D

Des raisons d’espérer en ce temps de Covid ?

Mais pourquoi cette question ? Serait-on en train de désespérer ?
Et oui, peut-être… Un certain nombre de réalités ne soignent pas spécialement mon moral en ce temps !

J’évoque, pour moi-même :

  • Prendre conscience de la fragilité de ma vie, des moyens de me protéger de la maladie et de la mort. Ce temps de Covid, pour un homme âgé comme moi (85 ans), me rapproche un peu plus de cette réalité inéluctable qu’est ma propre mort. Vaccin ou pas, maladie ou pas, de toutes façons, je dois faire face à cet événement plus ou moins proche : ma mort.
  • Ne pas être autorisé à me déplacer à volonté, être interdit de restaurant, de librairie ou des commerces dont j’aurais besoin.
  • Ne pas pouvoir embrasser mes amis, serrer dans mes bras mes petites-filles, mes enfants, ceux à qui j’aimerais dire mon affection et pour lesquels les mots paraissent si insignifiants, insatisfaisants, abstraits.
  • Ne pas savoir lire les yeux et le regard de ceux que je rencontre, être privé de leur expression, et constater des contacts quotidiens plus méfiants ou plus sommaires que de coutume.
  • Et puis, plus largement, entre-apercevoir les innombrables conséquences sociales, économiques, humaines, que cette crise sanitaire, entremêlée avec le changement climatique et les menaces terroristes, risque d’entraîner…

Alors des raisons d’espoir ? Oh oui ! Échapper à l’épidémie, arriver en bonne santé en 2021, voir mes enfants et petits-enfants, pouvoir sortir et aller sans contrainte, entreprendre un voyage…
Mais il s’agit seulement d’espoirs ! Ce ne sont pas encore des raisons d’espérer !

Et pourtant, que de raisons d’espérer, d’envisager ce temps avec confiance, avec impatience même !
Espérance, l’ardeur des scientifiques à vaincre l’épidémie…
Espérance, les ressources insoupçonnées des personnels hospitaliers pour faire face, même confrontés à des conditions de travail et de salaire indignes, grâce à leur passion de soigner…
Espérance, le bouillonnement d’idées et d’inventions par nécessité de vivre et de vaincre…
Espérance, les capacités, défiant tous les pronostics, de ténacité, de courage, de souci de l’autre, de la part de femmes, d’hommes, d’enfants face à des circonstances apparemment insurmontables…
Espérance, les ressources en soi-même, inattendues et souvent ignorées, qui ne demandent qu’à éclore, si on ose les laisser surgir ou si on accepte l’interpellation des autres, des événements ou de sa foi…
Espérance, tous ces gens qui pensent, agissent, s’engagent, écrivent, inventent, créent des œuvres d’art, s’interrogent, vont à la rencontre, ne sont pas indifférents à la misère, aux problèmes, aux souffrances  des autres, et ne se résignent pas…
Quelle chance ! Les événements nous contraignent à la vie ! L’histoire humaine n’est-elle pas précisément le témoin de cette aptitude fondamentale des humains à s’adapter aux situations nouvelles, et ce, grâce à l’impossibilité de contourner les événements ? C’est la crise elle-même qui contraint à faire travailler son intelligence, ses forces, à se joindre à d’autres pour trouver des  solutions…
Et, finalement, ma raison la plus forte d’espérer, c’est la  possibilité de vie présente en toi qui me lis ! Ne serait-ce que ce petit rien que tu aimerais partager, exprimer, vivre et que, peut-être, tu n’as jamais osé formuler par peur du jugement des autres, du ridicule, ou de ta conviction de ne rien valoir, ou si peu… ! Ose être, ose vivre, ose te présenter différent, sois toi-même, apporte ta pierre, grosse ou petite !…
Voilà, pour moi, une vraie raison d’espérer, car tu le peux, je le peux, nous le pouvons, chacun et ensemble.

Mon espérance, c’est la certitude que nous avons chacun une pierre à apporter dans la construction de ce monde, défiguré par la Covid, les menaces du terrorisme, les intolérances de toutes origines, le changement climatique ou la sinistrose ambiante !…
La vie est plus forte que les forces de mort.

Jean-Luc Lecat

CatégoriesÀ la Une
Jean-Luc Lecat

Licencié en philo universitaire et en théologie, Professeur de philo en terminale pendant 10 ans, 20 ans responsable de formation en disciplines générales (français et maths) pour le personnel ouvrier de l'Assistance Publique de Paris.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.