son aïeul et homonyme s’était illustré, ce dont il organisa en 2004 le tricentenaire réunissant des cousins du monde entier. Il sut aussi s’attacher et se rendre attachant aux habitants de Vacheresse en Savoie, ou à Saint-Merry.

Il y connut dès 1977 le CPHB fondé en 1975 ; qui l’entendit, d’ailleurs, en tirer l’argument d’autorité d’un « enraciné » ? C’est là que, proche, venu d’horizons divers ou membre de la communauté, on se réunit autour de sa dépouille pour la messe le 21 novembre 2013. Chacun de ses enfants dit un adieu. « Chris et sa foi, c’était… compliqué ! Il pensait avancer par le doute », dit Joséphine, avant de proposer cet « autre point de vue » d’Auguste Valensin (Autour de ma foi, Aubier 1948) :

« Si, par impossible, à mon lit de mort, il m’était manifesté avec une évidence parfaite que je me suis trompé, qu’il n’y a pas de survie, que même il n’y a pas de Dieu, je ne regretterais pas de l’avoir cru ; je penserais que je me suis honoré en le croyant, que si l’univers est quelque chose d’idiot et de méprisable, c’est tant pis pour lui, que le tort n’est pas en moi, d’avoir pensé que Dieu est, mais en Dieu de n’être pas. »

1 Commentaire

  • Un bonjour à Joséphine dans ces circonstances particulières; je ne sais si elle se souvient de moi: je l’avais rencontré à St Merri quand je débutais l’association de soutien à l’action du Père Pedro Opeka (Madagascar); l’association a grandi depuis puisque nous sommes pres de 3000! j’aurais aimé la revoir!

    Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *