Dominique Renson. Visages de l’émotion

Dans la nouvelle exposition du temps pascal 2018 à Saint-Merry, Dominique Renson donne à voir les émotions, à les apprécier et à les ruminer avec ses œuvres fortes, austères où la représentation humaine domine. Le regard de Catherine C.

Les expositions du temps pascal sont spécifiques par leur intensité spirituelle. En 2018, « Visages de l’émotion » possède un autre trait : sa mise en place a été conçue conjointement par le groupe Accueil, le Collège des arts visuels et Voir et Dire. Deux regards, sur les deux sites (Saintmerry.org et voir-et-dire.net) se complètent ainsi.

Dominique Renson. Visages de l’émotion. Exposition à Saint-Merry. 24 mars-15 avril 2018 from Voir & Dire on Vimeo.

Il est bien tentant d’évoquer un peintre pour apprécier l’œuvre d’un autre artiste surtout quand la raison de leur peinture  relève d’une même nécessité : traduire l’émotion. Et c’est ainsi qu’on peut citer, en introduction. à l’exposition inaugurée le 27 mars à l’Église Saint-Merry de l’artiste peintre Dominique Renson, intitulée « Visages de l’émotion », le peintre Jean Fautrier, dont beaucoup d’œuvres sont actuellement présentées au Musée d’art moderne de la Ville de Paris. Lire le splendide livret de l’actuelle exposition « Matière et Lumière » jusqu’au 20 mai.

Fautrier écrivain peu disert, publia cependant un petit livre Écrits Publics dans lequel il s’exprime ainsi : « Du reste, à quoi servirait-il de rejeter cette réalité ? En matière d’art tout ce qui vient d’elle ((à condition qu’elle ne serve que de poussée initiale) parait bien plus imaginatif, plus magique que tout ce qui la refuse systématiquement… on peut en effet s’abandonner, non sans quelque arrière-pensée cependant. à l’impulsion de la chose vue et ressentie. Le réel est la poussée initiale ; il donne le branle à tout ce qui va s’en suivre. Il n’y a plus qu’à se laisser aller. Ce qui compte est le besoin de peindre, c’est-à-dire d’éprouver une émotion et de l’exprimer. »

Cette réalité et cette émotion, Dominique Renson nous les donne à voir, apprécier, ruminer avec des œuvres fortes, austères où la représentation humaine domine. Cette artiste peintre vise essentiellement le réalisme de la représentation ; elle choisit ses modèles parmi ses relations ou dans la rue pour la force ou l’intensité qui se dégagent de leur visage, de leur allure ou de leur histoire ; elle n’a pas de sens à transmettre mais elle montre ce qu’elle voit, des individus dans leur singularité, peints avec un réalisme réduit à l’essentiel. Il apparait surtout que ces figures, portraits nous bouleversent par l’intensité des émotions et encore plus par ce que nous ressentons du profond respect de l’artiste pour ces individualités ainsi représentées et c’est peut-être cette humanité non pas magnifiée mais honorée, célébrée qui est en soi message d’espoir.

Les œuvres exposées sont réparties en trois groupes que l’artiste se propose d’intituler : « Christ en ville», « Cérémonie » et « Passion », autant de figures des émotions dans une série de portraits très forts d’individus dans leur singularité, peints avec un réalisme réduit à l’essentiel.

Cependant plusieurs tableaux ne vont pas manquer de nous interroger. L’artiste a introduit certains de ses modèles dans des compositions qui, à nous, Chrétiens, sont familières. Dominique Renson a ainsi délibérément utilisé un cadre mental qui nous est propre, celui des mises en scène religieuses très connues comme la Cène, les Pietà, utilisant les codes émotionnels de ces scènes religieuses, non pour faire mémoire de l’évènement évangélique à l’origine de la composition, mais pour accentuer le réalisme et la force des émotions de sa peinture. Arrière-pensée, réminiscences sacrées, prétexte religieux ? Dominique Renson s’en défend et après tout que nous importe ! Car, au fond, la Cène, les Pietà, représentations d’un évènement historique pour nous Chrétiens et relevant comme tels du dogme religieux, appartiennent aussi à une tradition profane et sont alors des figures universelles de compassion, de souffrance et de partage. Et le besoin de peindre ces visages et de transcrire les émotions qu’ils ont suscitées, de nous les donner en partage suffisent à l’évidence de l’œuvre.

Il y a une très belle série de visages dans lesquels Dominique Renson essaie de répondre à la question : quel serait le visage du Christ aujourd’hui ? Et elle donne à voir des visages très expressifs et très proches de ceux que nous croisons dans la foule d’aujourd’hui. Son projet s’arrête là, elle ne privilégie aucune représentation particulière et donne à voir la diversité de l’humanité. Chrétiens, nourris de 2000 ans de peintures religieuses, nous pensons évidemment à l’évolution de la représentation religieuse au cours des siècles et à l’accentuation continue de l’humanisation des figures du Christ, représenté avec les atours, les traits, l’environnement contemporains des artistes peintres. Cette démarche d’humanisation du Christ par la peinture est même allée assez loin avec Albrecht Dürer notamment : dans son autoportrait daté de 1499, ce peintre se montre sous les traits et dans la pose généralement réservés au Christ ; ce faisant il n’entend pas usurper une condition divine ni susciter une dévotion à sa personne mais il rappelle à sa manière que tout homme doit tout faire pour ressembler au Christ.

Avec sa série de figures actuelles du Christ Dominique Renson n’a donc pas fini de relancer nos interrogations de Chrétiens sur le Christ, Dieu qui se fait homme, sur l’homme créé à l’image de Dieu et l’homme qui fait Dieu à son image, de Dieu que par l’intelligence nous essayons de connaitre et de Dieu enfin, qui se laisse parfois éprouver par notre sensibilité, ressentir par nos émotions.

Catherine Charvet

Pour aller plus loin : Lire l’article de Voir et Dire, le réseau de l’art contemporain à Saint-Merry, qui présente avec ces vidéos des commentaires sur l’ensemble des tableaux exposés .

Dominique Renson. Christ en ville from Voir & Dire on Vimeo.

Dominique Renson. Cérémonie (série de peintures) from Voir & Dire on Vimeo.

Dominique Renson. Passion (série de peintures) from Voir & Dire on Vimeo.

Tags from the story
,

1 Comment

  • Visages de l’émotion :
    Une expo qui m’a saisie, une de mes préférées qui habite St Merry pour qq jours. Nous avons notre place dans chaque tableau, c’est vous, c’est moi, c’est notre humanité dans toutes ses situations, nous nous y retrouvons. Je remercie l’artiste Dominique Renson qui m’ a donné à voir de quoi m’émerveiller par son oeuvre d’une grande sensibilité. Vraiment une visite à ne pas manquer…
    Jacqueline Casaubon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.