« Il les aima jusqu’au bout »

Célébration de la passion et mort de notre Seigneur Jésus-Christ. Tout notre être se rebiffe face à la passion, nous refusons la mort. La croix nous dégoute et nous répugne. La Passion de Jésus, sa mort, sa croix nous renvoie à nos violences, à nos oppressions. Oui à nos violences en tout genre. Ici et ailleurs. Aujourd'hui.

 

Descente de croix. Cathédrale du Mans
Descente de croix. Cathédrale du Mans

Lectures
 livre du prophète Isaïe Is 52, 13-53, 12
– lettre aux Hébreux He 4, 14-16 ; 5, 7-9
La Passion de notre Seigneur Jésus Christ selon saint Jean Jn 18, 1-19, 42

Pilate fit saisir Jésus pour qu’il soit flagellé.
Les soldats tressèrent avec des épines une couronne qu’ils lui posèrent sur la tête ; puis ils le revêtirent d’un manteau pourpre.
Ils s’avançaient vers lui et ils disaient : « Salut à toi, roi des Juifs ! » Et ils le giflaient.
Pilate, de nouveau, sortit dehors et leur dit : « Voyez, je vous l’amène dehors pour que vous sachiez que je ne trouve en lui aucun motif de condamnation. »
Jésus donc sortit dehors, portant la couronne d’épines et le manteau pourpre. Et Pilate leur déclara : « Voici l’homme. »
Quand ils le virent, les grands prêtres et les gardes se mirent à crier : « Crucifie-le ! Crucifie-le ! »
Pilate leur dit : « Prenez-le vous-mêmes, et crucifiez-le ; moi, je ne trouve en lui aucun motif de condamnation. »
                                                                                                                                                 Jean 19, 1-6

 Accueil

Célébration de la passion et mort de notre Seigneur Jésus-Christ. Tout notre être se rebiffe  face à la passion, nous refusons la mort. La croix nous dégoute et nous répugne. On peut ranger tout cela dans le tiroir des souvenirs de mauvais goût. On peut passer à pieds joints du Jeudi Saint, chaleur de l’intimité partagée, à la lumière et à l’eau rafraichissante de Pâques. Tricheurs et fourbes. La Passion de Jésus, sa mort, sa croix nous renvoie à nos violences, à nos oppressions. Oui à nos violences en tout genre. Ici et ailleurs. Aujourd’hui.

La croix ne fait que nous renvoyer à nos violences?

S’il fait de sa vie un sacrifice de réconciliation, il verra la lumière nous dit Isaïe. Ce n’est pas un sacrifice d’expiation. On n’expie rien du tout. Le sacrifice d’expiation n’existe pas. La vie, la mort de Jésus ont été un don qui a provoqué la réconciliation des hommes entre eux, des hommes avec Dieu. Un véritable sacrifice de réconciliation, un vrai don de réconciliation. Recevons le cadeau, partageons  le don.

Jésus Asurmendi

Prière car réconciliation.  PRIERE UNIVERSELLE

Nous pouvons, nous devons prier les uns pour les autres. Oui, car la réconciliation nous est donnée par le Christ, par sa mort, par sa croix, par le don de son amour. Nous pouvons, nous devons prier pour traverser le mal, la violence et la mort. Ceux d’aujourd’hui. Par Lui et avec Lui.

Des migrants fuient violence et privation des besoins élémentaires. Ils se compromettent clandestinement pour survivre. Un tel choix au péril de leur vie nous renvoie à notre incapacité à ré-enchanter notre monde, les accusant des pires maux par notre peur de l’inconnu.
Seigneur, aide-nous à refuser les partis pris des jeux extrémistes. Défends nous de commettre la pire des trahisons, celle de nier l’humanité qui existe en chacun de nous.

Seigneur, l’immense violence institutionnelle dans le monde nous effraie.
Que vaut une vie humaine aux yeux des pouvoirs et de leurs visées ?
Viens soutenir tous ceux qui luttent pour la justice et la paix, et contre le mépris et  la haine.
Viens aussi, Seigneur, soutenir chacun de nous en proie à ses propres violences et aide-nous à convertir cette force en non violence, en respect.

Seigneur, tu as fait adopter Jean, le disciple que tu aimais, par ta Mère.
Fais que le synode sur la famille sache bénir toutes formes de procréation fondées sur un choix délibéré et libre par amour, afin que tous accomplissent ta parole « Aimez-vous les uns, les autres ».


Vénération, Adoration, Remerciement.

Nous allons bouger. Car ce que nous avons vu, ce que nous avons entendu, ce qui nous a été donné doit être manifesté. Nous n’allons pas faire un geste magique ou miraculeux, ne serait-ce qu’un baiser symbolique. Nous allons  faire la croix, notre croix, avec nos petits lampions. Nous reconnaissons ainsi nos violences et le feu reçu pour consommer nos barbaries, traverser nos morts et nous réconcilier avec les frères et avec Dieu. Pour diffuser la lumière de l’espérance reçue.

Jésus Asurmendi

                                                 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *