©fc

Des concertinos le samedi

Un concertino est programmé le 4 juillet prochain à 17 heures 30 avec une fugue du «Pessebre» de Pablo Casals, “L'hymne de l'enfant à son réveil” de Frantz Liszt, “El desdichado” de Camille Saint-Saëns et, en projet, le Kyrie de la Misa Criolla d'Ariel Ramirez. Juste pour voir qu'avec une bonne dose de complicité un tel travail est possible pour des amateurs, venez nous écouter le 4, ou pourquoi pas, participer à une répétition !

En marchant vers l’autel avec les fidèles de Saint-Merry, une réconciliation m’enveloppe depuis que j’y viens à la messe, si sereine et puissante que je ne sais encore en parler qu’en parlant d’autre chose ou bien de ce que j’y fais depuis, en plus de l’enrichissante expérience glanée avec mes amis de l’accueil.

Je m’appelle Didier, je suis chanteur de métier, mais aussi chef de choeur professionnel pour chœurs amateurs. À la demande informelle de Jacques et Marie-José d’envisager “quelque chose” pour des concertinos le samedi soir et pour la messe qui suit, j’ai saisi au vol l’envie de suggérer aux membres du Choeur de Compostelle, que je dirige depuis longtemps, que Saint-Merry semblait être sur son chemin. Nous voici donc, “en résidence à Saint-Merry !”
Nous sommes maintenant plus d’une vingtaine de choristes à y répéter avec sérieux et bonne humeur le lundi soir à 20 heures.

©fc
©fc

Un concertino est programmé le 4 juillet prochain à 17 heures 30 avec une fugue du «Pessebre» de Pablo Casals, “L’hymne de l’enfant à son réveil” de Frantz Liszt, “El desdichado” de Camille Saint-Saëns et, en projet, le Kyrie de la Misa Criolla d’Ariel Ramirez.
Juste pour voir qu’avec une bonne dose de complicité un tel travail est possible pour des amateurs, venez nous écouter le 4, ou pourquoi pas, participer à une répétition !

D’autres choses pour me présenter à ma manière :
J’ai eu la chance de donner un concert sur le carré de Saint-Merry en avril dernier avec un quintette vocal. Au programme, « La Marelle , chants du légendaire chrétien », créés il y a un an pour la basilique de Vézelay. (J’avais appelé ce répertoire, traitant de Jésus et de Marie comme nos voisins, et rempli de détails croustillants sur les miracles, “chant sacrés de la tradition profane”, mais ce titre trop complexe n’a pas été retenu. Voir l’article du 30 avril dans La Croix)

Comme tous les enfants, j’ai perçu des chants et des dires. À propos d’objets, de circonstances, à propos de moi-même et de mes proches. Même dos à la personne qui les articulait, ou les pensait si fort…n’ayant pas toujours vocation de messages directs, ces paroles-là traversaient mes fibres comme venues de temps immémoriaux. Ce furent mes premiers chants, mes premières messes. Voilà aussi comment avec une paroles de rue, né à Paris et habitant Paris, mais invariablement en vacances dans le village catalan de ma mère, j’étais une “Têtes de chien” : un parisien de passage !
J’ai mis quelques décennies à sourire pour accepter ce sobriquet, et comme nous inventons notre propre folklore à Paris avec les chants de toutes les régions que nous nous approprions, nous avons choisi d’appeler “Têtes de chien” notre “quintette vocal contemporain a cappella pour chansons traditionnelles”.

©fc
©fc

Nous serons le 27 juin prochain au nouvel auditorium de Bordeaux.

Didier Verdeille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *