De Notre Dame de Paris à la « petite Notre-Dame », ou un week-end à Saint-Merry

Eglise, Monde, Communauté, en un week-end un condensé de la vocation du Centre Pastoral Saint-Merry ! Samedi 8 octobre, ordination diaconale de Jacques Debouverie à Notre-Dame : temps fort d’un engagement plus vaste que nous. Samedi soir, la « Nuit Blanche » : temps fort d’ouverture au monde. Dimanche 9 octobre, Fête des Initiatives : temps fort de rencontre en communauté.

Ce week-end du 7/8 octobre, le Centre Pastoral Saint-Merry a  vécu successivement trois temps forts autour des trois dimensions de sa vocation : Eglise, Monde, Communauté !

  • Samedi matin, l’ordination diaconale de Jacques Debouverie  à Notre-Dame : temps fort d’un engagement plus vaste que nous. Une grande première en 40 ans : un « clerc » issu de notre communauté, quel événement !
  • Samedi soir, la « Nuit Blanche » : temps fort d’une ouverture au monde, une marée humaine dans cette « petite Notre-Dame »
  • Et le dimanche, la Fête des Initiatives : temps fort d’échange et de rencontre, entre tous ceux qui font vivre notre communauté.

Entre ces deux temps de vie d’église, ce temps de la Nuit Blanche m’a particulièrement frappée : des flots de jeunes – et moins jeunes – entrant heureux, après une attente un peu pénible. A l’accueil je vois leur sourire, leur merci pour la feuille qu’on leur tend, la joie qu’ils ont de se retrouver en groupe entre amis, de ne pas se perdre. Et je suis heureuse que, entre cette Eglise-cathédrale, et notre église-communauté, nous ayons pu accueillir une autre foule en attente de bonheur, en attente de découverte, en attente de beauté…

Ainsi ce sont trois temps, trois dimensions qui font la vie, la respiration, la dynamique, et on ne peut pas en retrancher une sans risquer l’asphyxie. Notre communauté, qu’on le veuille ou non, dépasse largement ceux qui sont là le dimanche à 11h15. Elle est faite de cercles multiples, de plus en plus larges, de plus en plus divers – et merci à eux pour le dérangement. Paradoxalement, c’est lorsque nous nous ouvrons ainsi que nous faisons communauté. Ce sont tous ceux-là, pour certains invisibles, que nous représentons/célébrons le dimanche matin, depuis plus de 40 ans.

Car nous ne sommes pas propriétaires de ce lieu magnifique et envié… qui nous est offert comme un cadeau. Nous avons à en prendre soin, et nous sommes chargés de le « faire vivre ». Accueillis ici, c’est en accueillant que nous partageons – un peu – ce privilège que nous avons, d’y être presque comme chez nous. Le partager fraternellement.

Nous nous sentons parfois dépassés, ou frustrés de cette multiplicité de rencontres ou de passages, ignorant l’impact des messages que nous envoyons, ce qui en est reçu. Comment aller plus loin, plus profond ? La réponse viendra de plus loin que nous…

« Tous ceux que vous trouverez, bons ou mauvais, sont invités au festin. » Matt 22
« Nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu seul connaît, la possibilité d’être associé au mystère pascal » Gaudium et spes, Vatican II
« … La communauté c’est une utopie. Ça ne marche jamais comme on voudrait que ça marche, mais ce n’est pas fait pour ça. » D’après Bonhoeffer.

Anne René-Bazin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *