Inauguration d’un collège, à Monea, petit village du sud Mali

Image 1Image 2En lien avec une association de Maliens de Paris, la Commission Partage accompagne depuis plusieurs années des projets liés à la construction d’un groupe scolaire, à Monea, village du sud Mali.

Monea c’est le village natal d’Anzoumane Sissoko et de ses amis maliens immigrés, envoyés à Paris par leurs familles, pour chercher du travail. Des années plus tard, devenu un des responsables du collectif parisien des « sans-papiers » (et il obtiendra d’être régularisé), Anzoumane n’a pas oublié son village : « Je me suis dit que le mieux que je puisse faire pour les miens est de construire une école, parce que je pense que l’éducation est la base du développement. »

Ce rêve fou, construire une école dans un petit village du sud Mali, Anzoumane a pu le réaliser grâce à sa ténacité, sa détermination, et son bon sens des relations : avec ses amis Maliens de Paris, il ont fondé une association, monté des dossiers et… obtenu des subventions et aides diverses.

C’est dans ce contexte que le CPHB a pour la première fois été sollicité pour apporter son soutien au village de Monea : contribuer, via la Commission Partage, à l’apport financier nécessaire pour la construction de l’école, mais aussi mobilisation du groupe 10 -15ans, qui a organisé une collecte de vélos, afin de permettre aux enfants de Monea d’aller à l’école (les distances sont grandes, et il n’y a pas de transport en commun). De leur côté, les villageois s’engageaient à fournir la main-d’œuvre locale. L’école fondamentale (du CP à la 6ème) a ainsi pu être construite, et inaugurée en 2006.

Mais les élèves grandissent, et il fallait assurer la suite de leurs études. D’où l’idée de construire un collège, et de nouveau, recherches de subventions, et en particulier sollicitation de la Commission Partage, qui a pu renouveler son soutien.

Les villageois ont ainsi pu construire leur collège dont l’inauguration a eu lieu le 15 décembre 2013. D’après Anzoumane, ce fut une grande et belle fête, toutes les familles y ont contribué : 3 bœufs, 6 moutons… des percussions, des danses… entre 400 à 600 personnes : les élèves et leurs familles, les enseignants, un grand nombre de villageois, et quelques « personnalités officielles » (dont le Directeur d’Académie et le Responsable Pédagogique). De France, 8 membres de leur association parisienne étaient venus, et deux amis Français. Malheureusement, personne de la Commission Partage n’avait pu s’y rendre.

Actuellement, 200 élèves fréquentent l’école fondamentale, avec 6 classes, du CP à la 6ème (30 à 35 élèves par classe), et 70 élèves au collège, répartis sur 2 années. La 3ème année de collège ouvrira l’an prochain. Les enseignants sont payés par le gouvernement malien.

Mais déjà de nouveaux projets émergent, et en particulier, celui de construire un petit bâtiment de 2 pièces, pour y abriter une bibliothèque : en effet, l’ambassade de France au Mali leur a promis une dotation de livres et manuels scolaires, ce qui serait une grande opportunité pour eux, car les élèves ne disposent d’aucun livre, et doivent tout écrire sur des cahiers.

La Commission Partage, à nouveau sollicitée, va étudier la possibilité de renouveler son aide, en vue de la construction de cette bibliothèque.

Tags from the story
,

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *