D

Dimanche 22 novembre. « C’est à moi que vous l’avez fait »

En cette fête du Christ-Roi, nous sommes invités à nous tourner vers les plus petits. Le Royaume est dans le service de nos frères. Ceux que nous rencontrons sur notre route humaine sont révélation du visage de Dieu.

Célébration préparée par Alain, Jacques, Jean-Luc, Jesús, Marc, Marguerite, Marie-José, Martine, Mireille, Myriam, Vincent

Accueil : un Royaume de service

La fête du Christ-Roi de l’Univers marque le dernier dimanche de l’année liturgique, un dimanche particulier puisque nous ne sommes pas réunis physiquement. Mais les textes de ce jour nous rappellent où se situe l’essentiel. Le Royaume n’est pas dans les rites mais il est dans le service de nos frères, et en particulier de celles et ceux qui sont les plus démunis.
Cela apparaît simple, quotidien, presque dérisoire au regard de la gloire de Dieu, et pourtant, c’est la seule chose qui compte, puisque le Christ nous dit que ce que nous avons fait au plus petit de nos frères, c’est à Jésus lui-même que nous l’avons fait. Dieu n’est nulle part ailleurs que dans les relations que nous nouons entre les hommes et les femmes et dans l’amour que nous leur portons.
Il est aussi question de jugement à la fin des temps, sur ce que nous avons fait ou sur ce que nous n’avons pas fait. Mais plus qu’une condamnation, ce jugement doit être compris comme un appel pressant : l’appel à faire les bons choix, l’appel des Béatitudes, l’appel à choisir la Vie et non la mort, pour que nous puissions pleinement entrer dans la plénitude de Dieu.

Vincent

Lecture du livre du prophète Ézékiel (Ez 34, 11-12.15-17)

Ainsi parle le Seigneur Dieu :
Voici que moi-même, je m’occuperai de mes brebis, et je veillerai sur elles.
Comme un berger veille sur les brebis de son troupeau quand elles sont dispersées,
ainsi je veillerai sur mes brebis, et j’irai les délivrer
dans tous les endroits où elles ont été dispersées un jour de nuages et de sombres nuées.
C’est moi qui ferai paître mon troupeau, et c’est moi qui le ferai reposer,
– oracle du Seigneur Dieu.
La brebis perdue, je la chercherai ; l’égarée, je la ramènerai.
Celle qui est blessée, je la panserai.
Celle qui est malade, je lui rendrai des forces.
Celle qui est grasse et vigoureuse, je la garderai, je la ferai paître selon le droit.
Et toi, mon troupeau – ainsi parle le Seigneur Dieu –,
voici que je vais juger entre brebis et brebis, entre les béliers et les boucs.

Psaume 22

Le Seigneur est mon berger : rien ne saurait me manquer.

Le Seigneur est mon berger : je ne manque de rien.
Sur des prés d’herbe fraîche, il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles et me fait revivre ;
il me conduit par le juste chemin pour l’honneur de son nom.

Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi : ton bâton me guide et me rassure.

Tu prépares la table pour moi devant mes ennemis ;
tu répands le parfum sur ma tête, ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m’accompagnent tous les jours de ma vie ;
j’habiterai la maison du Seigneur pour la durée de mes jours.

Sur des prés d’herbe fraîche…

En ce temps pesant et si particulier, j’ai aimé la paix, la fraîcheur qu’exprime ce psaume : il nous invite à faire halte, à nous étendre paisible dans l’herbe bien verte, et à reprendre confiance : notre veilleur, le Seigneur, nous conduit par le juste chemin, et, si la menace de maladie plane plus proche de nous, nous réapprenons que son bâton nous guide et nous rassure, même quand nous traversons les ravins de la mort…

Jean-Luc

Alléluia de Schütz

Louange à Dieu, Très-Haut Seigneur pour la beauté de ses exploits ;
Par la musique et par nos voix, louange à lui dans les hauteurs.

Louange à lui, puissance, honneur, pour les actions de son amour ;
Au son du cor et du tambour, louange à lui pour sa grandeur !

Tout vient de lui, tout est pour lui ! Harpes, cithares, louez-le.
Cordes et flûtes, chantez-le ; que tout vivant le glorifie !

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 25, 31-46)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :
« Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire,
et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire.
Toutes les nations seront rassemblées devant lui ;
il séparera les hommes les uns des autres,
comme le berger sépare les brebis des boucs :
il placera les brebis à sa droite, et les boucs à gauche.
Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite :
‘Venez, les bénis de mon Père,
recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde.
Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ;
j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ;
j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ;
j’étais nu, et vous m’avez habillé ;
j’étais malade, et vous m’avez visité ;
j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !’
Alors les justes lui répondront :
‘Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu…?
tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ?
tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ?
tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ?
tu étais nu, et nous t’avons habillé ?
tu étais malade ou en prison…
Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?’
Et le Roi leur répondra :
‘Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères,
c’est à moi que vous l’avez fait.’  
Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche :
‘Allez-vous-en loin de moi, vous les maudits, dans le feu éternel préparé pour le diable et ses anges.
Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ;
j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ;
j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ;
j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé ;
j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.’
Alors ils répondront, eux aussi :
‘Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, avoir soif, être nu, étranger, malade ou en prison,
sans nous mettre à ton service ?’
Il leur répondra :
‘Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits,
c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.’
Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. »

Faire justice au prochain

Dans le dernier cycle de son enseignement à la Sorbonne qui a fait l’objet du livre « Dieu, la mort et le temps », le philosophe juif Emmanuel Levinas parle d’une « relation avec Dieu dans laquelle le prochain est un moment indispensable. La Bible le laisse entendre : connaître Dieu, c’est faire justice au prochain ». Il cite Jérémie et il ajoute « c’est la même chose qu’exprime le Nouveau Testament » et il cite le texte de notre évangile de ce jour.
Concernant le prochain, il précise dans un autre chapitre : « Autrui, le prochain, est le premier venu. Cette relation est une proximité qui est une responsabilité pour autrui ». Ce thème de la responsabilité pour autrui est récurrent chez Levinas : « Responsabilité obsédante, responsabilité qui est une obsession car autrui m’assiège… Responsabilité sans mesure, qui ne ressemble pas à une dette que l’on pourrait toujours acquitter, car avec autrui, on n’est jamais quitte ».

Jacques

Le Royaume en construction

Le partage très riche de la préparation lundi soir m’a permis d’appréhender ce texte d’Evangile, de façon renouvelée. Le Royaume est en construction, aujourd’hui… Et si, au lieu d’entendre ce texte dans le genre descriptif, je le prenais telle une parabole évoquant l’harmonie du monde (le paradis) ou son désordre ? C’est chacun qui en est responsable par son attitude. Je lis l’énumération des situations comme la multitude d’attitudes possibles, selon les « talents » de chacun, à mettre en œuvre à sa façon, sans les injonctions du genre ‘il faut que’… Dans ce texte, il n’y a pas de commandements. L’énumération ne porte que sur des comportements de la vie, rien sur la foi, la même remarque a été portée sur les Béatitudes, les deux textes encadrant l’Evangile de Matthieu. Je trouve cette réflexion intéressante, à approfondir pour moi, clin d’œil aujourd’hui aux réclamations des autorisations de culte. J’entends : « vous avez la possibilité de donner au monde une plénitude harmonieuse, c’est à cela que je vous appelle dans mon message : à chaque fois que vous allez dans ce sens c’est comme si vous me le faisiez à moi, chaque être humain m’est précieux, quelle que soit son importance apparente ». J’ai du pain sur la planche pour méditer et affiner cet embryon de méditation…

Marie-José

Prière universelle

Pour les hommes et pour les femmes, pour les enfants de la terre,
ton Église qui t’acclame vient te confier sa prière

Seigneur, je te prie pour ces gens qui dorment dehors, que je croise dans la rue sans les regarder de peur de croiser leur regard.

Jacques

« Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu ? »
Aujourd’hui, Dieu nous répond qu’il n’est nulle part ailleurs qu’au cœur de chacun de nous, et de manière particulière de celles et ceux qui peinent.
Dieu, donne-nous des yeux qui voient, un cœur qui sait recevoir, une intelligence qui reconnaît les talents de ces « petits » vers lesquels nous sommes amenés à nous tourner, ils sont porteurs de savoirs et de valeurs humaines insoupçonnées. Merci pour toutes ces associations qui savent leur donner la parole, merci pour la démarche Diaconia qui nous appelle à vivre dans la réciprocité et la fraternité avec les personnes en situation de fragilité.

Myriam

Seigneur, nous te confions plus particulièrement les familles dont l’état de précarité voire de pauvreté est aggravé par ce second confinement. Nous te rendons grâce pour les efforts d’entraide que cette situation suscite déjà. Puissent les pouvoirs publics prendre le relais par des mesures appropriées et pérennes, nous t’en prions.

Alain

Seigneur, donne-nous le dynamisme nécessaire pour que nous nous appropriions le slogan de notre amie Isabelle : « faites que le monde soit plus beau grâce à vous ».

Marie-José

Seigneur, quelle fête de penser que tu vas ainsi surprendre nos amis qui ne te connaissent pas et pratiquent la fraternité d’une façon particulièrement gratuite. Aide-nous à faire comme toi : aimer l’autre pour lui, pas seulement pour te ressembler. Et aide-nous lorsque nous avons un recul, une crainte de nous engager inconditionnellement.

Marguerite

Agneau de Dieu

La Paix, elle aura ton visage
La Paix, elle aura tous les âges
La Paix sera toi, sera toi, sera moi, sera nous
Et la Paix sera chacun de nous

Chant : Seigneur des temps nouveaux E 35-85

Que ta volonté soit faite, Seigneur des temps nouveaux
Et que ton Royaume vienne au milieu de nous.

Tu essuieras toute larme de nos yeux quand se lèvera ton jour
Car tu as fait ta demeure parmi nous sur la terre comme au ciel

Tu chasseras toute peine et toute mort quand se lèvera ton jour
Le monde ancien pour toujours s’en est allé sur la terre comme au ciel

Tes serviteurs auront part à ton festin quand se lèvera ton jour
Tu les abreuves à la source de ta vie sur la terre comme au ciel

Une clarté brillera dans notre nuit quand se lèvera ton jour
L’agneau vainqueur parmi nous est ton flambeau sur la terre comme au ciel

DZ on unsplash.com

Prière

Présence

Fallait-il se réfugier dans une caverne,
Comme Elie, au Sinaï,
Pour surprendre dans le creux d’un silence
Un fin murmure,
Plus audible que bourrasques et tempêtes ?

Fallait-il, comme Jonas, se faire avaler
Par un monstre marin.
Renaître dans son ventre maternel.
Accepter de partir,
Bon gré, mal gré, vers ce qui dérange ?

Fallait-il avoir, comme Marie,
L’oreille assez fine pour entendre
L’Annonce de la Parole ?

Hier n’est plus.
Aujourd’hui, Dieu ne parle plus.
Aurait-il disparu ?

Pourtant malgré son silence,
Mon cœur me dit autre chose.
Il est là,
Où on ne l’attend pas,

Il est là,
Chaque fois que le visage de l’autre
Ne nous est pas indifférent.

Il est là,
Quand la clameur du pauvre et du malheureux,
Fait jaillir de tous les continents
Un élan d’amour fraternel.

Il est vraiment là.

L’invincible Amour,
Qu’Il a greffé
Dans le creux de nous-mêmes,
Accompagnera l’humanité
Jusqu’à son dernier souffle.

Autrement mon cœur doit regarder.

Jacqueline

CatégoriesNon classé
  1. Jean Verrier says:

    Merci, vraiment merci à vous, amies et amis, frères et soeurs pour cette riche préparation que nous venons de suivre avec vous, grâce à vous, en ce dimanche du Christ-Roi: choix des textes, commentaires, prière universelle à plusieurs voix, chants, images, paysages, visages… La vie est belle et bonne à partager.
    Jean et Marie

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.