Pascale Peyret - Green Memory (2008)

Gaza : recycler les objets pour entretenir la vie et l’espoir

Au début de 2015, à la suite de la guerre meurtrière et destructrice de l'été 2014, un groupe « Skype avec Gaza » s'est constitué au Centre pastoral Saint-Merry, dans le cadre de la solidarité internationale à laquelle la communauté est très attachée. Les projets culturels communs commencent à fleurir.

Il s’agit de rompre l’isolement des habitants de la Bande de Gaza, ce minuscule territoire coupé du monde par un blocus illégal et inhumain depuis bientôt dix ans, en conduisant un projet d’échanges culturels à distance avec les étudiants du département de français de l’université al-Aqsa de Gaza, dirigé par Ziad Medoukh.

Ziad, écrivain et poète (plusieurs fois récompensé par des prix internationaux), diplômé en linguistique de l’université de Paris VIII, est aussi fondateur et animateur du Centre de la paix de son université, qui diffuse à la jeunesse gazaouie une culture de résistance no violente et d’autosuffisance dans la voie de Gandhi, avec une forte implication sociale (soutien psychologique aux enfants traumatisés, aide aux paysans lors des récoltes, etc.), pour que le ressentiment légitime de jeunes privés de perspectives se transforme en force créatrice et non destructrice.

Environ une fois tous les deux mois, nous organisons à St-Merry un échange par internet (via Skype) avec Ziad et ses étudiants (une forte majorité de filles). C’est l’occasion pour eux/elles de pratiquer leur français et d’aborder avec nous des thèmes relatifs à la vie en France et à Gaza, aux cultures française et palestinienne, au espoirs de paix, de liberté et de reconstruction de la Palestine.

Pascale Peyret – Green Memory (2008)

Ce printemps, Ziad a proposé de nous associer au projet de décoration du département de français à partir du recyclage d’objets au rebut. Avec les étudiants nous avons retenu l’idée d’une œuvre créée avec des matériaux informatiques obsolètes, qui mette en valeur les relations entre Gaza et la France. L’équipe s’appuie sur des exemples d’ateliers réalisés avec des jeunes en France et à l’étranger pour présenter aux étudiants de Gaza différentes pistes de recherche.
Un fructueux échange par Skype a eu lieu le dimanche 23 avril. Pascale a présenté aux étudiants des visuels de plusieurs de ses workshops et installations, dont celle représentant une ville faite de gratte-ciel en circuits imprimés dans laquelle pousse du blé, œuvre exposée à St-Merry en 2015 lors de la COP 21.

Marie-Thérèse a insisté sur la conjugaison du vivant qui s’invite dans ces différentes installations (la graine, le germe, la pousse, la plante) : un message d’espoir de vie dans ces déchets, une cohabitation entre le numérique et la nature. Cette installation hybride qui associe le matériel informatique et le vivant matérialise bien les relations virtuelles entre Gaza et le monde extérieur, ces échanges culturels bien vivants qui réunissent un groupe de personnes de St-Merry et des jeunes Palestiniens avides de liens humains pour s’échapper par l’esprit de leur enfermement forcé.

Les étudiants ont réagi avec enthousiasme à ce projet, imaginant par exemple d’utiliser les câbles colorés pour figurer les drapeaux français et palestinien, d’organiser les touches des claviers pour écrire des mots, de représenter avec créativité des monuments emblématiques de la Palestine et de la France.

Mais ce jour-là, notre conversation s’est achevée précipitamment, le temps de connexion étant limité par l’accès à l’énergie (les Gazaouis n’ont droit qu’à quelques heures de courant par jour – parfois cela tombe en pleine nuit ! – en raison de la destruction par l’armée israélienne de la plupart des usines d’électricité et de la pénurie de carburant). L’idée d’utiliser les câbles d’alimentation pour figurer ce qui relie nos deux communautés prend dès lors toute sa mesure…

Dans les semaines à venir, Pascale, Nathalie et les étudiants et professeurs du département de français vont poursuivre ces échanges, au rythme de chacun et selon les moyens les plus adaptés (courriel, Skype, etc.). Puis une séance Skype à St-Merry clôturera le projet avec la présentation des œuvres produites. De même sera présenté dès son achèvement un autre atelier lancé avec les étudiants de Ziad, il y a quelques mois, dans le domaine de la création photo, avec l’appui de l’artiste photographe Joss Dray.

Entre temps, en mai, nous organiserons un Skype dans un registre plus historique et littéraire : une séance-débat avec les étudiants sur l’expérience humaine de Jacqueline Casaubon au Proche-Orient dans les années 1950 (en tant qu’infirmière chez les petites sœurs de Foucauld).

On le voit, entre Paris-la-Vie et Gaza-la-Vie, les preuves d’amitié se multiplient, tout comme les actions pour déceler le vivant partout où il se loge !

Pascale Peyret, Nathalie Thillay, Laurent Baudoin

En savoir plus sur Pascale Peyret : http://www.dailymotion.com/video/x4ydfx_la-video-du-monde-2-green-memory_news

Tags from the story
, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *