Playing Hoops by New Old Stock Photos

« Hop, ça sort ! » Paroles d’enfance

« Si vous n’aimez pas “les mots d’enfants”, n’allez pas plus loin. Mais moi, depuis que j’ai entendu parler le premier de nos enfants, puis nos petits-enfants, j’aime saisir rapidement, et discrètement, les paroles qui sortent de leur bouche et s’envolent comme des papillons qui ne vivent qu’une journée ». Petit catalogue de mots tendres et drôles dans la chronique de Jean Verrier

Si vous n’aimez pas « les mots d’enfants », si ça vous agace (c’est le cas de certains de mes amis) n’allez pas plus loin. Mais moi, depuis que j’ai entendu parler le premier de nos enfants, puis nos petits-enfants, j’aime saisir rapidement, et discrètement, les paroles qui sortent de leur bouche et s’envolent comme des papillons qui ne vivent qu’une journée. « Parfois, hop, ça sort, c’est bizarre » dit Camille. Noël est l’occasion de rouvrir en famille le cahier qui en compte une bonne centaine. Certains de ces « mots » sont devenus les mots de la tribu. Je voudrais vous faire partager ceux de trois sœurs : Mireille, Jeanne et Camille (les prénoms ont été changés) quand elles avaient entre 3 et 9 ans.

Timbres, novembre 2015 - Création de Joëlle Jolivet pour La Poste
Timbres, novembre 2015 – Création de Joëlle Jolivet pour La Poste

 

On demande à Mireille, 3 ans, de marcher un peu plus vite :

J’peux pas aller plus vite que mes chaussures !
Mireille, tu n’as pas vu l’écharpe de ta soeur ?
Je crois qu’elle l’a perdue dans la rue.
Tu aurais pu me le dire quand tu l’as vue tomber !
Je te dis que je crois qu’elle l’a fait tomber. Je ne te dis pas que je l’ai vue tomber. Tu crois bien au Père Noël, toi.

 

DSC00781

Jeanne, tu aurais pu quand même te recoiffer avant de sortir !
Et t’as vu les nuages ? Tu penses pas qu’ils auraient besoin d’un coup de peigne !

Attention Jeanne ! Si tu n’obéis pas tout de suite !… Je compte jusqu’à 3. Un, deux
Et qu’est-ce que tu fais arrivé à trois ?

Mireille (5 ans)  fait des caprices au moment de la douche.
C’est trop chaud !
Son père se passe le jet sur le bras : Mais non, tu vois, ce n’est pas trop chaud.
Chacun sa douleur !

La petite dernière, Camille, n’accepte  de se coucher que sous la menace.
Tu peux me dire, Jeanne, pourquoi il faut toujours se fâcher pour que les enfants obéissent ?
T’as raison de me poser la question parce que je suis une enfant. Mais parce que je suis une enfant je peux pas te répondre.

Jeanne (6 ans) : Un, c’est presque rien. Deux, c’est presque rien plus presque rien, alors c’est presque rien aussi. Mais trois, ça commence à devenir quelque chose.

Veillée de Noël 1999 à Saint-Merry. À la suite de la lecture d’Isaïe, chacun est invité à écrire sur un papier ce qu’il voudrait jeter au  feu. Jeanne, que voudrais-tu mettre au feu ?
Ma petite soeur.

Mireille (9 ans) : Quand je me marierai, où est-ce que vous irez habiter ?
Mais non, Mireille, c’est toi qui iras habiter dans une autre maison !
Jeanne (6 ans) : Mais moi je ne sais pas où on achète des maisons !

Pêche miraculeuse
Pêche miraculeuse

Mireille rentre bredouille de la pêche : Mais la pêche c’est bien parce qu’on espère.

Jeanne: J’ai vu un homme à faire pleurer les yeux d’un pauvre.

Camille (6 ans) : La maîtresse est fâchée parce que je fais trop de fautes d’ortograve. Elle peut pas comprendre que je suis là pour apprendre.

Camille à une amie de ses parents : C’est quoi ton métier ?
Professeur de français.
Parle un peu pour voir.

Camille : Tu sais, papa, tu es beau. Tu es très beau. Tu es beau comme un instituteur.

Camille devant une photo de Pie XII sur la sedia gestatoria : Je ne savais pas qu’il y a encore des pharaons.

Camille à sa maman : Les baisers que tu donnes à papa, c’est ceux de ton enfance ?

Jeanne  (9 ans) : J’ai réfléchi à Jésus. Si c’est vrai que Jésus c’est Dieu, alors c’est bizarre qu’y en a qu’un seul.

Camille : Ma sœur, elle a une rafaringite.

Camille à ses grands-parents :  ça fait drôle de penser qu’à votre mariage il n’y avait personne de la famille.

Camille (6 ans) : La parole que t’as envie de dire, parfois, hop, ça sort. C’est bizarre !

 

Jean Verrier

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *