Dans la pénombre d’une église « habitée »

A Saint-Merry, tous les mercredis, à 19h, des personnes se regroupent dans la claustra de Saint-Merry pour un partage eucharistique. Un moment de grand recueillement que nous décrivent Yvonne et Lucie.

J’entrai ce mercredi soir 25 octobre dans l’église faiblement éclairée et me dirigeai vers la claustra. J’avançai au milieu de figurines immaculées, suivies d’étranges silhouettes aux yeux grand ouvert, atmosphère étrange pleine de mystère,invitant, dans ce silence profond, à la réflexion et à la méditation.

Peu avant 19 h, une dizaine de personnes se dirigèrent vers la claustra pour un rendez–vous hebdomadaire, existant depuis plus de 40 ans me dit-on…il devait y avor une célébration eucharistique. Après un instant de silence, marquant une rupture avec le monde extérieur et favorisant l’intériorisation, le prêtre invita chacun à exprimer une intention ou à partager ce qui l’avait interpellé dans la semaine passée. L’une fit part de son émerveillement suite au concert donné par une chorale syrienne au profit d’une association des chrétiens d’Orient ; une autre exprima son inquiétude face à l’augmentation de la violence chez les jeunes, jusque dans le système scolaire (agression en classe d’une professeure de Créteil). D’autres firent part de leurs appréhensions à l’approche d’un vote décisif au Brésil et la montée du populisme dans de nombreux pays européens.

Ensuite vint la lecture et le partage sur l’évangile du jour (Luc 12, 39-48). Chacun exprima ses réactions à propos de ce texte et, après un instant de silence, des paroles d’action de grâce furent prononcées avant de se séparer et de repartir avec le message : « à qui on a beaucoup confié, on réclamera davantage », parole à méditer, envoi en mission pour chacun..

Cette célébration, vécue dans le recueillement et le partage fraternel, fut un moment fort pour moi, fruit d’un enracinement dans une foi vivante, vécue dans le quotidien de nos vies. Cette réunion fut suivie d’ un repas partagé, pour ceux qui le souhaitaient avant le retour de chacun dans ses « périphéries ». L’amitié de longue date de ces personnes se manifesta par l’accompagnement de plusieurs dames en voiture jusque chez elles.

Pourquoi, à votre tour, ne pas venir partager ces moments d’échanges de paix, et de fraternité, complémentaires à la messe dominicale du Centre Pastoral Saint-Merry ?

Yvonne Babdor

 

Ambiance chaleureuse, accueil amical dans un cadre dépouillé, sobre, qu’on aimerait trouver plus souvent dans nos églises. Cela pouvait faire penser aux premiers chrétiens dans les catacombes. C’était simple, beau, vrai, ça sonnait juste .

« Ô temps suspends ton vol »

Dans la patène, nous y avons mêlé tous ceux que nous avions dans le cœur. Cette intimité contrastait avec les échos du dehors  fourmillants à cette heure là  dans le Marais, par cet été indien.  Comme l’eau mêlée au vin, c’étaient deux mondes que seuls séparaient les murs de St Merry, les uns dehors, les autres dedans, mais tous frères et sœurs du Christ présent dans cette eucharistie .

Lucie S.

Tags from the story

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.