« Il les appela, aussitôt ils le suivirent »

Aujourd’hui, comme hier et demain, Jésus nous appelle à l’accompagner pour construire le royaume, déjà réel chaque fois que nous y apportons une nouvelle pierre de justice, par la beauté, l’intelligence, le soin des pauvres… Et celui qui nous demande de l’accompagner nous accompagne, chaque jour, ainsi que nous le rappelle l’Evangile : « Et moi, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à l’achèvement des temps » (Mt 28,20).

Dimanche 26 janvier 2014
3ème du Temps Ordinaire
Année A

 

Lectures
Livre d’Isaïe Is 8, 23-9,3
Première lettre de Paul Apôtre 1 Co 1, 10-13,17
Évangile de Jésus Christ selon Matthieu Mt 4, 12-23
« Comme Jésus marchait au bord du lac de Galilée, il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et son frère André, qui jetaient leurs filets dans le lac : c’étaient des pêcheurs. Jésus leur dit : “Venez derrière moi, et je vous ferai pêcheurs d’hommes. ” Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent.
Plus loin, il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans leur barque avec leur père, en train de préparer leurs filets. Il les appela. Aussitôt, laissant leur barque et leur père, ils le suivirent. »

Commentaire de Matthieu, 4,12-23

L’appel d’un homme charismatique a toujours la force d’un raz de marée, à plus forte raison quand cet appel vient du Christ !
Pensez à l’appel du 18 juin 1940 du Général de Gaulle, à l’appel de Mgr von Galen condamnant par trois fois Hitler du haut de la chaire en 1941, à l’appel de l’abbé Pierre en 1954, et bien d’autres…

Avant le Christ, l’Éternel appelle Abraham à prendre la route inconnue qui lui donnera une postérité aussi nombreuse que les étoiles du ciel, l’Éternel appelle Moïse (Ex 3,4 ; 19,20), l’Éternel réveille par trois fois le petit Samuel endormi (Sam 3,4-10), le Seigneur appelle Saül-Paul sur le chemin de Damas (Ac 9,4), et aussi Ananie (Ac 9,10)… Et Jésus, dans l’histoire de cet appel de Dieu aux hommes, appelle Simon Pierre et André, et Jacques et Jean.

Lequel d’entre nous, à la lecture de cet évangile, n’a pas perçu ce mouvement d’aspiration irrépressible, cette fulgurance, qui font aussitôt abandonner leur travail aux futurs disciples pour accompagner Jésus ?… Dans une immédiateté, dirions-nous, qui fascine.
Duccio di Buoninsegna (Sienne, XIII et XIVss, L'appel de Pierre et André, National Gallery of Art, WashingtonNous sommes tous pris dans cette dualité : ressentir l’appel de Jésus comme un élément déterminant de notre vie, et constater que nous n’y répondons pas tant que ça, pas tous les jours, peut-être… Élément déterminant de notre vie cependant, car c’est cet appel bouleversant qui, avec le baptême, fait de nous des chrétiens.

Voici ce que ce passage de l’Évangile nous montre : descendre de sa barque et venir aussitôt derrière lui… Abandonner le ravaudage des filets étendus sur le rivage et accompagner cet homme qui proclame : « Convertissez-vous, car proche est le royaume des cieux ! ».
L’appel entendu par ces pêcheurs, au bord du lac de Tibériade, s’enracine dans l’histoire de Dieu, appelant mystérieusement l’homme qu’il a créé dans une relation toute personnelle : ce n’est pas rien que d’être appelé par son nom par le Seigneur Dieu de l’Univers !

La réponse de ces hommes, dans leur simplicité, leur immédiateté, est sans ambigüité. Elle détermine une rupture avec le passé, franche comme un coup de lame bien affûtée, elle ouvre de façon décisive une nouvelle ère pour eux. Cet élan si fort les fait marcher sans savoir où ils vont, dans une confiance totale. Ils sont prêts, ces pêcheurs, à soutenir un Jésus encore inconnu, ou si peu connu. Ils sont prêts à l’accompagner dans ce passage de la vie cachée à la vie publique, ils sont prêts à l’aider à avancer dans le surgissement progressif de sa mission, en se faisant pêcheurs d’hommes, eux qui pêchaient le poisson du Lac de Tibériade.

Aujourd’hui, comme hier et demain, Jésus nous appelle à l’accompagner pour construire le royaume, déjà réel chaque fois que nous y apportons une nouvelle pierre de justice, par la beauté, l’intelligence, le soin des pauvres… Et celui qui nous demande de l’accompagner nous accompagne, chaque jour, ainsi que nous le rappelle l’Evangile : « Et moi, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à l’achèvement des temps » (Mt 28,20).

Christian Manuel

Préface

Père,
Ce n’est pas nous qui t’avons choisi, mais c’est Toi qui nous a choisis
Comme tu as choisi ton fils pour être parmi nous l’incarnation de ton amour
Ce n’est pas nous qui avons choisi de suivre ton fils
Mais c’est lui qui nous a appelés à le suivre
Appelés à aimer nos frères et nos sœurs comme nous-mêmes
Appelés à traverser la mer malgré la tempête
Appelés à lui faire confiance au-delà de nos peurs
Appelés à écouter l’appel des hommes en détresse où qu’ils soient
Et appelés à partager leur vie sans imposer ni nos temples ni nos dogmes
Appelés à renaître dans l’eau et dans le feu de l’Esprit
Appelés à témoigner de la paix qu’il donne à tous les hommes

<

p style= »text-align: center; »>Jacques Mérienne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *