Photo d'Annie-Sprat.Unsplash.com

Comment habiter pour être au monde

Elsa dit à Caspar : Georges Perec se demande à partir de quel moment on est vraiment chez soi. Lorsqu’on y a passé la première nuit ? Ou bien lorsqu’on a y accroché une première image ou repeint un mur ? Faut-il simplement avoir passé la clef dans la serrure ? Est-ce une fois qu’on y a passé une nuit blanche, ou fait un premier cauchemar, ou reçu une première lettre ? Ou encore faut-il attendre le moment où on s’y est ennuyé ?

Caspar répond à Elsa : Pour moi, ce serait peut-être dès qu’on y a préparé le premier repas, ce jour où on invite quelqu’un à le partager. Quand on est prêt à ouvrir sa porte, quoi…

Elsa : Oui ! C’est comme la Cène ! Il est trop fort, ce Jésus! (Rires)

Caspar dit : En anglais, on dit « Breaking bread » : « casser le pain ». Ce n’est pas seulement se nourrir, c’est plus que ça, c’est le rituel.

Elsa Noyons

Billet du dimanche 1er octobre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *