©fc

Eglise, Communauté, Eucharistie ( 4) 

Saint-Merry clôture le cycle commencé en décembre 2017 et animé par Jesus Asurmendi, dans le cadre d’une réflexion sur l’Eglise. La quatrième et dernière séance, le 3 juin 2018, a poursuivi sur la notion de « sacerdoce » pour continuer à expliquer « tous célèbrent, un préside ». Nous avons revu les points communs et les différences entre   - le « sacerdoce commun » : celui des baptisés ( et bien sûr de leurs prêtres ! ) - le sacerdoce des prêtres ou « sacerdoce ministériel » : comme son nom l’indique, il est au service de tous les baptisés. En revenant aux textes et à l’Histoire des débuts de l’Eglise, on comprend mieux comment ils peuvent s’articuler aujourd’hui  pour une Eglise fraternelle et dynamique.

Un rappel rapide de diverses observations :

  • Les évangiles n’appliquent jamais le titre de hiereús en grec, sacerdos en latin, prêtre, au Christ, et ils ne disent jamais que le Christ s’est offert en sacrifice.
  • Fréquemment ils nous présentent une situation et une attitude polémique par rapport à la conception ritualiste de la religion.
  • Saint Paul n’utilise jamais le mot hiereús ou archihiereús.
  • Tout au long du Nouveau Testament, on n’utilise jamais un titre sacerdotal pour les ministres de l’Eglise.
  • Très rares sont les textes qui parlent des chrétiens comme « prêtres » (1 P. 2,5. 9; Ap. 1, 6; 5, 10; 20, 26).
  • Pour ce qui est du Christ un seul écrit du Nouveau Testament fait exception en donnant au Christ les titres de « prêtre » et « Grand Prêtre » : la lettre aux Hébreux. Ce texte décrit et déploie toute l’œuvre de Jésus  en termes et catégories sacerdotales, mais en insistant sur les différences entre le sacerdoce de l’Ancien Testament et celui du Christ : en résumé, le culte ancien était rituel, conventionnel et il ne pouvait pas en être autrement. Le Christ le remplace par un culte personnel, réel, existentiel qui “périme” en quelque sorte le rôle du prêtre à la manière de l’Ancien Testament. La netteté de ce texte nous fait comprendre les raisons des réticences de tout le Nouveau Testament à parler en termes et catégories sacerdotales.

En fait, la différence qui existait dans l’Ancien Testament entre le prêtre et le peuple n’existe plus car le sacrifice du Christ a été le sacrifice parfait de solidarité avec les hommes.   Lire la suite et l’intégralité du texte en PDF

Pour lire toutes les séances  :
1.  « L’Eucharistie fait l’Eglise » : Eglise st Merry 11-2 2018 Jesus Asurmendi 1
2. « l’Eglise fait l’Eucharistie»   Eglise st Merry 10-12 2017 Jesus Asurmendi 2
3. «Tous célèbrent, un préside (1)   Eglise saint Merry 2018-04-15 Jesus Asurmendi 3
4.  « Tous célèbrent , un préside (2) » Eglise saint-Merry 2018-06-03 Jesus Asurmendi 4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.