Fleurs des champs – des batailles

Fleurs symboles, en ce temps de commémoration de la grande guerre. Joséphine de Linde nous fait profiter de sa double culture anglaise et française pour évoquer l'histoire de nos deux pays.

Des coquelicots en novembre !?  Ils “fleurissent” partout en Angleterre chaque année dès le mois de novembre. Pas celles des champs d’été (Papaver rhoeas), mais une version artificielle et « écolo » – les pétales et les feuilles sont en papier tandis que la tige et le point noir au centre sont fabriqués en plastique recyclable – portée en souvenir des morts et blessés des guerres.

La fleur pousse naturellement partout en l’Europe de l’ouest. Au 19esiècle, des champs entiers rouges apparaissaient dans les terres dévastées par les batailles des guerres Napoléoniennes.

En 1941, la guerre sévissait de nouveau dans les champs de la France du nord et en Flandre. Les coquelicots étaient les seules fleurs à survivre dans les champs rendus stériles par les batailles.

Le poème « In Flanders fields » de Major John McCrae, écrit en 1915, suite à la mort d’un ami,  immortalisait cette fleur qui est devenu le symbole du sacrifice immesurable de ses camarades d’armes et un mémorial digne de ceux et celles tombés pendant la première guerre mondiale et dans tous les conflits armés depuis.

In Flanders fields the poppies blow
Between the crosses, row on row,
That mark our place; and in the sky
The larks, still bravely singing, fly
Scarce heard amid the guns below.

We are the Dead. Short days ago
We lived, felt dawn, saw sunset glow,
Loved and were loved, and now we lie
In Flanders fields.

Take up our quarrel with the foe :
To you from failing hands we throw
The torch; be yours to hold it high.
If ye break faith with us who die
We shall not sleep, though poppies grow
In Flanders fields.

Au champ d’honneur, les coquelicots
Sont parsemés de lot en lot
Auprès des croix ; et dans l’espace
Les alouettes devenues lasses
Mêlent leurs chants au sifflement
Des obusiers.

Nous sommes morts
Nous qui songions la veille encor’
À nos parents, à nos amis,
C’est nous qui reposons ici
Au champ d’honneur.

À vous jeunes désabusés
À vous de porter l’oriflamme
Et de garder au fond de l’âme
Le goût de vivre en liberté.
Acceptez le défi, sinon
Les coquelicots se faneront
Au champ d’honneur.

Chaque année depuis 1921, the Royal British Legion organise la vente des coquelicots dont les bénéfices sont utilisés pour subvenir aux besoins des vétérans des guerres et leurs familles. Pendant la campagne (Poppy Appeal)plus de 40 millions de coquelicots sont distribués par 40.000 bénévoles. La campagne culmine avec le National Service de Remembrance (Cérémonie de commémoration) à Londres en présence de la famille royale et les membres du gouvernement. A 11h précises, le pays entier observe deux minutes de silence pour se souvenir.

Puisque le dimanche 11 novembre 2018 marque le centième anniversaire de la fin de la première guerre mondiale, la cérémonie se terminera avec un Thank You procession » (Défilé de reconnaissance).

En France, le bleuet de France est le symbole de souvenir et de solidarité pour les vétérans, victimes des guerres, veuves et orphelines. Les fonds des ventes récoltés lors de la vente des bleuets le 11 novembre (Armistice) et le 8 mai (Victoire) sont versés aux œuvres charitables.

Bleuet de France, version 2012

Les voici les p’tits «  Bleuets »
Les Bleuets couleur des cieux
Ils vont jolis, gais et coquets,
Car ils n’ont pas froid aux yeux.
En avant partez joyeux ;
Partez, amis, au revoir !
Salut à vous, les petits « bleus,
Petits « bleuets », vous notre espoir !

Alphonse Bourgoin, Bleuets de France, 1916.

Joséphine de Linde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.