C

Confinement ou questionnement ?

Je m’étais promis de ne pas écrire sur le confinement, mais la vie tourne tellement autour qu’il est difficile de faire l’impasse. 

Ce confinement a d’ailleurs lieu dans une période très particulière pour les chrétiens. Au début, nous pouvions l’assimiler au temps du Carême, un temps généralement propice à la simplicité, au recueillement, au dépouillement du superflu. Ce confinement était presque une bonne opportunité pour vivre le Carême.  Puis le temps pascal arrive. Ce temps qui, outre la joie de célébrer le fondement même de la religion chrétienne, est aussi le temps du doute. Ce temps qui nous rappelle à travers saint Thomas qu’est heureux celui qui croit sans avoir vu. 

Je trouve intéressant de constater que nos sociétés contemporaines se tournent vers la science pour y trouver un espoir de sortie de crise. Cette science qui laisse peu de place au doute, et pourtant qui est présentée comme notre dernier espoir face à la mort. Cette science qui nous promet un retour à la normale, qui pourrait presque nous promettre l’éternité. 

Et pourtant, on se rend compte en cette période de confinement que la vie continue. Qu’elle est source d’imagination, de redécouverte des choses simples. On prend du temps pour nous et notre bien-être. On prend soin de nos proches et on s’inquiète du voisin. Je suis, pour ma part, peu pressé de voir la fin de ce confinement. Car on y retrouve un peu d’humanité, et il permet de poser la question du futur. Il permet de poser un acte de foi en l’avenir, en espérant que les belles choses nées pendant ce confinement puissent perdurer après la découverte d’un vaccin.

Laurent B.

Billet du dimanche 19 avril 2020

CatégoriesNon classé

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.