photo d'Isabel winter. Unsplash?com

Colloque : Socialité contemporaine à l’ère de l’anthropocène

Ne soyez pas effrayé par le mot “anthropocène“ qu’un dictionnaire définit comme “la période durant laquelle l'action de l'homme a de fortes incidences sur l'évolution de la planète”. Découvrez dans l’article qui suit trois bonnes raisons pour prêter attention à ce colloque organisé par l’Institut catholique de Paris et le Centre Pompidou.

Avant toute chose, pour participer à ce colloque, il est nécessaire de s’inscrire :

https://www.eventbrite.fr/e/billets-socialite-contemporaine-a-lere-de-lanthropocene-32728671337

Il se déroule en 2 parties et en 2 lieux :
– mercredi 26 avril – 9h30 – ICP, 19 rue d’Assas 75006
– jeudi 27 avril – 18h – IRI, piazza Beaubourg 75004 (à droite de l’entrée principale), Salle Triangle

Ce colloque est organisé par la Faculté de Philosophie de l’ICP (Institut catholique de Paris) en collaboration avec l’IRI (Institut de Recherche et d’Innovation) du Centre Pompidou.

Trois raisons pour prêter attention à ce colloque :
– il se déroule en partie à Beaubourg avec lequel nous cherchons à restaurer des liens,
– il reprend le projet que « L’Homme Debout » n’a pas pu, pour l’heure, mener à bien sur « la montée de peurs »,
– il se situe dans la contemporanéité, ce qui est le projet du Centre pastoral Saint-Merry,

La période actuelle de l’anthropocène se caractérise par un bouleversement des équilibres systémiques et par la désorganisation des structures sociales existantes du fait de l’innovation technologique radicale et permanente.
Cette situation nouvelle analysée notamment à partir des travaux de Bernard Stiegler, fait apparaitre des questions nouvelles : réseaux sociaux, architecture du Web, gouvernementalité algorithmique, contribution comme question politique, technologique et économique.
Ces analyses croisent celles élaborées pendant trois ans au sein du groupe PHILOPRAT concernant notamment l’identité collective dans une société d’individus, le statut des émotions et des peurs, l’enjeu des normes, le posthumanisme et le transhumanisme confrontés aux visions de l’anthropologie chrétienne, le Buen vivir et la capacitation, les Biens communs et les commons.

D’après les informations fournies par Jean-François Petit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *