« Faites que le monde soit plus beau grâce à vous »

Isabelle Pépin nous a quittés. Nous sommes dans le deuil et la tristesse, et en même temps dans l’action de grâce et l’émerveillement devant cette vie et cette personnalité, car Isabelle a tant apporté à son entourage. Dans sa quête exigeante de vérité, à commencer par elle-même, elle nous poussait dans nos retranchements. Elle n’aimait pas qu’on parle d’elle, et n’aurait pas souhaité cette publication de témoignages à son sujet, mais c’est bien à nous de décider que l’évoquer nous fait du bien, et que lui rendre hommage s’impose, car de même qu’on ne cache pas une lampe sous le boisseau, les éclats de lumière diffusés par certains de nos frères et sœurs en humanité nous apportent du réconfort et tracent des chemins dans nos nuits. (Blandine)

Lundi 2 novembre, Isabelle Pépin, membre de l’Équipe Pastorale de notre communauté, nous a quittés. Par son engagement, elle a marqué profondément la vie du Centre Pastoral Saint-Merry. Philippe, son mari, nous a fait parvenir cette information :
« Isabelle disait souvent : “Faites que le monde soit plus beau grâce à vous”. La célébration des funérailles d’Isabelle aura lieu le 6 novembre à l’église Saint-Merry et sera suivie de l’inhumation au cimetière du Montparnasse. Le contexte actuel nous permet de la célébrer seulement avec son papa, ses frères et sœurs et ses filleuls. Nous organiserons une célébration anniversaire, suivie d’un moment de partage avec et autour d’Isabelle, l’année prochaine, le samedi 6 novembre 2021, où toute sa famille et tous ses amis seront conviés ».

Deux phrases d’Isabelle 

     « ”Il les envoya proclamer la bonne nouvelle et faire des guérisons: force de l’évidence, cette bonne nouvelle qui forcément me rend en même temps plus moi-même et plus être de relation, plus femme dans l’humanité (j’allais écrire plus homme parmi les hommes) ».
     « Je crois qu’après la mort je serai pleinement moi-même, fini le vernis, le paraître, le regard des autres, ”il me faudra faire pauvre et sans poids le bilan de moi”. La mort et la résurrection : devenir pleinement moi. »

Philippe et Isabelle, Arc en Ciel, août 2019

Prière de Philippe avec et pour Isabelle

Seigneur Jésus, Isabelle a été une joie pour Gaston et Monique, pour Brigitte, Bruno, Patrick, Dominique et Norbert, pour ses beaux-frères et belles-sœurs, pour ses cousins, aussi pour Colette et Pierre, car pleine de délicatesse. Isabelle les a beaucoup aimés et ils l’ont beaucoup aimée. Merci.

Seigneur Jésus, Isabelle a été très présente auprès de ses filleuls Martin, Pauline et Oriane, très présente aussi avec ses nièces et ses neveux. Elle essayait d’être là quand ils avaient des difficultés et son aide était précieuse, elle les questionnait avec bienveillance. Isabelle les a beaucoup aimés et ils l’ont beaucoup aimée. Merci.

Seigneur Jésus, Isabelle, médecin généraliste a soigné avec enthousiasme et générosité. Ses malades lui racontaient la vie et Isabelle leur rendait service. La situation s’est retournée et Isabelle de médecin est devenue malade. Des soignants de l’hôpital Tenon, elle a reçu des soins incroyables de délicatesse pour elle et sa famille. Hasard de la vie, des anciens amis de médecine Delphine sa témoin de mariage et Olivier mari de Christine l’ont aidée. Isabelle jusqu’à la fin a souri. Merci.

Seigneur Jésus, Isabelle appelée par Jacques, a rejoint l’équipe du crématorium du Père Lachaise. La mort de Marion dans son ventre et tout le chemin parcouru après, l’a beaucoup inspirée dans les célébrations. Isabelle a servi les familles et les amis des défunts et ceux-ci l’ont beaucoup nourrie. Isabelle aussi a poussé l’équipe du crématorium par ses questions, ses remises en causes, ses exigences à approfondir le sens de leur service. Cette équipe est devenue son amie. Merci.

Seigneur Jésus, Isabelle a rencontré beaucoup de personnes. Elle les interrogeait sans relâche, les bousculait, parfois avec tristesse les blessait. Certains sont devenus des amis. Isabelle a rencontré aussi les amis de ses enfants, les familles de Caroline, de Sidonie, de Franck et d’Aurore. Isabelle les a beaucoup aimés et ils l’ont beaucoup aimée. Merci.

Seigneur Jésus, Isabelle participait chaque dimanche à la célébration de la liturgie à Saint-Merry, « parole de la Bible, lue, partagée en résonnance surtout avec notre vie quotidienne, avec le Monde avec un grand M ».  Isabelle s’est formée au cycle C, elle a beaucoup travaillé. Isabelle s’est engagée à Saint-Merry à l’Eveil à la Foi, à la préparation du baptême des jeunes enfants et à l’Equipe Pastorale. Isabelle a beaucoup reçu de la communauté de Saint-Merry, y a rencontré beaucoup de ses amis. Merci.

Seigneur Jésus, Isabelle et Philippe se sont donné le sacrement du mariage. Ils ont vécu, dans la joie et les épreuves, dans leurs manques, une belle vie. Philippe aime beaucoup le corps et toute la personnalité d’Isabelle, Isabelle lui a beaucoup donné. Merci.

Seigneur Jésus, Isabelle a été la maman aimante et « éduquante » de Wandrille, Silouane, Apolline, Romane, Pakôme et Mahaut. Leurs naissances ont été ses jours les plus heureux. Leur amour avec Caroline, Sidonie, Franck, Aurore est une joie. Anaëlle et l’annonce des petits enfants à venir sont une joie. Les moments vécus ces derniers jours, toute la famille réunie, autour d’Isabelle ont été très difficiles mais aussi très beaux et apaisants. Merci.

Jérusalem, Jérusalem quitte ta robe de tristesse !
Jérusalem, Jérusalem chante et danse pour ton Dieu !

Seigneur Jésus, Isabelle a repris au début de son testament « ce qui se passera de l’autre côté, quand tout pour moi aura bousculé dans l’éternité, je ne le sais pas… ». Jésus, accueille Isabelle, je te le demande.

Seigneur Jésus, Isabelle laisse Gaston son père, ses frères et sœurs, ses filleuls, ses neveux et nièces, ses amis avec plein de beautés, mais aussi tristes. Jésus, aide-les, je te le demande et je te demande qu’Isabelle leur manifeste sa présence.

Seigneur Jésus, Isabelle laisse ses enfants avec plein de beautés, mais aussi tristes. Jésus, aide-les, en particulier Romane et Mahaut, je te le demande et je te demande qu’Isabelle leur manifeste sa présence.

Seigneur Jésus, Isabelle laisse Philippe avec plein de beautés mais aussi, triste. Jésus, aide-le, je te le demande et je te demande qu’Isabelle lui manifeste sa présence.

Seigneur Jésus, Isabelle a peu connu Anaëlle, n’a pas connu ses futurs petits-enfants, ceci nous rend très tristes. Jésus, aide-les, je te le demande et je te demande qu’Isabelle leur manifeste sa présence.

Seigneur Jésus, Isabelle nous disait souvent « Faites que le monde soit plus beau grâce à vous ». Jésus, aide-nous à faire que le monde soit plus beau, je te le demande et je te demande qu’Isabelle nous inspire.

Jérusalem, Jérusalem quitte ta robe de tristesse ! 
Jérusalem, Jérusalem chante et danse pour ton Dieu ! 

Témoignages de participants aux groupes Baptême

Isabelle menait ça d’une main de maître, laissant ouverte la parole, sachant créer la convivialité, et enrichissant de ses connaissances théologiques et sa profondeur nos échanges. Cette rencontre avec Isabelle nous a profondément marqués. Pour nous, Isabelle compte parmi les quelques témoins placés sur notre chemin de vie pour nous aider à être meilleurs. (Marguerite, François, Chloé)

Tout au long de nos rencontres, Isabelle a toujours manifesté beaucoup de conviction dans son accompagnement, une foi toujours partagée et non imposée. Sa culture théologique était riche et ses remarques justes. Son enthousiasme était communicatif et elle mobilisait son entourage avec son énergie. (Audrey et Pierre-Damien)

Nous gardons le souvenir d’une femme très ouverte, discrète, accueillante, qui portait une attention particulière à chacun, lui permettant de devenir également acteur, de se mettre en chemin. Isabelle avait confiance en Dieu et aussi en la capacité de chacun d’apporter sa pierre, lui laissant toute sa place. Spirituelle, Isabelle faisait rayonner sa joie et sa foi tout autour d’elle, une foi joyeuse, profonde et incarnée. Elle savait expliquer simplement le message de l’Evangile. Son incroyable capacité à donner lors de nos échanges restent gravée en nous, il est rare de rencontrer des gens aussi généreux. Elle était vraiment lumière. (Anne-Cécile, Emilie, Karine et Nicolas)

Isabelle savait mettre à l’aise les uns et les autres, suggérer une piste de réflexion, confier des missions, sans oublier ses comptes-rendus si complets ni votre accueil chez vous. Depuis, elle avait toujours un mot lorsque nous la croisions à Saint-Merry – on se sent faire partie de la communauté. (Olivier, Christine, François-Xavier)

Nous recommençons le cheminement vers le baptême des enfants petits, par Zoom comme au printemps dernier. Isabelle est là. Elle nous accompagne. Quel modèle ! Mère de famille nombreuse, médecin, théologienne, amie, épouse, dévouée au CPHB… difficile d’hériter du groupe Baptême. Je me suis nourrie pendant trois ans de sa préoccupation d’inviter Jésus dans la réalité quotidienne et spirituelle des jeunes parents. Avec des références théologiques précises, elle reprenait ce que chacun apportait à la lumière des mots de l’évangile. « Sème ! Mais ce n’est pas toi qui récolteras », phrase qui a bien sa place dans la bouche d’une mère qui sait donner sans attente. Seulement pour semer, faut-il encore avoir les graines… Cette phrase me met au travail. Merci Isabelle. (Lucie)

Témoignage de participants au groupe Éveil à la foi

Isabelle, tu es la jeune femme avec laquelle s’est constitué un petit groupe de parents dans le cadre de l’éveil à la foi des petits dès 3 ans. Nous avons cheminé ensemble depuis plus de 30 ans en nous rencontrant régulièrement une fois par mois. Comme nous tous, tu as approfondi tes convictions marquées de l’empreinte de chaque participant. L’exigence fondamentale pour toi, Isabelle, a toujours été que nous, parents, nous partagions, non pas d’abord pour faire du bien à nos enfants, mais pour avancer nous-mêmes : nos enfants en recevront forcément les miettes ! 
Isabelle est très exigeante, elle n’accepte pas le superficiel, pour elle comme pour les autres. Elle pousse la réflexion par-delà nos retranchements, ignorant les conventions policées des apparences. Dès que des liens la relient à l’autre, elle oblige à surmonter, par ses questionnements, la médiocrité ou l’à peu près. Nombreux sur son chemin ont apprécié cette force unique qu’elle exerce pour mûrir et approfondir nos convictions les plus profondes. Son dynamisme, son perfectionnisme parfois dérangeant, ont bien souvent permis d’avancer et de regarder plus loin.

C’est cette radicalité qui l’a conduite à suivre les cours à la Catho, encore et encore, ce qui n’a cessé  de nourrir nos partages !
Isabelle refuse les apparences, son instinct de médecin la porte à toucher juste, y compris quand c’est là que ça fait mal ! C’est sa façon de cerner ce qui coince sans jamais, je crois, porter de jugement, toujours très respectueuse des convictions des autres, et sans oublier d’expliquer son point de vue. Elle nous a inexorablement ramenés aux questions essentielles, tentant de faire fuir, dans nos rencontres, le bavardage, et nous poussant plus profond en nous-mêmes.
Isabelle, comme Philippe, aime la rencontre de l’autre, cela fait partie de leur personnalité profonde à tous les deux. Cela les amène à partager un repas à l’improviste, à proposer de profiter de la grandeur de leur maison pour organiser rassemblement ou fête. Merci à eux pour cet accueil sans limite.
Attentive et efficace, sans supériorité ni pathos, Isabelle a toujours été prête à dépanner. Pleine d’attentions pour chacun, elle n’a cessé de se soucier avec discrétion, gentillesse, et compétence de nos soucis de santé.
Isabelle, tu as donné beaucoup de saveur à la route sur laquelle nous avons cheminé ensemble ! Tant que notre tête le permettra, rien ne pourra l’effacer. Très fort je t’en remercie, nous t’en remercions.

Marie-José et Jean-Luc  

Témoignage d’un membre de l’Équipe pastorale

Isabelle, tu es arrivée à l’équipe pastorale en novembre 2017, une deuxième femme, joie pour moi et pour l’équipe ! Mais au-delà de cette avancée vers la parité, c’est tout un chemin que j’ai parcouru avec toi au sein de cette équipe. C’est un chemin jamais droit, fait de montées et de descentes, de sols doux comme dans les pinèdes et de sols rocailleux comme dans cette montagne que tu aimes. C’est un chemin sous un ciel limpide et aussi sous les masses nuageuses quelquefois impressionnantes.
Isabelle, nous étions si différentes, toi d’un caractère entier, animée de fortes convictions, tenace, quelquefois rude, et moi plus hésitante, avec des convictions certes,  mais souvent plus réservée, ça pouvait t’énerver, tu avais l’impression qu’on n’avançait pas ! Je crois que j’ai appris de toi à aller un peu plus de l’avant et peut-être toi as-tu appris, me semble t-il, à refréner des mouvements trop rapides.

Isabelle, tu avais la passion des mots simples. Dans nos réunions, tu veillais à ce que tous nous ayons la parole. Nous nous sentions écoutés et cela nous donnait de la confiance. Tu avais aussi à cœur que personne ne monopolise la parole, surtout pas l’équipe pastorale. Ton attention particulière à dialoguer avec toute la communauté était une de tes grandes préoccupations. Tu relayais souvent ce que tu avais entendu dans les « couloirs » de Saint-Merry. L’accueil des différences t’animait. Et cette éternelle question qui te tenait tant à cœur : les nouvelles générations !
Isabelle, tu m’as souvent surprise par ce mélange en toi de « classique » dans la prière, et de désir d’une Eglise ouverte à tout vent. Pour les méditations de début de réunions (tu nous le rappelais !), tu choisissez souvent un texte tiré de la Bible ou juste un « Notre Père » plutôt qu’un texte de réflexion. Ta foi simple et forte en lien avec ton désir d’une Eglise généreuse, ouverte à tout vent, moins institutionnelle, avec des responsabilités mieux partagées,  m’a bousculée plus d’une fois, et encore maintenant !
Isabelle, le plus important pour toi était l’attention à l’autre, inlassablement tu nous le rappelais de différentes manières dans nos réunions. Quelquefois ça m’énervait, je trouvais que ça manquait d’action … Mais je me rappelle, un jour tu as dit cette phrase : « notre manque de fraternité est un contre-témoignage ». Je crois que tu as raison et cette phrase, associée à  celle qui nous a accompagnés lors de notre « au revoir » : « Là ou deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux »,  m’habite toujours … sur le chemin qui continue !
Merci Isabelle.

Myriam

CatégoriesNon classé

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.