« Faudrait-il… »

« Combien de temps, Seigneur, Faudrait-il nous abriter Dans une caverne du Sinaï... » Notre psautier s’enrichit avec cette variation sur le Psaume 12. Par Jacqueline Casaubon
Jacqueline Casaubon, Et la vie continue
Jacqueline Casaubon, Et la vie continue

Psaume 12

Combien de temps, Seigneur,
Faudrait-il nous abriter
Dans une caverne du Sinaï, pour écouter
Après nos orages et nos tempêtes,
Le son d’un fin silence ?

Faudrait-il se faire avaler
Par un monstre marin,
Renaître dans son ventre maternel
Pour entendre nous ressasser » Va à Ninive ».
Et accepter enfin de partir,
Bon gré mal gré, vers ce qui me dérange ?
Vers les périphéries ?

Faudrait-il avoir comme Marie
L’oreille assez fine
Pour entendre l’Annonce de ta Parole ?

Mais aujourd’hui, Seigneur,
Tu ne nous parles plus.
Nous aurais-tu abandonnés ?

Pourtant, mon cœur me dit autre chose :
Tu es là,
Chaque fois que le visage d’autrui ne m’est pas indifférent.
Tu es là,
Quand la clameur du pauvre et du malheureux
Jaillit de tous les continents.

Tu es là,
Lorsqu’un élan fraternel germe de notre terre.

L’invincible amour que tu as greffé
Au plus profond de notre être,
Accompagnera l’humanité
Jusqu’à son dernier souffle.

Autrement, mon cœur doit regarder.
Tu es fidèle,
Je m’abandonne en toi,
Mon cœur est prêt, Seigneur.

Jacqueline Casaubon,
Samedi saint, 19 avril 2014

 

Jacqueline Casaubon, Au bord du fleuve le Nil 3
Jacqueline Casaubon, Au bord du fleuve le Nil 3

1 Commentaire

  • En lisant le psaume de Jacqueline :
    Tu es là, chaque fois que le visage d’autrui ne m’est pas indifférent.Tu es là,quand la clameur du pauvre et du malheureux jaillit de tous les continents.
    Tu es là, lorsqu’un élan fraternel germe de notre terre.

    je revois les visages de tous les bénévoles du Secours catholique de Calais (et du Pas de Calais) qui, depuis 10 ans, quotidiennement, s’occupent de tous les migrants qui rêvent de traverser la Manche pour rejoindre l’Angleterre. Allez sur le site du Secours catholique et prenez le temps de les écouter… c’est bouleversant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *