F

Faire réseau entre églises du centre de Paris

Quelques jalons d’histoire

Pour préparer la restauration de Notre-Dame, Benoist de Sinéty, qui est membre de l’Établissement Public au nom de l’évêque, a demandé au père Gilles Drouin, Directeur  de l’Institut Supérieur de Liturgie, de monter un groupe de réflexion sur la programmation et l’environnement de la cathédrale. Un des quatre sous groupes « Réseau des églises »  animé par un curé, le père William Jean de Vandière, ancien curé de Saint-Séverin et actuellement de Notre-Dame de Grâce de Passy, a proposé à Michel Micheau d’y participer à ses côtés en tant qu’urbaniste « expert ». Cette invitation faisait suite à l’article publié sur saintmerry.org à propos de l’insertion de Saint-Merry au sein de l’hypercentre et dans lequel il était évoqué l’idée de créer des liens avec Saint-Eustache sur les questions de l’art.
Ce groupe a fait un excellent travail en y associant immédiatement les curés. Rapidement est apparu l’intérêt de partager leurs différentes visions des évolutions des paroisses dans le nouveau contexte de Paris. Puis est arrivée l’idée de produire un document commun destiné à encourager les visites des églises du centre de Paris du fait de la fermeture de Notre-Dame, un document de communication à visée patrimoniale, montrant aussi les identités pastorales de chacune des paroisses.
Les curés, dont le père Alexandre Denis, ont approuvé le principe de ce document « Notredamocentré », puisque tout part de Notre-Dame, le document devant être distribué gratuitement sur le parvis (en français et en anglais selon le budget).

Le document en préparation

Le livret sortira en décembre : 20 pages A5, en couleur, que l’on garde et aime feuilleter. Chaque église est présentée en une page avec la description du bâtiment (en 1.000 caractères, donc très court) et une phrase d’invitation du curé à visiter, donnant l’esprit pastoral de son église et deux photos significatives prises par Jean-Pierre Porcher (de l’extérieur et un élément attractif intérieur en couleur). L’ensemble est mis en page et produit par l’équipe de design de Bayard.
Ce document papier original rassemble donc un ensemble de parcours vers 15 bâtiments à 15-20 minutes à pied de Notre-Dame (Rive Gauche-Rive droite). Il accroîtra sans doute le nombre de visiteurs de Saint-Merry. Le tourisme religieux, individuel et de groupe, est un vrai enjeu. On peut aussi souhaiter que cela intéresse des Saintmerriens et les incite à visiter d’autres bâtiments que leur port d’accroche…

Esprit du document et conséquences possibles

La question de la mise en réseau des services offerts par ces églises n’a jamais été l’objet de ce groupe qui se limite à la question de la découverte patrimoniale, de manière permanente au-delà du fameux week-end de septembre. Chaque église est autonome et travaillera, comme elle le voudra, les conséquences de cet outil collectif de valorisation. Il va de soi que le livret peut être une excellente opportunité de dialogue renouvelé entre les visiteurs et l’Accueil de Saint-Merry.
Le groupe mettra à disposition des églises la maquette de la brochure, si elles veulent l’utiliser pour restructurer leur information dont la présentation en flyer est souvent datée.
Ce document est une vraie chance pour accroître le rayonnement de Saint-Merry et en préciser sa spécificité par rapport aux autres.  On réclame de faire Église, dans la diversité : le livret en est une manifestation concrète.
Saurons-nous l’utiliser quand il sera produit ?

Michel Micheau

CatégoriesPatrimoine
  1. Pingback:Faire réseau entre églises du centre de Paris | Notre-Dame de Paris

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.