Henry Moore (1898-1986), Réfugiés, Musée Tyssen, Madrid, détail

Craindre et espérer

« Noël annonce la paix ; elle est à construire. En refusant que les événements décident pour nous ». L’éditorial de Daniel Duigou

Les deux verbes s’opposent-ils ? Devant les gigantesques défis que le monde a à relever (entre autres : la mort annoncée de la planète, le vaste mouvement migratoire qui n’en est qu’à ses débuts, le repli identitaire destructeur, la nouvelle pauvreté engendrée par un type de mondialisation), la peur peut nous faire fuir, nous inciter à nous fondre dans la masse, à attendre et, surtout, à ne pas prendre de responsabilités. Mais elle peut aussi provoquer le contraire. Nous mobiliser, nous obliger à comprendre et analyser les enjeux, à nous retrousser les manches et prendre nos responsabilités. Plus que jamais, nous sommes à la charnière entre deux mondes, l’ancien et le nouveau : il y a urgence pour un retour au politique.

Noël annonce la paix ; elle est à construire. En refusant que les événements décident pour nous, que les autres pensent à notre place. En suscitant les occasions de réfléchir, d’écouter les autres, de s’interroger, d’échanger au risque de la dispute, mais au bénéfice d’apprendre d’eux et avancer ensemble, de décider de ce qui est à venir et vivre de l’espérance.

Daniel Duigou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.