« Ecoutez et vous vivrez »

« N’écoutons pas le bruit des kalachnikovs car nous mourrons. N’écoutons pas la voix de la peur car nous serons paralysés. N’écoutons pas les avances nous invitant au repli identitaire, nous périrons seuls ».

11 janvier 2015
Le Baptême du Seigneur
Fête du Seigneur
Année B

Lectures 
1ère lecture : « Venez, voici de l’eau ! Écoutez, et vous vivrez » (Is 55, 1-11)P1050926(1)(1)
2ème lecture : « L’Esprit, l’eau et le sang » (1 Jn 5, 1-9)
Evangile : « Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie » (Mc 1, 7-11)

 Cherchez le Seigneur tant qu’il se laisse trouver ;
invoquez-le tant qu’il est proche.
Que le méchant abandonne son chemin,
et l’homme perfide, ses pensées !
Qu’il revienne vers le Seigneur
qui lui montrera sa miséricorde,
vers notre Dieu
qui est riche en pardon.
Car mes pensées ne sont pas vos pensées,
et vos chemins ne sont pas mes chemins,
– oracle du Seigneur.
Autant le ciel est élevé au-dessus de la terre,
autant mes chemins sont élevés au-dessus de vos chemins,
et mes pensées, au-dessus de vos pensées.
                                                                               (Is 55,6-9)

A propos des textes
Ecoutez et vous vivrez.
N’écoutons pas le bruit des kalachnikovs car nous mourrons.
N’écoutons pas le brouhaha de la publicité car nous serons dévitalisés.
N’écoutons pas la voix de la peur car nous serons paralysés.
N’écoutons pas les avances nous invitant au repli identitaire, nous périrons seuls.
N’écoutons pas les voix qui nous disent : tu es le meilleur et le seul, car c’est faux et funeste.
Ecoutons ceux qui nous invitent à la confiance, à l’accueil et au pardon et nous mangerons des mets savoureux.
Ecoutons ceux qui nous font confiance et nous proposent de marcher ensemble et nous boirons des vins « réserve spéciale ».
Ecoutons ceux qui cherchent avec d’autres, qui écoutent avant de parler, qui partagent avant de demander. Nous gouterons alors un lait entier, bio.
Ecoutons ceux qui ne nous demandent pas du fric mais nous donnent leurs vies.
Ecoutons la voix qui déchire les cieux et instaure la communication entre ciel et terre et entre nous tous.
Ecoutons la Parole, et nous vivrons. Et malgré l’horreur et la douleur, personne ne pourra nous prendre la joie d’aimer les autres et l’Autre comme il nous a aimés. Comme il nous aime.

 Jésus Asurmendi

Prière Universelle
« Vos chemins ne sont pas mes chemins… Oracle du Seigneur »Cet oracle a traversé 25 siècles…
Les attentats de cette semaine ont montré à quel point il est toujours d’actualité!
« Que le méchant abandonne son chemin », nous dit encore Isaïe.
Nous sommes tous, tous les jours, à la croisée des chemins !
Dieu de tendresse, comment choisir les chemins qui mènent à la liberté et à la fraternité que tu nous offres ?
« Vos pensées ne sont pas mes pensées »,
Oui mais certains s’approprient ce qu’ils croient être tes pensées, Seigneur !
Cela me rappelle ta propre prière au jardin des oliviers : « Non pas ma volonté, mais ta volonté ! »
Dieu de tendresse, comment faire pour ouvrir nos cœurs à ton amour, à ta bienveillance, à ton pardon ?
       Refrain – Dieu de tendresse…£
La Parole s’est faite chair, nous dit Saint Jean.
Mais ils ont tué la chair pour tuer la parole.
Pour nous chrétiens, la chair, la parole, c’est sacrée.
Toi Seigneur, on t’a accroché à une croix parce que ta parole gênait.
Cette semaine, c’est la chair de Charlie qui a été crucifié pour faire taire leur parole.
Dieu de tendresse, que le cœur des Cabu et autres Wolinski ne se taise pas !
Ensemble, en frères, prions pour qu’une parole de liberté continue de vivre sur cette terre.

Michel Bouvard

         Vous avez maintenant la parole. Que ceux qui souhaitent s’exprimer viennent à ce micro.

Oui, Seigneur, aujourd’hui nous pleurons nos journalistes, qui nous faisaient rire, parce que le rire est le propre de l’homme.
Cet après-midi nous serons des centaines de milliers de Parisiens à la Marche qui leur rendra hommage et qui fera briller la liberté d’expression.
Mais ceux qui sont assassinés par milliers sur la planète par les fous d’Allah ce sont nos frères musulmans.
Et avant-hier ce sont quatre juifs inconnus qui ont été tués par ces fanatiques.
Nous les cathos de Paris nous avons maintenant un devoir impérieux, urgent, inaliénable de nous rapprocher de nos frères musulmans et juifs, victimes tous quotidiennement de ce racisme délirant.
Inspire-nous, Esprit Saint, pour que nous sachions inventer des actions utiles de solidarité envers eux, pour que nous sachions créer des liens de fraternité avec des mosquées et des synagogues pour que brille la liberté de culte.
Inspire-nous, Esprit-Saint, sur ces nouveaux chemins..

Danielle Mérian

Dieu de tendresse écoute-nous pour que nous prenions conscience que  lorsque l’on empêche de parler celui qui dérange – même pour de bonnes raisons, c’est cette précieuse liberté d’expression qui est muselée.

P1050954(1)Marie-José Lecat-Deschamps

En tant qu’enseignante j’ai été bouleversée par le fait que les tueurs  , les fanatiques soient  français et donc issus de nos écoles; travaillons à ce que notre Ecole puisse enseigner à tous quelles que soient les racines géographiques et historiques des élèves, la tolérance, l’esprit des Lumières et les valeurs républicaines.

Marie- Laurence Cattalano

 « Celui qui fait la guerre au nom de Dieu fait la guerre à Dieu »

« Je prie pour tous ces jeunes qui ne savent pas où ils vont »

 Cet été des amis juifs touchés par les attentats en Israël ont diffusé un message : une invitation à reconnaître la part de bourreau et de victime qui est en chacun de nous.
Pour que nous puissions déjà faire ce travail de reconnaissance en nous et arrêter de faire des différences entre les hommes…
AlexandraP1050988(1)(1)

Méditation à la manière d’une prière eucharistique

Dieu notre Père nous voici rassemblés. Tu nous rassembles. Aujourd’hui il nous est difficile de te remercier. Comment le faire ?
Nous ne te remercions pas aujourd’hui pour la création, le soleil et les étoiles, les lys des champs et  les oiseaux du ciel. Nous le ferons une autre fois.
Nous te remercions aujourd’hui parce que tu nous rassembles pour nous proposer ta parole, pour nous l’offrir.
Une parole qui fait vivre, qui ne tue pas.
Une parole différente de la nôtre, mais proche de nous.
Une parole qui accueille, qui n’exclut pas.
Une parole bienveillante qui n’écrase pas ceux qui ne sont pas des nôtres.
Une parole d’ouverture qui nous met en relation, nous fait voir et apprécier la différence, les autres, l’autre. Une parole de
communion.
Une parole d’amour, pas de haine.
Autrement dit nous te rendons grâce pour Ta Parole, Jésus, ton Fils notre Seigneur. Par Lui et pour Lui nous te remercions et nous te chantons.

La haine, l’imbécilité, le rejet, l’obscurantisme et la faute, Jésus les a connus. Il les a connu lui aussi au prix de sa vie.  Il n’a pas été un kamikaze. Il n’a pas cherché la mort. Il l’a trouvé et ne s’est pas échappé, il ne s’est pas esbigné. Il a été victime de la pensée unique. Il a été crucifié par le refus de l’autre, par le  mépris du semblable, par l’arrogance vis-à-vis des autres. Tu ne l’as pas traité de la même façon. Ton Esprit a transformé la déroute en triomphe, la mort en vie véritable. Dans l’état qui est le nôtre, nous avons besoin plus que jamais de la force de cet Esprit pour que Jésus, ton Fils, notre Christ soit présent parmi nous. Que ton Esprit donc fasse de ce pain et de ce vin les signes visibles de son corps et de son sang.

En faisant le mémorial de ton Fils, Jésus, notre Christ, de sa vie, de sa résurrection, en attendant qu’il revienne,  nous te remercions une fois de plus car tu nous préparé ta table.
La table du partage, où même les traites ont leur place : Pierre et Judas et nous tous. La table de l’accueil, le banquet auquel sont invités les prostituées et les inspecteurs des impôts, les flics et autres militaires et nous tous.
Des mets savoureux servis pour les estropiés, les malades, les brigands et autres salauds et nous tous.
Quel travail encore pour ton Esprit !! Qu’il se mette vite à l’œuvre, qu’il fasse de tous ceux qui partagent le repas du Seigneur un seul corps et un seul Esprit.
Qu’il fasse de ton Eglise une communauté accueillante et bienveillante, sans exclusions. Ce que nous ne sommes pas toujours.
Une communauté où la table rappelle toujours le lavement des pieds, ce que nous ne faisons pas toujours.
Une communauté de justice, d’espérance et de joie. Malgré tout.

Jésus Asurmendi

 

 

Tags from the story
, , ,

1 Commentaire

  • Dieu que certains nomment Yahvé, d’autres Allah ou Chrisna, ou le Grand Tout ou Rien ;
    et pour nous chrétiens,
    Dieu révélé par Jésus, Christ -Vivant, tu es tendresse, bonté, miséricorde,
    – brise nos fusils, nos couteaux et nos bombes de violence et d’agressivité
    – abats nos murs de haine et de mépris,
    – fissures nos boucliers d’orgueil, de suffisance quand nous sommes sûrs d’avoir la seule vérité,
    – brûle nos déguisements de soi-disant respect des traditions, de la morale sous couvert de religion …
    Toi qui as pris le risque que nous soyons des êtres libres,
    – apprends-nous à être bons, honnêtes, respectueux des autres ;
    – donne-nous un peu d’humour et d’imagination ;
    – fais-nous découvrir ce qu’il y a au plus profond de notre être, la perle précieuse qui vaut tous les trésors, toutes les richesses : la LIBERTE !

Répondre à Marie-Madeleine David Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *