D

Dimanche 19 juillet. « Tu as donné une belle espérance »

PREMIÈRE LECTURE (Sagesse 12, 13.16-19)
« Après la faute tu accordes la conversion »


Il n’y a pas d’autre dieu que toi,
qui prenne soin de toute chose :
tu montres ainsi que tes jugements ne sont pas injustes.
    Ta force est à l’origine de ta justice,
et ta domination sur toute chose
te permet d’épargner toute chose.
    Tu montres ta force
si l’on ne croit pas à la plénitude de ta puissance,
et ceux qui la bravent sciemment, tu les réprimes.
    Mais toi qui disposes de la force,
tu juges avec indulgence,
tu nous gouvernes avec beaucoup de ménagement,
car tu n’as qu’à vouloir pour exercer ta puissance.
    Par ton exemple tu as enseigné à ton peuple
que le juste doit être humain ;
à tes fils tu as donné une belle espérance :
après la faute tu accordes la conversion.

PSAUME 85(86), 5-6, 9ab.10, 15-16ab

 Toi qui es bon et qui pardonnes,
écoute ma prière, Seigneur.
 

Toi qui es bon et qui pardonnes,
plein d’amour pour tous ceux qui t’appellent,
écoute ma prière, Seigneur,
entends ma voix qui te supplie.

Toutes les nations, que tu as faites,
viendront se prosterner devant toi,
car tu es grand et tu fais des merveilles,
toi, Dieu, le seul.

Toi, Seigneur, Dieu de tendresse et de pitié,
lent à la colère, plein d’amour et de vérité !
Regarde vers moi,
prends pitié de moi.

DEUXIÈME LECTURE : saint Paul apôtre aux Romains 8, 26-27

Frères, l’Esprit Saint vient au secours de notre faiblesse,
car nous ne savons pas prier comme il faut.
L’Esprit lui-même intercède pour nous
par des gémissements inexprimables.
    Et Dieu, qui scrute les cœurs,
connaît les intentions de l’Esprit
puisque c’est selon Dieu
que l’Esprit intercède pour les fidèles.

ÉVANGILE selon saint Matthieu 13, 24-43

« Laissez-les pousser ensemble jusqu’à la moisson »
Melissa Askew by unsplash.com

En ce temps-là, Jésus proposa cette parabole à la foule :
« Le royaume des Cieux est comparable
à un homme qui a semé du bon grain dans son champ.
    Or, pendant que les gens dormaient,
son ennemi survint ;
il sema de l’ivraie au milieu du blé et s’en alla.
    Quand la tige poussa et produisit l’épi,
alors l’ivraie apparut aussi.
    Les serviteurs du maître vinrent lui dire :
‘Seigneur, n’est-ce pas du bon grain
que tu as semé dans ton champ ?
D’où vient donc qu’il y a de l’ivraie ?’
    Il leur dit :
‘C’est un ennemi qui a fait cela.’
Les serviteurs lui disent :
‘Veux-tu donc que nous allions l’enlever ?’
    Il répond :
‘Non, en enlevant l’ivraie, vous risquez d’arracher le blé en même temps.
    Laissez-les pousser ensemble jusqu’à la moisson ;
et, au temps de la moisson, je dirai aux moissonneurs :
Enlevez d’abord l’ivraie, liez-la en bottes pour la brûler ;
quant au blé, ramassez-le pour le rentrer dans mon grenier.’ »
Il leur proposa une autre parabole :
« Le royaume des Cieux est comparable
à une graine de moutarde qu’un homme a prise et qu’il a semée dans son champ.
    C’est la plus petite de toutes les semences, mais, quand elle a poussé,
elle dépasse les autres plantes potagères et devient un arbre,
si bien que les oiseaux du ciel viennent et font leurs nids dans ses branches. »

    Il leur dit une autre parabole :
« Le royaume des Cieux est comparable
au levain qu’une femme a pris
et qu’elle a enfoui dans trois mesures de farine,
jusqu’à ce que toute la pâte ait levé. »
Tout cela, Jésus le dit aux foules en paraboles,
et il ne leur disait rien sans parabole,
    accomplissant ainsi la parole du prophète :
J’ouvrirai la bouche pour des paraboles,
je publierai ce qui fut caché depuis la fondation du monde
.
    Alors, laissant les foules, il vint à la maison.
Ses disciples s’approchèrent et lui dirent :
« Explique-nous clairement la parabole de l’ivraie dans le champ. »
    Il leur répondit :
« Celui qui sème le bon grain, c’est le Fils de l’homme ;
    le champ, c’est le monde ;
le bon grain, ce sont les fils du Royaume ;
l’ivraie, ce sont les fils du Mauvais.
    L’ennemi qui l’a semée, c’est le diable ;
la moisson, c’est la fin du monde ;
les moissonneurs, ce sont les anges.
    De même que l’on enlève l’ivraie pour la jeter au feu,
ainsi en sera-t-il à la fin du monde.
    Le Fils de l’homme enverra ses anges,
et ils enlèveront de son Royaume toutes les causes de chute
et ceux qui font le mal ;
    ils les jetteront dans la fournaise :
là, il y aura des pleurs et des grincements de dents.
    Alors les justes resplendiront comme le soleil
dans le royaume de leur Père.
Celui qui a des oreilles, qu’il entende ! »

Prière universelle

Nous avons sélectionné quelques-unes des paroles écrites par les passants et visiteurs qui entrent dans cette église. Nous avions posé la question sur le panneau en face de l’accueil : « Quelles prières adresser à Dieu ? » Nous avons remarqué qu’après l’épreuve de la pandémie, la tonalité de ces messages a changé, elle est plus spirituelle et plus universelle.

Maria-Cecilia

  • « Seigneur, je te prie pour le monde entier, pour l’unité, pour un monde meilleur et en paix. Que cette pandémie nous serve pour créer plus d’entraide, de fraternité, de solidarité. Que le monde devienne plus humain. »
  • « Merci Seigneur pour toutes les épreuves que Tu as mis sur ma route car elles m’ont mené vers Toi. Dans ton infinie bienveillance tu as mis tant d’anges sur ma route afin que je ne sombre pas et que mon cœur déborde d’amour malgré tout et que je puisse le partager à l’infini. »
  • « Seigneur, que serais-je sans Toi ? Tu as donné Ta vie pour moi et pour chacun de nous. Tu es venu chercher ce qui était perdu. Fais grandir en moi l’amour. »
  • « Père, nous te rendons grâce pour toute chose et en chaque chose. S’il te plaît éloigne-nous de la violence, des attaques des ennemis visibles et invisibles. Aide-nous à continuer d’être des femmes fortes et courageuses. Reste avec nous dans les épreuves professionnelles et privées. Guide-nous sur le chemin du Paradis. »
  • « Seigneur, disons fermement NON au racisme, à l’exclusion, au rétrécissement de la vie en nous. Mais disons-le sans haine, c’est un NON d’amour. »
  • « Seigneur, donne-nous confiance, compassion et amour. Assiste-nous dans toute épreuve et ne nous laisse jamais douter de ton amour inconditionnel. Amen. »
CatégoriesNon classé

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.