©fc

« Il a écouté les mots de l’Évangile »

« Xavier a aimé les groupes humains dans leurs contradictions : il aimé l’Église dans ses combats pour vivre pleinement la lumière de Dieu dans l’histoire des hommes ». Le témoignage de Robert Jorens sur Xavier de Chalendar

Dans le Mystère de Dieu révélé en Jésus Christ, tout est une révélation de l’incarnation.

Le petit Xavier de Chalendar a aimé sa famille. Il a aimé la « terre » comme le petit Teilhard de Chardin qui gardait un caillou très dur dans sa poche pour sentir en lui la densité de la terre.
Il a aimé les études, les « auteurs », les mots, la création avait un visage.
Il a aimé le Dieu Créateur
Il a aimé parler lui même
Il a aimé les mots, inventer.
Il a passé des heures à écouter, à écouter les mots des autres.
Il passé des heures à écouter et à aider à les mettre en ordre.
Il a, en eux, respecté le mystère de Dieu
Il a écouté les mots de l’Évangile, Il a écrit beaucoup de mots pour que beaucoup puissent parler aussi, pour qu’ils puissent parler de ce qu’ils découvrent de la vie, de ce qui leur est révélé de Dieu même dans les quatre évangiles.

Pendant notre séminaire est paru, dans la collection Sources chrétiennes, le tome III de l’Adversus haereses, le livre de saint Irénée, le tome III, le plus intéressant. Quand on demande à saint Irénée pourquoi il y a eu tant de temps après la création du monde pour que vienne le Salut en Jésus Christ

Irénée répond : « il fallait que Dieu s’habitue à l’homme et que l’homme s’habitue à Dieu ». Magnifique.
Il faut une vraie familiarité avec Dieu. Et dans les deux sens. Il raconte même que saint Polycarpe lui a dit avoir, à Éphèse, vu l’apôtre Jean sortir des bains ! Comme une proximité de la présence même de Jésus au milieu de ses apôtres : l’Église !

Xavier a aimé les groupes humains dans leurs contradictions : il aimé l’Église dans ses combats pour vivre pleinement la lumière de Dieu dans l’histoire des hommes.
Avec Michel Clévenot il a suivi les 12 tomes, oui douze, de son Histoire de l’Église, au fur et à mesure de leur publication. sous le nom : Les hommes de la Fraternité. Pour l’annonce aux jeunes lycéens, il a fondé la revue Promesse… Un numéro est comme une anthologie de poèmes, Les Fusils poétiques : Roland Barthes… Michel de Certeau…
Puis, lorsqu’il y a eu la fondation de la grande bibliothèque et le Musée vivant des Halles, la fondation du centre Beaubourg et l’audace des expositions — un événement culturel considérable —, il fallait une église-accueil pour scruter le mystère de Dieu… Une exposition, située au premier quart de l’église Saint-Merry, fut savamment « improvisée », dans la suite de la naissance du petit Samuel (fils de Bénédicte et Simon de la première équipe pastorale), une exposition sur « la naissance », toutes naissances, toute naissance d’homme comme tendresse de Dieu dans l’histoire.

Dans la veillée de l’église l’autre soir, un homme a remercié Xavier d’avoir suivi son équipe pendant toute une vie… comme on laboure des textes mêmes des évangiles… : « il connaissait l’Évangile tout entier en tous ses mots par cœur ».
Comme sera Parole de Dieu faisant naître les paroles de la vie des hommes Aujourd’hui des chrétiens… ou les sessions de l’Arc en ciel. Un athée astucieux disait : « Dieu a eu de la chance avec Jean-Sébastien Bach… »
Devant le Dieu de Jésus-Christ on a envie de dire : « Dieu a eu de la chance avec Xavier de Chalendar ».

Robert Jorens

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *