De l’eau et la justice pour Gaza : Des vérités à rappeler…

Pour exiger la levée du blocus israélien de Gaza qui expose des milliers d'habitants au supplice de la soif, l’équipe «Solidarité avec Gaza» du Centre pastoral Saint-Merry a lancé début juillet une pétition, maintenant close/ Elle a recueilli plus de 300 signatures provenant majoritairement de la communauté mais aussi de visiteurs de passage à Saint-Merry et de soutiens extérieurs. Cette pétition a été adressée aux responsables politiques français et européens, ainsi qu'aux responsables catholiques. Leurs réactions ainsi que des informations sur la situation à Gaza seront rapportées sur notre site.

Le 18 août, l’Equipe pastorale du Centre pastoral Saint-Merry a envoyé la pétition « De l’eau et la justice pour Gaza ! » aux autorités publiques (président de la République, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères) et aux autorités religieuses (Mgr André Vingt-Trois et Mgr Jérôme Beau, Mgr Georges Pontier, président de la Conférence des évêques de France et Mgr Luigi Ventura, nonce apostolique en France).

Cette pétition (1) – ou plutôt cette lettre ouverte – visait d’abord à rappeler quelques faits fondamentaux mais trop peu connus du public (et apparemment aussi, ce qui est plus étonnant, des hauts responsables politiques et religieux), en particulier :

  • que la situation dramatique dans laquelle se trouvent les habitants de la Bande de Gaza (manque d’électricité et d’eau notamment) est due en premier lieu au blocus israélo-égyptien qui étrangle ce minuscule bout de terre depuis dix ans ;
  • que la Cour pénale internationale a confirmé (le 19 novembre 2016) le statut de territoire occupé de la Bande de Gaza, malgré l’évacuation israélienne de 2005 (« en raison de la portée et du degré de contrôle qu’Israël a conservés sur ce territoire ») ;
  • qu’en conséquence Israël est tenu d’assumer ses obligations de puissance occupante, telles que dé nies par les Conventions de Genève, et qui consistent, entre autres, à garantir des conditions de subsistance décentes aux populations occupées ou assiégées ;
  • que les chrétiens du Proche-Orient ne sont pas inactifs face à cette situation et à celle de la Palestine en général, mais qu’en France les responsables religieux et les médias, en contradiction avec leurs incitations maintes fois répétées à soutenir les chrétiens d’Orient, ne s’empressent pas de diffuser les nombreux message et appels à l’aide de leurs frères et sœurs de Palestine (2). Ainsi, le 5 septembre, les chefs des Églises catholique, grecque orthodoxe, arménienne et luthérienne ainsi que des représentants d’autres communautés chrétiennes de Palestine ont, fait rare, publié un communiqué commun dénonçant les tentatives
« systématiques » d’Israël « d’affaiblir la présence chrétienne » dans la Ville sainte.

A Saint-Merry, où la solidarité n’est pas un vain mot, des réflexions sont en cours pour mettre en œuvre un projet solidaire concret avec le département de français et le Centre de la paix de Ziad Medoukh à l’université Al-Aqsa, au bénéfice des enfants de Gaza.

Signalons que Ziad a été choisi comme lauréat du Prix International de la Fondation indienne Jamnalal Bajaj pour l’année 2017, dans la catégorie de la promotion des valeurs gandhiennes en dehors de l’Inde, pour ses actions en faveur des enfants et des jeunes de Gaza (3). Cette distinction est une reconnaissance internationale de la souffrance de la population gazaouie, et souligne le rôle de la non-violence comme forme de résistance en Palestine. Ziad recevra son prix en novembre des mains du président de la République indienne lors d’une cérémonie officielle à Bombay, s’il arrive à sortir de sa prison à ciel ouvert…

Laurent Baudouin
pour l’équipe « Solidarité avec Gaza »

(1) Pétition initiée par l’équipe «Solidarité avec Gaza» (http://saintmerry.org/de-leau-justice-gaza/)

(2) Comme ceux de l’association œcuménique palestinienne Sabeel (Sabîl, le « chemin » en arabe ; www.sabeel.org et www.amisdesabeelfrance.blogspot.fr). Chaque semaine, Sabeel adresse au monde entier des « vagues de prière » qui dénoncent les dégâts humains, matériels, culturels et spirituels commis par l’occupation et la colonisation. Pour recevoir ces prières en direct, demandez à Fred Lucas de vous inscrire sur sa liste de diffusion (fred.lucas@orange.fr).

(3) La Fondation a été créée en 1977 par Jamnalal Bajaj, Indien philanthrope et réformateur social proche du Mahatma Gandhi, pour promouvoir et récompenser les initiatives d’inspiration gandhienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *