Ils se préparent au mariage à Saint-Merry… 

Nathalie, 32 ans, et Frédéric, 28 ans, se marient le 4 août prochain au Havre. Habitant à Paris, ils ont cherché « la communauté la plus progressiste » pour avancer et se préparer ensemble, avec d’autres jeunes, à cet acte fondateur. Romain Mazenod les a interviewés.

Pourquoi avez-vous décidé de vous marier à l’église ? 

Nathalie : C’est surtout à ma demande au départ. Je suis croyante et baptisée et j’avais un réel besoin de me connecter à Dieu et à mon père décédé il y a quelques années. Je voulais vivre un moment « sacré » pour prendre du recul sur cet acte fondateur de notre couple. Depuis, nous avons évolué tous les deux et je remercie Frédéric, qui se définit comme étant « en recherche », pour son ouverture et l’intérêt puis le soutien qu’il porte désormais à cette démarche.

Pourquoi avoir choisi de faire votre préparation à Saint-Merry ? 

Nathalie : Nous avons cherché l’Église la plus progressiste de Paris pour nous permettre de faire cette démarche ensemble, avec nos différences de points de vue sur la foi et la religion. Même si je n’y suis pas très active, nous avons eu un coup de foudre pour ce lieu. Je me suis immédiatement sentie membre de la communauté.

Que retenez-vous de vos échanges avec les autres couples ? Des temps d’ «enseignement » ? En quoi cela vous a-t-il enrichi ? 

Nathalie : Nous nous sommes réjouis des échanges très enrichissants, des personnalités diverses, des débats passionnés. Nous avons particulièrement apprécié les remises en contexte historiques des textes de la Bible de la part de Jesus Asurmendi. Nous le remercions également pour la retraite à Manrèse qu’il nous avait recommandée et qui nous a littéralement retournés. Nous avons également été bluffés par la transparence et l’ouverture des Diego et des autres couples en général, face à la différence de pratiques, croyances et sensibilités. 

Dans quel état d’esprit préparez-vous votre mariage aujourd’hui ? 

Nathalie : Nous préparons en ce moment la cérémonie et sa personnalisation avec l’oncle de Frédéric, qui est diacre et va nous marier. Un autre aspect de notre préparation, plus intime cette fois : nous avons le projet d’avoir des enfants, de leur transmettre l’importance de la vie et de la notion de bonheur. Nous avons également des projets d’intérêt général pour la communauté au sens large : nous sommes très investis dans le monde associatif social et solidaire.

Propos recueillis par Romain Mazenod

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.