En avent !

C’est l’avent, tandis que je me coule dans le vent de ce matin. Il fait encore nuit, frais, calme. Je respire à pleins poumons. L’air est peut-être pollué et plein de mauvaises intentions, d’autres non loin de moi sont transis, certains ont passé leur nuit à étouffer dans du bruit… Mais là, je me remplis – j’espère – d’une énergie renouvelée.

C’est l’avent, tandis que je marche d’un bon pas vers l’avenir en dégustant des phrases de mon calendrier : « En suivant le chemin qui s’appelle « plus tard », nous arrivons sur la place qui s’appelle « jamais » ( Sénèque, philosophe romain, 4 av. J.-C. – 65 ap. J.-C. ). Cela peut vous sembler n’être qu’une évidence bien tournée, mais c’est mon petit démarreur système-D…

C’est l’avent, l’avant Noël, l’avant des Fêtes, et mon cœur se fend en voyant se bousculer les affiches où des festivités et des festins se présentent comme des sommets, des apogées, des miracles, mais n’est-ce pas en fait des terminus, des sans-issue si personne ne vient les transformer ?

C’est l’avent, l’Avent de l’année qui va se dérouler en toute liturgie, mais comme elle colle mal à ma vie dans l’année civile… Ces contre-temps, ces vents-coulis : comment refaire mon unité entre les après et l’avant, avec les dehors et dedans ?

C’est l’avent, tandis que je m’en vais avec un peu d’inquiétude à cette réunion qui est le premier pas d’une aventure. Oui, je sais, tout n’est pas dans nos mains : ne vient-il pas vers nous aussi, celui qui accompagne ce projet ?

C’est l’avent… Mais comment l’ai-je su ? N’est-ce pas seulement celui qui n’a jamais fini de venir qui peut faire de notre vie un avent…

Marguerite Rousselot

billet du dimanche 18 décembre 2016

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *