Un fan de la boxe

Le prophète Malachie, Viterbe (Italie), fresque du XIX siècle
Le prophète Malachie, Viterbe (Italie), fresque du XIX siècle

BoxeAvez-vous lu Malachie ? Pas sûr. Et pourtant le petit livre prophétique vaut que l’on s’y arrête. On lira un petit bout à la messe le 17 Novembre ! Trois petits chapitres contenant six controverses. On ne peut le nier : le prophète aime la castagne. C’est un fan de la boxe. Comme tous les prophètes. Le sang ne va pas jusqu’à la rivière certes, mais quand même. Par la bouche de son messager, Dieu s’en prend à tout le monde et il touche à tout : divorce, corruption, injustices de tout poil. Mais surtout au culte et aux prêtres. D’après Malachie, ils ont failli sur toute la ligne : ils enseignent peu et de travers, ils sont incompétents et fainéants.  Pour ce qui est du culte, ils laissent faire tout et n’importe quoi. La qualité des victimes et de la relation à Dieu est le dernier de leur souci. Dieu, alors, tonne. Et par rapport à ce qui se passe à Jérusalem, il donne en exemple quelque chose d’autre : « En tout lieu, partout, on brûle de l’encens en mon honneur et on offre à mon nom un sacrifice pur ». Finies les frontières, brisés les murs. On est en relation avec le Dieu d’Israël partout. Il n’y a plus le dedans et le dehors. C’est de la dynamite pure. Les institutions s’effritent, les fonctions se diluent, les positions acquises tombent. Le premiers chrétiens ont vu très tôt dans l’Eucharistie, le partage  du Repas du Seigneur, l’accomplissement du programme du Dieu d’Israël par la bouche de Malachie, le sacrifice pur, le don véritable offert partout et pour tous. Et agréé par Dieu.

Depuis, les chrétiens ont su créer des murs, des séparations, des classements, jeter dehors beaucoup. Et voilà que la tribu de Jésus, le Christ, l’Eglise,  est devenue une machine à exclure !

Avez-vous entendu la dernière ? François, le nouvel évêque de Rome, vient de lancer une enquête aux Eglises locales, à tous les cathos, oui, à tous, évêques, prêtres et laïcs, avec plus de 39 questions, concernant les divorcés remariés, les enfants des homos, la contraception et tutti quanti. En vue de préparer avec d’autres éléments, bien sûr, le synode extraordinaire d’octobre 2014 sur la famille. Nous avons un an pour nous bouger. Et attention aux manipulations car une église locale n’est pas constituée de l’évêque et des prêtres ! Restons vigilants et honnêtes.

Jesús Asurmendi