©fc

Et si j’étais raciste ?

Si vous ne me connaissez pas, je suis en fauteuil roulant. Récemment, j’ai rencontré quelques problèmes avec notre chère Sécurité sociale. Il a fallu que je me rende au centre où je suis affiliée. J’arrive à l’entrée du centre, il y a quelques marches. Heureusement un élévateur est prévu pour accéder à la salle située en contre-bas. Je m’apprête à prendre l’élévateur et là un vigile s’interpose prétextant que l’engin peut tomber en panne et donc il m’intime de rester à l’entrée, un préposé va venir s’occuper de moi. Bon, il ne fait pas froid, mais derrière moi la porte s’ouvre et se ferme sans arrêt me laissant en plein courant d’air.

En attendant, je regarde les files de gens faisant la queue, pas beaucoup de blancs. Tous autorisés à entrer et moi, bonne française « pure souche » je reste dehors !? Instantanément « une petite voix » résonne au fond de moi. Ne te prétends-tu pas catho, pratiquante de surcroît ? La charité, jamais entendu parler ? Et la tolérance ?

Mon attente est de courte durée et 10 minutes après, je suis repartie. Il me faudra quelques allers-retours dans cette belle institution pour résoudre définitivement mon souci, mais quel beau pays que le mien qui prend en charge tous ces gens venus d’ailleurs. Et puis suis-je bien sûre d’être « pure souche »? La Savoie n’a-t-elle pas été rattachée à la France en 1860 ? Et parmi tous ces gens de couleur, combien ne sont-ils pas aussi français que moi ?

Et quand on n’a pas la chance d’avoir « une petite voix intérieure », en arrive-t-on à voter pour l’extrême droite?

Claire B.

billet du dimanche 10 décembre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.